Richard Séguin

Un géant de la chanson québécoise

"Il ne faut pas confondre nostalgie et histoire"

Tribune libre


À sa première apparition en quarante ans de carrière à la Maison de la chanson du théâtre Petit Champlain, située dans le Vieux-Québec, Richard Séguin, à travers ses histoires de vie, a su conquérir son public, le 26 octobre, dans son spectacle intitulé « De colères et d’espoir ».
À entendre ce géant de la chanson québécoise, ce poète patriote pousser à pleins poumons ses paroles qui viennent nous chercher jusque dans nos tripes, Séguin nous donne l’impression qu’il tient le cœur de sa patrie entre ses mains.
À preuve, cette « Lettre au PM », extraite de son dernier album
« Appalaches », qui lance un cri du cœur contre les horreurs de la guerre contre lesquelles le citoyen demeure impuissant parce que « même en démocratie, vous n’voulez d’mon avis », crie le poète au PM.


« Je suis père de famille
_ Demain ma grande fille
_ Partira pour la guerre
_ Tristesse humanitaire
C’est une idéaliste
_ Et même une pacifiste
_ Dans son cœur tout se noue
_ Ses idées sont si floues
Vous dites qu’on est en guerre
_ Mais jamais sur cette terre
_ Même en démocratie
_ Vous n’voulez d’mon avis
Je n’aime pas les fusils
_ Les morts et les prières
_ Les tombes que l’on suit
_ En chantant la patrie
Nous ne sommes pas sur terre
_ Pour sauter sur des mines
_ Ces engins de l’enfer
_ Que fabriquent vos usines
Quand reviendra ma fille
_ Debout ou en civière
_ Faudra-t-il qu’on maquille
_ Nos peurs et nos colères
Je sais qu’il faut se taire
_ Stratégies de vos guerres
_ Mais le poids de ma peine
_ Il brûle dans mes veines
Je sais qu’il faut défendre
_ L’idée de liberté
_ Mais vous me faites entendre
_ Si peu de vérités
Vous jouez sur les mots
_ Et nous comptons les morts
_ Vous jouez sur les mots
_ L’illusion de l’espoir
Je suis père de famille
_ Demain ma grande fille
_ Partira pour la guerre
_ Tristesse humanitaire
C’est une idéaliste
_ Et même une pacifiste
_ Dans son cœur tout se noue
_ Ses idées sont si floues »

Comme Séguin l’a exprimé fort à propos en début de concert, « il ne faut pas confondre nostalgie et histoire » même si plusieurs de ses chansons nous touchent en plein cœur… Au sortir de la salle, nous sommes convaincus que Richard Séguin a choisi sans contredit de nous léguer l’histoire de notre nation en chanson, une nation qui sait « qu’il faut défendre l’idée de liberté » mais qui se retrouve sans cesse confrontée à des politiciens roublards qui font
« entendre si peu de vérités ».
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1781 articles

  • 1 209 785

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé