PKP ouvre son jeu

Le tandem Cloutier-Hivon

Tribune libre

En s’engageant à créer l’Institut québécois de recherche appliquée sur l’indépendance s’il est désigné chef du Parti québécois en mai prochain, Pierre Karl Péladeau franchit un pas important dans la stratégie qu’il entend mettre de l’avant pour mobiliser les Québécois autour du projet d’indépendance.

De plus, il entend entreprendre un dialogue avec tous les partis et mouvements politiques et organisations de la société civile afin de lancer une campagne « immédiate et permanente » en faveur de l’indépendance. Enfin, si PKP se retrouve à la barre du PQ, il sollicitera le mandat de faire le pays du Québec auprès de l’électorat québécois à l’automne 2018.

Et, de préciser M Péladeau, « les indépendantistes québécois pourront parer à toutes les attaques lors des élections générales de 2018…Les candidats péquistes auront en main un argumentaire important, détaillé, puissant en faveur d’une République québécoise indépendante, de langue française et laïque ».

À mon sens, le député de Saint-Jérôme, en voulant mettre en relief les bienfaits de l’indépendance au vu et au su des Québécois sur les multiples dimensions du projet de pays, telle la souveraineté alimentaire, culturelle, fiscale, internationale et territoriale, atteint la cible avec efficacité sans détour ni fioriture…une stratégie qui a le mérite d’être claire et sans équivoque!

Le tandem Cloutier-Hivon

Nul doute dans mon esprit que le tandem Hivon-Cloutier apportera de l’eau au moulin des idées qui seront débattues au cours de la course à la chefferie du PQ. En effet, celle qui a défendu avec respect et détermination l’épineux dossier du Mourir dans la dignité possède toutes les qualités d’une rassembleuse.

À preuve, ce rapprochement qu’elle tente de susciter avec Sol Zanetti, le chef d’Option nationale. « Avec ses milliers de membres engagés et proactifs, Option nationale est l’une des forces de notre mouvement et sa présence au sein d’une éventuelle Équipe de préparation de l’indépendance est de notre point de vue primordiale. »

Je ne peux qu’applaudir à cette initiative de Véronique Hivon qui vient jeter un peu de baume sur les attaques personnelles dont PKP est victime depuis des semaines et qui ne font que faire stagner le débat d’idées essentiel à la cause souverainiste…Place aux idées!

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 155

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Jean Gilles Répondre

    18 février 2015

    Véronique Hivon est ma députée et je l'ai entendu, maintes fois, faire la promotion de la souveraineté.
    Le vrai défi du prochain chef: ramener les partisans de Martine. Je n'aime pas du tout le discours de Pierre Dubuc. Les syndicats sont en arrière de Martine qui, à date, a reçu aucun appui de député.
    J'ai envoyé 2 messages pour souligner la parution du livre de Dubuc, défavorable à PKP, et ils n'ont pas passé à la censure. J'ose espérer que le 3e, envoyé tantôt, aura plus de veine.
    Pour ma part, je trouve positif l'appui de Véronique et de Gendron à Cloutier. Cela va provoquer des échanges d'idées.
    P.S. L'exécutif de Véronique est pro PKP

  • Archives de Vigile Répondre

    18 février 2015

    Monsieur Marineau
    Que penser de l'appui de François Gendron à Alexandre Cloutier? Je connais très bien ce député originaire de l'Abitibi- Ouest comme moi et avec qui j'ai eu l'occasion de parler de
    politique. Jamais je ne l'ai entendu parler d'indépendance avec moi ni dans les médias. Hier, je lui ai fait parvenir un courriel et je lui ai demandé s'il était un fédéraliste?
    J'ai terminé mon courriel en lui disant que seul l'indépendance du Québec avait une valeur significative à mes yeux et non le "p'tit" provincialisme rabougri, rétréci que nous subissons
    actuellement. J'attends sa réponse.
    André Gignac 18/2/15

  • Archives de Vigile Répondre

    18 février 2015

    Les appuis à PKP se multiplient...L’ex-ministre des Finances et de l’Économie, Nicolas Marceau, a choisi son camp. Le député de Rousseau a donné un «appui enthousiaste» à Pierre Karl Péladeau dans la course à la direction du Parti québécois.

  • Henri Marineau Répondre

    18 février 2015

    @ Pierre Cloutier
    Vous avez raison de vous questionner sur les interventions de ces deux députés concernant l'indépendance du temps où ils étaient au pouvoir. Toutefois, j'ose espérer que leur jeunesse et leur dynamisme contribueront à enrichir le débat sur le plan des idées!...

  • Pierre Cloutier Répondre

    17 février 2015

    Petite question, monsieur Marineau
    Où étaient Alexandre Cloutier et Véronique Hivon sous le PQMarois? Les entendait-on parler d'indépendance? Si, oui, où quand et comment? Me souviens pas de cela. Et vous?