Non aux institutions monarchiques canadiennes

1er juillet, Jour de la République

Déjà inscris dans les moeurs

Tribune libre

DISCOURS MARCHE DE LA RÉPUBLIQUE DU QUÉBEC du 1er juillet 2016
Acte de résistance

Appel au geste de rupture.

Chers amis-es patriotes,

Je me présente : mon nom est Alain Raby. Je suis depuis 37 ans un commerçant d'art populaire international à Saint-Jean-Port-Joli, village situé à mi-chemin entre Québec et Rivière-du-Loup. J'assume, depuis un an, la responsabilité du Carré Bleu, mouvement indépendantiste, en remplacement de Monsieur Richard Poirier, le fondateur, parti vivre en France. Monsieur Poirier continue d'aider le mouvement via Facebook. Il me prie de vous saluer.

Entrons maintenant dans le vif du sujet.

À l'origine, l'un des buts du mouvement CARRÉ BLEU était de renommer la Fête du canada, le 1er juillet, le « Jour de la RÉPUBLIQUE québécoise ». Les Québécois doivent comprendre le sens du mot RÉPUBLIQUE. République est l'antithèse de monarchie. Nous voulons changer le statut politique du Québec...de monarchie à république (il faut lire la Loi 99). Dans une république les citoyens élisent leur chef d'état, contrairement à la monarchie.

Le Québec doit se donner une constitution au plus tôt. Le Québec n'a pas de permission à demander à quiconque pour se doter de la constitution qui lui semble la meilleure. La Colombie-Britannique a déjà sa propre constitution et chaque état américain possède la sienne. Ici, au Québec, nous croyons qu’elle devrait être républicaine.

Dans un geste de rupture audacieux et anticonstitutionnel, la monarchie pourrait être abolie par l'Assemblée nationale. Ce pourrait être le début du processus menant à l'indépendance du Québec. Imaginez ce qu'en dirait la Cour suprême après avoir entendu différentes parties.

Aujourd'hui, nous aurions besoin de nous donner enfin une première loi pour abolir la monarchie sur le territoire du Québec et solidifier notre avenir national en protégeant notre langue et notre culture. Nous avons besoin d'une constitution républicaine.

En ce moment l'État du Québec est bloqué et avec lui, la société québécoise toute entière.

Oui, le Québec doit se donner une constitution républicaine pour sortir de cette torpeur. Il en va de la survie même de la Nation québécoise et de son peuple.

Actuellement, le Québec végète dangereusement dans les limbes constitutionnels. Ses dirigeants ont refusé et continueront de refuser, espérons-le, de signer la constitution conspuée de 1982, la constitution “canadiAn” des-longs-couteaux dont la formule d'amendement empêche et empêchera toute évolution parce que pour qu'il y ait amendement, il faudrait que soient d'accord toutes les législatures, celle d'Ottawa et celles de chaque province en plus du Sénat. Et ce n'est pas tout : deux provinces à tout le moins, la Colombie-Britannique et l'Alberta exigent que soit tenu un référendum dans leur province respective pour approuver tout amendement constitutionnel. Et les autochtones auront aussi leur mot à dire. Enfin le gouvernement du Québec, de quel qu’allégeance qu'il soit devra prendre en considération la forte majorité de la population qui exigera réparation par rapport à l'humiliante “nuit-des-longs-couteaux”. Les Québécois devraient, eux aussi, avoir droit de se prononcer par référendum sur tout amendement constitutionnel canadien. Qu'attendent nos députés pour légiférer ?

Pierre Elliott Trudeau a dit qu'il avait cadenassé cette constitution pour mille (1000) ans, comme le voulait le régime nazi. Son rêve était fasciste.

Eh bien, transgressons cette morbide volonté canadienne en s'offrant notre propre constitution québécoise et laissons la Cour suprême en juger comme bon lui semblera et pérorer, mais gardons notre exigence républicaine.

Comment peut-on expliquer que les Québécois soient encore sous la domination de la monarchie britannique, qui doit sanctionner nos lois ? Et comment expliquer que nos représentants, même ceux qui se disent indépendantistes, continuent à prêter serment à la reine. Il faudra bien qu'un jour il y ait un geste de rupture.

Nous, du Carré Bleu avons mis 4 pétitions en ligne :

La première s'intitule : Pour l'arrêt du financement du lieutenant-gouverneur. Plus de 751 personnes l'ont déjà signée.
La deuxième s'intitule : Pour l'abolition du serment d'allégeance à la reine. Plus de 1,080 personnes l'ont signée.
La troisième s'intitule : Pour un référendum demandant l'abolition de la monarchie au Québec. Plus de 1,793 personnes l'ont déjà signée.
La quatrième s’intitule : Pour une constitution républicaine au Québec parrainé par M. Richard Poirier. Plus de 3, 780 citoyenNES l'ont déjà signée.

Nous continuerons à promouvoir ces pétitions citoyennes avec Avaaz sur Facebook. Allez-y voir et signez-les. Nous les ferons parvenir de temps à autres à nos députés pour les faire réfléchir.

Ces pétitions sont aussi une façon de sensibiliser les nôtres à une situation politique inacceptable et elles servent à aiguillonner nos représentants-es nationaux.

Nous vivons une situation coloniale ridicule et il faut continuer de combattre pacifiquement et sans violence jusqu'à la victoire finale. Gandhi et Martin Luther King ont, de cette façon, déjà gagné leur combat mémorable.

Le Carré Bleu demande donc à nos représentants de procéder sans plus attendre à la rédaction et à l'adoption d'une constitution propre au Québec, quitte à ce qu'elle soit provisoire en attendant que le peuple se prononce par voie d'une constituante. Nous espérons que cette constituante ne prendra pas des décennies à être mise en place pour finir en queue de poisson, c'est-à-dire en refusant l'indépendance du Québec. C'est là notre inquiétude en ce qui concerne cette constituante. Le peuple devrait pouvoir se prononcer, ultimement, par référendum sur cette constitution québécoise.

Le Carré Bleu travaille d'abord et avant tout pour l'indépendance du Québec.

Je termine en lançant un appel particulier à la jeunesse québécoise afin qu'elle prenne la relève, une relève active et solide.

L'an prochain, en 2017, ce sera le 150ième anniversaire de la confédération canadienne. Notre premier ministre Philippe Couillard nous a confié qu'il aimerait signer, au nom du Québec, la constitution des-longs-couteaux de 1982. Il faudra que le peuple québécois s'oppose de façon véhémente à pareille ignominie. Et il faudrait que, dès maintenant, l'opposition s'organise. Que proposez-vous ?

À bas la monarchie coloniale !
Vive le Québec libre !
Vive la République québécoise !
Jusqu'au bout !

Le Carré Bleu
Saint Jean Port-Joli

Featured 4b7f53d7d6aaf5dfc55d826cdc1b73a4

Alain Raby118 articles

  • 191 585

Né à Mont Saint Michel, Qc

Bac en pédagogie - Hull

Maîtrise en Relations Internationales.

University of the Americas - Mexique 1971

Scolarité de doctorat en sciences politiques - Université Laval

Enseignant à Saint-Claude, Manitoba

Globetrotter et commerçant-importateur - Art populaire des cing continents à Saint Jean Port-Joli - Les Enfants du Soleil





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    9 juillet 2016

    @ Christian Lauzon
    Excellent commentaire qui va droit au but. Il est clair que ce parti, le PQ, nuit à notre cause en se collant sur le statu quo actuel et sur le néolibéralisme. C'est un parti de fédéralistes déguisés en faux prêtres qui prêchent dans le désert. Seul le carriérisme et le minable "p'tit" provincialisme comptent pour eux; l'indépendance étant continuellement mise en veilleuse.
    Ils ont tellement peur de s'imposer face au West Island par crainte de passer pour des racistes; durant ce temps, la nation est en péril avec cette immigration massive et notre langue fout le camp à une vitesse inquiétante. Qu'attendons-nous pour créer un parti vraiment indépendantiste? Cette minable farce a assez duré, ne trouvez-vous pas?
    André Gignac 9/716

