Taxer les polluants

Solidarité mitigée de Legault envers les gouvernements conservateurs

Trudeau et la politique extérieure

33626e3a3cb9863703fb6f265c5ba504

Tribune libre

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, lors du traditionnel Stampede de Calgary, a profité de l’événement pour inviter ses homologues conservateurs afin de créer un front commun visant à manifester leur désaccord sur la taxe carbone imposée par le gouvernement Trudeau en prévision de la dernière rencontre des premiers ministres avant le scrutin fédéral d’octobre 2019.


De son côté, lors d’un point de presse, François Legault a tenu à préciser sa position à ce sujet en déclarant qu’il appuyait l’autonomie des provinces concernant la taxe carbone imposée par Ottawa en ajoutant toutefois son approbation à une façon obligatoire de taxer les polluants, laissant ainsi aux provinces le choix du moyen pour arriver à ces fins.


En agissant de la sorte, François Legault remet sur la carte politique sa prédilection pour l’autonomie des compétences provinciales tout en se montrant solidaire du fédéral sur le devoir des provinces de contribuer aux moyens de pallier les effets polluants des gaz à effets de serre… une solidarité que l’on peut qualifier de mitigée eu égard à celle des gouvernements provinciaux conservateurs.


Trudeau et la politique extérieure


Ainsi, Justin Trudeau nous confirme que Donald Trump a bel et bien abordé, à sa demande, la question des deux Canadiens détenus en Chine avec le leader chinois Xi Jinping lors d’une rencontre bilatérale au sommet du G20.


De deux choses l’une… Ou Justin Trudeau fait preuve de naïveté en croyant que Donald Trump a intercédé auprès du leader chinois, ou il démontre un manque de leadership patent en s’en remettant au chef de l’État américain pour faire passer ses messages.


Depuis l’arrivée de Trudeau au pouvoir, la politique extérieure subit de durs contrecoups, notamment avec la Chine depuis l’emprisonnement de Meng Wanzhou, dirigeante de Huawei, pour le compte des Américains. Tout va réellement comme si Justin Trudeau et son entourage s’étaient vraiment imaginé que son image branchée pourrait tenir lieu de politique étrangère.


Or, la réalité est toute autre. Avec Justin Trudeau comme diplomate en chef du Canada, on a plutôt l’impression de se trouver devant quelqu’un qui n’a tout simplement pas les qualités diplomatiques nécessaires pour incarner le rôle de premier ministre du Canada. Pour tout dire, Justin Trudeau joue le personnage d’un ineffable guignol au sein de la communauté internationale!



Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1315 articles

  • 1 171 643

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé