Politique québécoise

Pierre Fitzgibbon, le mouton noir du cabinet

François Legault à la défense de son « chouchou »

Tribune libre

 


C’était écrit dans le ciel, le quatrième rapport de la commissaire à l’éthique à l’encontre de Pierre Fitzgibbon aura eu raison de son poste de ministre de l’Économie. En termes clairs, M. Fitzgibbon était devenu le « mouton noir » du cabinet de François Legault.

Pourtant, Pierre Fitzgibbon aurait dû incarner un excellent ministre de l’Économie compte tenu de ses nombreux contacts dans le monde des affaires. Mais, et il y a un gros « mais », l’ex-homme d’affaires maintenait des placements dans deux compagnies qui recevaient des subventions du gouvernement, Ça sent l’apparence de conflit d’intérêt. Et, le moins qu’on puisse dire, l’éthique en prend pour son rhume

Qui joue avec le feu risque de se brûler, nous rappelle un vieux proverbe. Habitué à traiter de grosses affaires dans sa vie antérieure, il est un habitué des petits jeux avec le feu, et c’est très bien ainsi. Toutefois, en faisant le saut en politique, il s’engageait à respecter le code d’éthique qui lui, ne fait pas de quartier à ceux qui osent y déroger. En fait, il est impitoyable.

En démissionnant, Pierre Fitzgibbon a fait le bon choix, celui du gros bon sens. En effet il ne pouvait pas garder la chèvre et le chou, Les affaires ne font pas bon ménage avec la politique. Néanmoins, l’ex-ministre assure qu’il demeurera député jusqu’à la fin de son mandat en 2022 et peut-être même au-delà. « Je suis venu en politique pour aider, je voulais aider le gouvernement »

Eh bien, M. Fitzgibbon, il n’en tient qu’à vous de respecter le code d’éthique en toutes lettres à défaut de quoi je vous suggère de retourner dans le monde des affaires!

François Legault à la défense de son « chouchou »>

« Le premier ministre François Legault rejette la recommandation de la commissaire à l’éthique Ariane Mignolet, qui demande à Pierre Fitzgibbon de placer dans une fiducie sans droit de regard ses intérêts dans deux entreprises. Il faut plutôt lui donner la chance de les vendre, soutient-il. Même si cela l’exposerait à un autre blâme de la commissaire. »

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/2021-06-03/ethique/pierre-fitzgibbon-s-exposerait-a-un-autre-blame.php


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1595 articles

  • 1 132 216

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé