Option nationale

Une approche personnalisée

"C’est donc avec le plus grand des enthousiasmes que nous pouvons entrevoir l’avenir d’Option nationale!"

Tribune libre


En ouvrant ma boîte de messageries électroniques ce matin, j’ai été agréablement surpris de découvrir ce message personnel de Jean-Martin Aussant faisant état des principales propositions qui ont été adoptées lors du congrès de fondation d’Option nationale le 25 février.
Voilà, me suis-dit, une approche mobilisatrice et respectueuse envers les membres qui constituent ce nouveau parti politique…une approche personnalisée qui dénote toute l’importance accordée au regroupement d’une équipe par son chef.

« M. Marineau,
Réunis en fin de semaine dernière à Bécancour, c'est plus de 350 membres d'Option nationale qui ont participé à la formation de notre parti, dans le cadre de notre premier Congrès. Les congressistes ont ainsi pu entériner la plateforme du parti, dont l’objectif est de faire du Québec un pays libre de tous ses choix. Plus qu'un simple vent de changement, ce que les Québécois veulent, c'est une vision claire pour notre avenir collectif.
Un projet ambitieux pour le Québec
Parmi les propositions adoptées, Option nationale compte faire en sorte que le Québec vote toutes ses lois, perçoive tous ses impôts et signe tous ses traités. En outre, une Constitution proposant la souveraineté du Québec et l’établissement de certaines valeurs fondamentales sera également écrite et soumise à l’approbation de la population du Québec sous un éventuel gouvernement d’Option nationale.
Figurent aussi au programme d’Option nationale, entre autres, la nationalisation des ressources naturelles, la gratuité scolaire, un projet de monorail national, des efforts accrus vers la prévention dans le domaine de la santé et la création d’une société d’État qui centralisera l’achat des produits pharmaceutiques au Québec. Les institutions démocratiques sont aussi visées par la plateforme, qui inclut un financement public des partis politiques pour éliminer l’influence de donateurs privés, des élections à date fixe, une stricte supervision des lobbys et l’ajout d’une composante de proportionnelle au système électoral québécois.
Une organisation simple qui permettra la participation de tous

Les statuts temporaires du parti ont également été entérinés par les participants au congrès et incluent, entre autres, une ouverture permanente à collaborer, voire fusionner, avec tout autre parti qui véhiculera un message jugé suffisamment similaire.
Surtout, nos statuts déterminent les formules qui permettront de nous doter d'équipes locales lors d'Assemblées générales. Ces équipes couvriront le territoire du Québec et viseront à redonner à tous le goût de la politique et l'envie de participer aux affaires nationales. Bref, d'agir pour transformer le quotidien. Aussi, si vous souhaitez être de l’une de ces équipes, nous vous rappelons que vous pouvez remplir le formulaire de « bénévolat » en cliquant ici. Très rapidement, dès lors qu'un noyau suffisant de membres sera identifié, nous entrerons en contact avec vous pour organiser ces rendez-vous.
Une équipe nationale pleine de talents

Le congrès a enfin permis d’entériner un premier Conseil national qui guidera les destinées du parti pour la prochaine année. Il est constitué de professionnels et d’étudiants aux profils variés qui sauront faire progresser les idées d’Option nationale au sein de la population du Québec. Les membres qui siégeront au conseil national fondateur sont :
Denis Monière, professeur de science politique, comme VP à la commission politique;
_ Yanek Lauzière Fillion, formateur à la francisation des immigrants, comme VP à la citoyenneté et aux communautés;
_ Paolo Zambito, étudiant à la maîtrise à l’ÉNAP, comme VP à l’organisation et à la mobilisation;
_ Gabrielle Dufour Turcotte, étudiante en droit, comme secrétaire;
_ Martin Désilets, transporteur scolaire, comme trésorier
_ Evelyne Beaudin, étudiante à la maîtrise en économie, comme conseillère;
_ Christian Bélanger, gestionnaire et enseignant, comme conseiller;
_ Sarah Désilets Rousseau, avocate, comme conseillère;
_ Catherine Dorion, auteure et comédienne, comme conseillère;
_ Catherine Fillion Lauzière, avocate, comme conseillère;
_ Caroline Lang, étudiante en droit, comme conseillère;
_ Marianne Mathis, géographe, comme conseillère;
_ Julie McCann, avocate et chargée d’enseignement, comme conseillère;
_ Nicolas Payne, musicien et chroniqueur, comme conseiller;
_ Bernard Plante, chargé de projets, comme conseiller;
_ Miguel Tremblay, physicien, comme conseiller.
C’est donc avec le plus grand des enthousiasmes que nous pouvons entrevoir l’avenir d’Option nationale!
Au plaisir de vous revoir bientôt lors de l’une de nos prochaines activités,
Jean-Martin Aussant
_ Chef d'Option nationale
_ Député de Nicolet-Yamaska
»

Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1801 articles

  • 1 221 072

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Jean-Pierre Bélisle Répondre

    2 mars 2012

    J’ai aussi reçu le même message automatisé. C’est de bon commerce, mais j’en reçois plusieurs du genre chaque jour. De toute manière, l’important, c’est ce que j’ai moi-même vu et entendu.
    Pierre Cloutier, avec son statut, son expérience et sa loyauté, résume avec tact : « Pour le reste, le bébé est né et il est en santé. On verra s’il vieillira bien. »
    Dans mon cas, je n’ai jamais été fondamentalement un homme de parti. Je contribue, je participe et je vote, bien sûr, mais je garde toujours une distance, un degré de liberté me permettant de penser par moi-même et de dire ce que je pense vraiment si je l’estime nécessaire pour « la cause ». Cela, j’en conviens, ne plait pas toujours à mes amis « bons soldats ».
    « On verra s’il vieillira bien ». Là est la question. Ceux qui ont eu des enfants savent que les nourrissons, dès leurs premières semaines de vie, dévoilent leurs principaux traits de caractère.
    Pour le moment, la qualité des membres qui siégeront au conseil national fondateur est un signe très encourageant.
    Jean-Pierre Bélisle

  • Henri Marineau Répondre

    2 mars 2012

    Une petite précision...
    Je sais très bien que le message de Jean-Martin Aussant ne s'adressait pas qu'à moi personnellement!
    Toutefois, le fait qu'il soit DE Jean-Martin Aussant
    À Henri Marineau
    représente, à mes yeux, un signe appréciable qui démontre toute l'importance attachée à "chacun" des membres d'Option nationale...et cela constitue ce que j'ai appelé "une approche personnalisée"!

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mars 2012

    D'accord avec vous, Monsieur Cloutier. Nous avons également reçu ce courriel "personnalisé", et l'avons apprécié. Cependant, il est clair qu'il ne s'agit pas d'un message personnel du chef à chacun des militants. Mais nous voyons déjà à l'oeuvre un parti structuré, malgré sa jeunesse, ce qui nous donne grandement espoir. Pour l'heure, il a notre appui entier.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mars 2012

    C'est simple à comprendre : ON comporte quelques jeunes kracks en informatique qui font un usage maximal des TICS et qui peuvent envoyer des messages de ce genre, que j'ai reçu moi aussi et qui a probablement été envoyé à tous les membres du parti de façon automatisée et non pas "personnalisée" comme vous vous dites.
    Pour être personnalisé il aurait fallu que le chef d'ON vous écrive personnellement, ce qui n'est pas le cas pas plus qu'à moi d'ailleurs.
    Il ne faut pas partir en peur non plus avec ON. Ce parti est intéressant, son chef est intelligent et déterminé, la plupart de ses membres sont jeunes et scolarisés, mais il ne faut pas que ce parti fasse comme le PQ non plus : soit produire encore et encore une, 2 ou 3 générations de politiciens professionnels provinciaux.
    On veut un pays. On ne veut pas de petits administrateurs de la province de Québec. N'oubliez jamais cela, monsieur Marineau.
    Pour le reste, le bébé est né et il est en santé. On verra s'il vieillira bien.
    Pierre Cloutier