Splendeurs du conservatisme

F0576c9bf863816f9f212ac31a26efdc

Pour ceux qui cherchent le racisme systémique

Imaginez un peu cette scène de pure fiction : une annonce oblique de François Legault, lancée dans l’arène publique pour faire éclater au grand jour la vacuité de nos pensées à l’égard de la minorité française au Canada. Quelque chose qui dirait à peu près ceci :


« Désormais, dans un souci de conserver la francophonie canadienne vivante — sans quoi ce pays ne sera plus qu’une vague banlieue de Cincinnati —, le gouvernement du Québec utilisera tous ses fonds destinés jusqu’ici aux services aux anglophones afin de financer les services aux francophones d’Ontario et, s’il le faut, d’ailleurs aussi. Le gouvernement québécois a bon espoir que la communauté anglophone du Québec comprendra cette nécessité économique pour contrer les injustices générées par le pire des conservatismes. Pour les plaintes, évidemment, prière de vous adresser directement au bureau du premier ministre Doug Ford. »


Vous imaginez un peu les hauts cris !


Le gouvernement Ford a aboli le Commissariat aux services en français. Il rompt de surcroît la promesse bien engagée de mettre sur pied une université française à Toronto. Ce qui réitère, sous un jour nouveau, les principes de l’assimilation par l’éducation, en poussant les francophones à étudier, faute de mieux, dans des universités anglophones ou bilingues, là où ils se retrouvent toujours en situation minoritaire.


La formation, l’éducation et la culture assurent l’avenir d’une société. On le sait depuis longtemps, du moins hors Québec, là où le combat pour un meilleur système d’enseignement ne se réduit pas à la seule incantation répétée des vertus de la maternelle pour les enfants de quatre ans.


À la mise en application du triste Règlement 17 en 1913, l’anglais devenait, en Ontario, la seule langue d’enseignement dans toutes les écoles élémentaires. L’affaire sera dénoncée par Henri Bourassa dans les pages du Devoir comme un autre reflet éclatant du colonialisme. Bourassa, on le sait, fut menacé d’être lynché…


En 1890, cinq ans après l’assassinat de Louis Riel, la province du Manitoba, érigée sur la dépouille du peuple métis, ne trouve rien de plus urgent à faire que d’abolir les subventions aux écoles françaises, de même que l’usage de cette langue au Parlement et devant les tribunaux. Les nouvelles provinces de l’Ouest n’offrent pas davantage de garanties à la population française. En Alberta, centre d’une forte colonisation venue en partie du Québec, il faudra attendre 1990 pour que la Cour affirme le droit à la gestion scolaire en français.


Le Nouveau-Brunswick supprime les subventions aux écoles catholiques en 1871, aussi bien dire les écoles françaises elles-mêmes. Quelques années plus tôt, dans le même esprit, la Nouvelle-Écosse adopte une loi semblable. Encore en 1968 et 1969, les Acadiens de Moncton en sont réduits à descendre dans la rue pour obtenir le droit d’être éduqués et de vivre convenablement dans leur langue, ce dont témoigne L’Acadie, l’Acadie ? ! ?, un film de Pierre Perrault alors censuré.


Au Nouveau-Brunswick encore, un de ces députés anti-français soutenait, ces derniers jours, qu’en matière d’éducation il n’existe aucune disparité entre la communauté anglaise et française. Cette hypocrisie sociale qui consiste à croire que les effets cumulés d’une pauvreté structurelle sont sans effet sur les individus, André Laurendeau la dénonçait déjà il y a 50 ans : « J’ai envie de leur dire : “il n’y a pas de problème parce que vous leur avez brisé les reins”». En 2016, à l’Université de Moncton, plus de 25 % des étudiants en éducation ont été expulsés du programme après avoir été incapables de réussir l’examen de français auquel leur société, à l’évidence, n’avait pas su les préparer.


Ce n’est pas sans raison que le commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick s’inquiète, dans sa plus récente sortie, d’une montée du ressentiment à l’égard du français. Le bilinguisme serait plus que jamais menacé, laisse-t-il entendre. Une façon pudique, encore une fois, de parler du français, puisque chacun sait que le bilinguisme, au Canada, c’est l’anglais.


Le sort de toute la Franco-Amérique ne peut pas nous être indifférent. Henri Bourassa, malgré tous ses défauts, était allé en Ontario défendre les Francos. Aujourd’hui, pourquoi faudrait-il emboîter le pas à ceux qui, habitués à psalmodier à tout vent n’importe quoi pour faire mousser leur renommée, ne croient bon de parler de ces minorités que pour contribuer à les enterrer vivantes ?


Les Franco-Ontariens sont nombreux. Ils se feront entendre. Ce sera alors un devoir que d’offrir un écho à leur voix, tout en usant de la nôtre. Mais cela, pour une fois, devrait être fait en dépassant les seules frontières de l’intérêt national commun. Car au fond, contre quoi tous les Doug Ford du monde en ont-ils ? Ces conservateurs carnassiers attaquent, au même titre que la minorité française, la nature, les malades, les enfants défavorisés, les pauvres. Ford s’est par exemple empressé d’éliminer le contrôle des prix des nouvelles locations immobilières, ce qui est dramatique pour les gens à faible revenu, surtout dans des villes comme Toronto et Ottawa. Ce gouvernement fragilise ainsi les classes populaires en dévaluant à loisir leur vie et leur survie, dans un processus où, sous le couvert de l’économie triomphante, il s’évite volontiers d’examiner les conditions d’exercice de la bonne fortune. Cette discrimination dépasse la seule question linguistique. Et cela ne la rend que plus grave encore.