Une Fille du roi, un million de descendants

D0a3a92a7f30f2f8dc467b11c392e544

Les 727 Filles du roi, mères de la nation


La contribution des Filles du roi au pool génétique des Québécois s’élève à 9 %, selon une recherche qui sera présentée cette semaine au Congrès de l’ACFAS à Saguenay. Et parmi ces Filles du roi, celle qui a eu le plus de descendants n’a eu aucun enfant en Nouvelle-France !


Veuve, Anne Lemaître a quitté Rouen pour la Nouvelle-France avec son fils, Nicolas Roy, et ses deux petits-fils. Une fois débarquée, elle n’a pas eu d’autres enfants, mais les chercheurs lui ont trouvé plus d’un million de descendants. « Son impressionnante descendance est due à un seul enfant, contrairement à d’autres femmes qui ont pu avoir une dizaine d’enfants et dont les lignées se sont éteintes », note Sophie Desportes, qui a étudié le sujet dans le cadre de sa maîtrise à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).


La jeune femme fait partie de l’équipe de recherche du fichier BALSAC, une immense banque de données démographiques créée dans les années 1970 par le sociologue Gérard Bouchard. Grâce à BALSAC, les Québécois sont l’une des populations les mieux caractérisées à l’échelle mondiale, note le directeur du projet, Simon Girard.


Depuis 45 ans, on y a compilé pas moins de 3 millions d’actes de mariage de toutes les paroisses du Québec. « On a des gens qui prennent des photos des registres paroissiaux. Ils lisent les pattes de mouches des curés, retranscrivent chacun des actes de mariage à l’informatique puis ceux-ci sont intégrés à une grande base de données. Aujourd’hui, on a pratiquement 90 % des mariages qui ont eu lieu sur le territoire québécois dans une paroisse catholique. »


Ainsi, pour faire sa recherche sur les Filles du roi, Sophie Desportes a utilisé une banque de données de 60 000 généalogies du XXe siècle en la croisant avec les lignées de 727 Filles du roi.


« On a pris un corpus généalogique contemporain qui est composé de l’ensemble des individus qui se sont mariés dans BALSAC en 1960. À partir de ce corpus généalogique là, on a pu retracer les ancêtres et identifier les fondateurs immigrants et donc, les Filles du roi. C’est à partir de ces analyses-là qu’on a pu estimer la contribution génétique totale des Filles du roi au pool génétique des Québécois à 9,35 %. »


Le pool génétique (ou génique) renvoie à l’ensemble des gènes portés par les individus d’une population à partir des immigrants de cette population jusqu’à leurs descendants aujourd’hui.


Des enfants Fièvre, Premier et Gargottin


La recherche a en outre révélé que certaines Filles du roi se démarquent par leur nombre de descendants et le nombre de généalogies auxquelles elles sont rattachées. « Une dizaine de femmes sont dans plus de 30 % de nos corpus contemporains », signale Sophie Desportes.


« C’est toujours impressionnant de se rendre compte qu’un petit groupe de femmes a contribué à une telle proportion. »


Elles s’appellent Catherine Fièvre, Martine Premier, Louise Gargottin, Renée Rivière et Andrée Remondière. Des noms de famille qui peuvent sembler colorés, mais seraient devenus aussi communs que Tremblay, Côté ou Gagnon si la Nouvelle-France avait décidé de donner aux enfants le nom de leur mère.


Si ça avait été le cas, le nom de famille le plus courant aujourd’hui serait Langlois et non Tremblay. Il y aurait en outre davantage de Gargottin que de Bouchard et plus de Riton que de Morin !


Au-delà de leur intérêt historique, ces recherches recèlent un intérêt dans le domaine de la génétique et de la santé, note le professeur de biologie et directeur de projet BALSAC Simon Girard. « On sait que certaines maladies viennent d’une Fille du roi. Ça, ça nous permet de voir d’où viennent les mutations, qui les a introduites en terre de Nouvelle-France. Mieux comprendre la dynamique de dispersion de ces maladies-là, ça va aussi nous aider à comprendre comment intervenir. »


Dès lors, les campagnes de dépistage de certaines maladies pourraient être mieux ciblées, poursuit-il. « On va être capables de faire des offres de tests de porteurs un peu plus précises pour chacune des régions. »


Le colloque sur le fichier BALSAC s’étale sur deux jours et compte plus d’une douzaine de présentations, dont l’une traitera des migrations bretonnes à l’origine de l’effet fondateur de la fibrose kystique au Québec. 


> La suite sur Le Devoir.