Multiculturalisme à outrance

Réaction de Justin Trudeau aux livres brulés

Tribune libre

 


 


Radio Canada a appris que le Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le sud-ouest de l’Ontario, a brûlé 5000 livres jugés néfastes pour les autochtones dans une cérémonie de «purification par la flamme» en 2019.

À cet effet, il m’apparaît important de citer la réaction du premier ministre libéral sortant, Justin Trudeau, à la divulgation de cette nouvelle : « Personnellement, [je ne suis] jamais d’accord à ce qu’on brûle des livres…  Ce n’est pas à moi, ce n’est pas aux non-autochtones, de dire aux autochtones comment ils devraient se sentir ou comment ils devraient agir pour faire avancer la réconciliation. Nous devons démontrer une compréhension de la tristesse, peut-être de la colère, que beaucoup d’entre eux éprouvent par rapport à la réconciliation et du travail que nous avons encore à faire. »

Arrêtons-nous sur ce segment de l’intervention de Justin Trudeau : « Ce n’est pas à moi, de dire aux autochtones comment ils devraient agir pour faire avancer la réconciliation. »  Ce qui laisse entendre que le fait de jeter au feu des milliers de livres devient une option qui pourrait favoriser la réconciliation. Une réflexion qui démontre, encore une fois, le sacrosaint culte que Justin Trudeau voue au multiculturalisme à outrance.

À mon avis, la réconciliation avec le passé des autochtones passe par le dialogue. On ne peut recréer le passé ni encore moins le faire disparaître par quelque cérémonie que ce soit. Il faut vivre avec lui tout en faisant en sorte qu’il ne se reproduise plus dans le cas où il fait ressortir des injustices.

Dans mon schème de pensée, un livre est un bien sacré qu’il faut protéger par tous les moyens. Sa destruction par le feu est un sacrilège et une ignominie inacceptables qu’il faut à tout prix condamner sans réserve, une attitude que Justin Trudeau n’a pas eu le courage de démontrer…


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1633 articles

  • 1 146 554

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Author extra bg

« Rebâtir la confiance »


Author extra bg

Un peu de cohérence, M. Legault!


Author extra bg
Author extra bg

La question qui tue



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé