Raisonnement par l'absurde

La charte de la laïcité à sortir du placard

Tribune libre

Lors de la dernière campagne électorale, Philippe Couillard avait promis d’agir « rapidement » dans le dossier sur la neutralité religieuse de l’État québécois. Eh bien, qu’à cela ne tienne, malgré les récents attentats terroristes qui ont secoué le monde occidental, notre premier ministre ne voit pas l’urgence de déposer un projet de loi à ce sujet d’ici la fin de la première session parlementaire, voire même de son premier mandat.

Toutefois, ce qui me chicote dans l’argumentaire du PM, c’est la facilité avec laquelle il manipule les arguments contradictoires pour légitimer sa démarche. À cet effet, je m’arrêterai à cette déclaration : pour M. Couillard, plus les signes d'exclusion se manifestent, plus les extrémistes sont contents. «Oui il faut un équilibre, mais cette association [entre neutralité religieuse et extrémisme] est totalement inappropriée». Et, de conclure M Couillard, «Ça se fera au moment où les esprits se seront éloignés de la crise qu'on est en train de vivre où l'on pourra [éviter] de glisser vers la stigmatisation et l'exclusion des gens».

En ce qui me concerne, les intentions de Bernard Drainville de ressortir le projet de charte de la laïcité québécoise sont tout à fait opportunes. Quant à aux arguments de Philippe Couillard, ils ne tiennent tout simplement pas la route. C’est précisément quand de telles tueries, orchestrées par des terroristes qui ont profité du laxisme législatif eu égard aux accommodements raisonnables, qu’elles ouvrent la voie à la montée de l’intégrisme, les derniers attentats ici même au Canada en faisant foi.

Alors M Couillard, cessez de fuir la réalité en invoquant des raisonnements par l’absurde et mettez-vous au travail sur de « vraies affaires » avant que des imams fanatiques ne réussissent à contaminer d’autres futurs jeunes djihadistes québécois dans leurs mosquées maintenues à aire ouverte grâce aux accommodements « raisonnables » qu’on leur concède à outrance!

La charte de la laïcité doit sortir du placard

Paradoxalement, au moment où les attentats terroristes perpétrés par des intégristes islamiques ne cessent d’éclater, le gouvernement du Québec maintient le projet de charte de la laïcité du gouvernement précédent dans le placard, probablement parce qu’il ne fait pas partie des « vraies affaires ».

Même son porte-étendard, Bernard Drainville, candidat à la chefferie du PQ, a déclaré récemment qu’il serait prêt à y apporter certains accommodements, une attitude, à mon avis, purement partisane et électoraliste.

Et pourtant, au Québec, des manifestations monstres se sont tenues récemment pour dénoncer l’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, un symbole légendaire de la liberté d’expression et de la lutte contre l’intégrisme.

IL est fort louable de défendre de beaux principes, encore faut-il se donner les outils pour y parvenir. La charte de la laïcité doit sortir du placard. Oui à une attitude de résistance face à ces fanatiques invétérés pour autant que nous soyons armées adéquatement pour y répondre…Finis les vœux pieux, il est temps de passer aux actes!

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 059

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Pierre Cloutier Répondre

    17 janvier 2015

    Ce qui urge surtout, Monsieur Marineau, c'est de modifier la Charte québécoise des droits et libertés pour y inclure certains principes fondamentaux comme l'égalité homme-femme et la séparation de l'État et de la religion, afin de permettre aux tribunaux de mieux encadrer le droit à la liberté religieuse.
    Lorsque le PQ était au pouvoir, il y avait consensus des partis politiques sur ce principe.
    L'interdiction du port des signes religieux ostentatoires dans l'espace civique pourrait être remis à plus tard, par une simple législation modifiant à titre d'exemples, la Loi sur la fonction publique, la loi sur les services de santé et les services sociaux et les diverses lois en matière d'éducation.

  • François A. Lachapelle Répondre

    17 janvier 2015

    Henri Marineau est un lecteur attentif des besoins du pays du Québec et je partage son point de vue. Un projet de Charte de la laïcité du Québec tel que promis par Philippe Couillard en début de mandat à titre de Premier ministre du Québec doit "sortir du placard".
    On a hâte de voir la mouture de ce projet de loi selon la pensée néolibérale qui caractérise l'orientation de toutes les politiques du Gouvernement Couillard. Ce dernier semble aveuglé par une partisannerie qui oriente ses actions uniquement à courte vue et calculées en termes de dividendes électoraux. Le PM Couillard oublie qu'il est le PM de tous(TES) les Québécois(ES).
    Malheureusement pour nous citoyens, il est impossible de nous former une opinion sur la pensée de notre PM parce qu'il n'a rien écrit publiquement avant son arrivée en politique. Son ardoise est vierge à première vue.
    Heureusement que la consultation de son CV révèle son éloignement d'une médecine humaniste troquée pour une médecine lucrative comme lors de son passage en Arabie saoudite. Son abandon de la pratique médicale en passant par son association d'affaire avec un dénommé Arthur T. PORTER, par son rôle consultatif au comité de surveillance du SCRS, le Service canadien de renseignement et sécurité, démontre un parcours d'essais et d'erreurs.
    Pour compléter notre analyse, l'actualité avec Philippe Couillard au premier plan, enfin, nous révèle la petitesse de l'homme politique. Il y a cette rencontre exclusive de musulmans le 17 novembre dernier, il y a sa déclaration en Chine sur le "sens de l'histoire" que la Chine lui apprend (ndlr: nous n'avons pas besoin d'aller en Chine pour admirer et tenir compte de notre histoire pour agir...) et tout dernièrement, il y a sa plus belle photo en présence de Michael Sabia tout récemment affichant un sourire "niais" alors que Sabia sérieux ne le suit définitivement pas.
    Sommairement, on peut conclure qu'on est mal attelé avec Philippe Couillard pour faire une lecture dynamique des besoins humanistes des Québécois.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 janvier 2015

    Je ne suis pas sûr qu'il soit sage de pousser M. Couillard à nous pondre une charte de la laïcité.
    Parce que, soyez-en sûr, elle sera canadienne jusqu'au trognon. Comme à Toronto, nous aurons des policiers d'allégeances Sikhs portant le turban. Le reste de cette charte sera à l'avenant. Après la Charte canadienne des Droits et de la Personne, cette charte Couillard ne sera qu'un autre point d'appui (wedge) que les communautés religieuses utiliseront pour s'imposer.
    Je pense que je préfère ne pas avoir de charte du tout, que d'avoir une charte Couillard.