René Angélil

Un homme attaché à ses racines

Tribune libre

De tous les reportages que j’ai pu voir sur le décès de René Angélil traitant notamment de ses qualités professionnelles et humaines, j’ai retenu son sentiment d’appartenance à ses racines québécoises. Ainsi en est-il des nombreux retours du couple au Québec qui se faisait non seulement un devoir mais aussi un plaisir de réaliser régulièrement malgré ses nombreuses occupations ailleurs sur la planète.

Comme on pourrait dire dans le monde artistique, la gloire ne lui est jamais montée à la tête. À preuve, cet engouement pour les repas qu’il ne manquait jamais chez Pat Rétro lors de son passage à Québec de même que sa prédilection pour le Capitole dont le directeur Jean Pilote nous raconte qu’un soir, après le spectacle qu’avait donné Céline, le couple était descendu de sa chambre, vêtu du peignoir du Capitole, pour le rejoindre à la salle à manger pour manger un dessert.

Même si René Angélil incarnait un personnage plus grand que nature qui a œuvré sur la scène internationale, il aura laissé dans la mémoire collective des Québécois l’image d’un grand Québécois…et pour cela, nous ne pouvons que lui rendre un hommage singulier et sincère.

À titre d’exemple de commentaires parus sur le Web à la suite de l’annonce du décès de René Angélil, j’ai choisi celui de Biz :

« RIP René Angélil. Homme de peu de mots qui n'en pensait pas moins. Sage d'une grande écoute. Un gagnant qui fut loyal envers le Québec. »

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2042 articles

  • 1 432 907

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Henri Marineau Répondre

    20 janvier 2016

    Selon l’Office québécois de la langue française, les funérailles nationales honorent la mémoire d'un chef d'État ou d'une personne s'étant particulièrement illustré dans la vie politique, culturelle ou sociale d'une nation, d'un État ou d'un pays. Or, depuis l’annonce par le premier ministre Couillard d’offrir des funérailles nationales à René Angelil, plusieurs voix discordantes se sont fait entendre, particulièrement dans les médias sociaux.
    On pourra toujours palabrer longtemps sur la pertinence de cet honneur dévolu à René Angelil, rares sont ceux qui ne se rallieront pas au fait qu’il a eu une carrière exceptionnelle en tant que gérant de Céline Dion et qu’il a réussi à réaliser ce que personne d’autre avant lui n’a réussi, à savoir conduire au sommet de la chanson internationale une petite Québécoise issue d’un milieu très modeste.
    Et, de surcroît, en demeurant attaché à ses racines québécoises…Et si ce n’est que pour cette raison, le gouvernement du Québec est fort légitimé d’honorer la carrière artistique phénoménale de René Angelil. Alors, oui à des funérailles nationales pour ce grand Québécois!

  • Archives de Vigile Répondre

    15 janvier 2016

    Entrevue avec Paul Arcand: http://www.tagtele.com/videos/voir/34404
    J'ai appris lors de cet entrevue que René était d'origine Syrienne. Ca m'a révélé une fois de plus qu'il était possible pour le Québec d'offrir un acceuil généreux et intégrant pour les immigrants. Nous avons malheureusement perdu pied avec le PLQ au pouvoir.
    Merci pour votre article.