  • Chrystian Lauzon Répondre

    9 juillet 2016

    M. Raby,
    Il me semble important de rajouter qu'une république est l'opposé du néolibéralisme. Plusieurs néolibéraux au PQ, dont Bernard Landry (et son représentant officiel défenseur Pierre Cloutier sur Vigile, ce dernier laissant entendre contradictoirement qu'il est pro-constituante) entretiennent le confusionnisme sur ces 2 modes contraires de penser l'État, les droits et le rapport au peuple.
    D'ailleurs, de sérieuses questions se posent sur le PQ, depuis ses débuts, suite à la dévoration du RIN, seul parti, répétons-le pour bien l'assimiler, émanant de mouvements citoyens. La dévoration du RIN par le PQ fut probablement calculée, planifiée et commanditée par le père Paul Desmarais dans l'ombre, dont Landry fit d'ailleurs étrangement l'éloge débilitante de ce démolisseur de peuple comme de l'État québécois et ce, à l'émission Tout le monde en parle.
    Notons-le, donc: depuis le début, le PQ n'a jamais élaboré, même provisoirement, de constitution. Le PQ n'a jamais non plus utilisé le mot "république" - sauf dans le premier discours de fusion avec le RIN fait par René Lévesque. "République" est un mot tabou depuis. Et même PKP, qui l'avait employé une seul fois, je crois, dans le coin de Gatineau, y a renoncé par la suite. Jamais le PQ n'a critiqué directement le néolibéralisme, lui-même contraire à une authentique social-démocratie républicaine. Jamais, enfin, le PQ, n'a refusé de prêter serment à la Reine et plutôt au seul peuple électeur. Jamais il n'a dénoncé systématiquement et avec force le régime parlementaire britannique et cherché à le modifier. Pourtant, n'ayant pas signé la constitution de 82, le PQ est légitimé de s'opposer au régime fédéral en rapports de force ouverts et ruptures volontaires.
    L'étrange inaction de coalition de partis sur le dossier Énergie Est est révélatrice d'un apathie volontaire: contrer Énergie Est (et le régime impérialiste fédéral simultanément de facto) est le point de jonction de la cause indépendantiste et du peuple mobilisé déjà, comme de toutes les instances publiques et municipales contre l'oléoduc. Pourquoi cette inertie politique? La peur des prédateurs lobbyistes de l'ombre? En plus le modèle-précédent de la porte fermée aux pétroleux par la Colombie-Britannique est là: si ça vaut pour eux, pourquoi pas pour le Québec? L'argumentaire est tout cuit dans le bec, et le PQ fait l'autruche? C'est quoi la "joke"?...
    Ajoutons à cette mollesse "intentionnelle" ou incrustée, que Bernard Landry et une armada de non-élus comme lui de l'arrière-garde passéiste, en présentant leur couronné Alexandre Cloutier à la direction du PQ, font preuves de comportements monarchistes et tutélaires, bafouant social-démocratie et militants ouvertement. Le devoir de réserve aurait dû prévaloir pour Landry comme pour Duceppe et autres anciens.
    Une mutinerie niant ces faux-représentants de la Cause auto-couronnés d'avance, serait d'autant bienvenue que sans l'abolition des divisions de partis dans un rassemblement renouvelé des forces indépendantistes, la minorité libérale néolibéraliste dictatoriale (avec les Desmarais prédateurs de coulisses gouvernant de fait avec ses privé-légistes associés) sera réélue par défaut de sens électoral stratégique.

  • Alain Raby Répondre

    6 juillet 2016

    Le 1er juillet 2017-Suggestion : Pique-nique au parc Lafontaine devant le monument de Dollard-des-Ormeaux.
    Le 1er juillet 2017 sera différent de celui de 2016.
    Plutôt qu'une marche, nous organiserons un pique-nique et discours républicains, où les citoyens présents pourront prendre la parole après l'orateur invité. Il pourrait y avoir de courts spectacles à thèmes anti-monarchistes et pro républicains. Bref ce serait festif, pacifique, convivial et significatif. Le contenu devra être substantiel. L'évènement se tiendrait à 3 h00 pm. Si des patriotes voulaient organiser une marche républicaine, libre à eux. Ils pourraient rejoindre le groupe devant le monument de Dollard vers 3 heures pm pour entendre les discours.
    Qu'en pensez-vous? Qui pourraient donner un coup de main, ce jour-là ?
    Merci, Alain Raby

  • Alain Raby Répondre

    5 juillet 2016

    Prise de parole citoyenne.
    Le 1er juillet 2017: Le Carré bleu sera là.
    J'ai reçu une lettre de la SSJBM qui lance sa campagne annuelle de financement et qui donne un aperçu de ses prochaines actions. Parmi la douzaine d'actions projetées, il y a une campagne de promotion de l'idée de république et une grande campagne de contre-commémorations du 150 ième du Canada. Je crois pouvoir lire que le Carré bleu a inspiré, un tant soit peu, ces actions. Il faut absolument continuer, pour une cinquième année consécutive, notre action politique. Si vous êtes intéressés à donner un coup de main, manifestez-vous ! Vive le Carré bleu. Vive le Québec républicain et libre.
    Prochaine action déjà projetée par le Carré bleu: Le 1er juillet 2017, rendez-vous au monument de Dollard-des Ormeaux, au parc Lafontaine à 3h00 pm pour entendre ceux qui voudront prendre la parole, sur nos thèmes précis. Ce haut lieu symbolique de la résistance nationale devrait servir, à chaque 1er juillet, à une prise de parole par des citoyens-nes indépendantistes pro républicains-nes.
    Nous finirons bien par triompher.
    Alain Raby, responsable du Carré bleu.

  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    5 juillet 2016


    À lire absolument :

    Par la Loi 99, le Québec se reconnaît pour la première fois comme un État de jure.
    Projet de loi no 99 (2000, chapitre 46)
    Loi sur l’exercice des droits
    fondamentaux et des prérogatives du
    peuple québécois et de l’État du Québec
    http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=5&file=2000C46F.PDF
    ....
    M Parizeau en Commission parlementaire sur le projet de loi 99 :
    (...)
    "le projet de loi n° 99 mérite un meilleur traitement que cela. C'est, à ma connaissance, la première fois que l'on codifie dans un document juridique les droits et prérogatives de l'État québécois. Jusqu'à récemment, ces droits et prérogatives étaient invariablement définis dans le cadre de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique et reflétaient le partage des compétences entre le pouvoir central et les provinces. Pour la première fois, je pense, un texte législatif cherche à définir non pas les attributions des provinces, mais celles du Québec, non pas celles du Québec par rapport à celles du Canada, mais à celles du Québec lui-même. Certains des droits exprimés ont un sens absolu. Ainsi peut-on lire à l'article 2: «Seul le peuple québécois a le droit de choisir le régime politique et le statut juridique du Québec.»
    http://archives.vigile.net/00-4/99-parizeau.html
    JCPomerleau

  • Alain Raby Répondre

    4 juillet 2016

    Patriotes,
    L' an prochain, lors du 1er juillet 2017, nous convions les patriotes québécois à se rendre au monument de Dollard-des-Ormeaux, au parc Lafontaine, Montréal, à 3heures pm. Ceux, parmi nous, qui voudront prendre la parole sur les thèmes de l'indépendance du Québec, de l'abolition de la monarchie et de la nécessaire République indépendante québécoise, y seront bienvenus.
    En fait ce rendez-vous de la libre expression dans ce haut lieu public devrait se perpétuer d'année en année, et devrait même déborder sur tous les autres jours de l'année.
    Les marcheurs pour la République du Québec, le 1er juillet 2016, ont beaucoup apprécié ceux qui prirent, alors,la parole. C'est un événement populaire qu'il faut répéter.
    Voilà, l'événement du 1er juillet 2017 est lancé.
    Peu importe les conditions climatiques. préparez-vous en conséquence.
    Invitez vos amis-es.
    À bas la monarchie !
    Vive la République du Québec !
    Alain Raby, responsable du Carré Bleu.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 juillet 2016

    Si Pet Junior persiste à nous enfoncer dans le crane que les québécois sont d'origine multi ethnique culturelle, qu'il nous le dise tout court et qu'il nous traite de race de bâtards.