Pandémie

Pierre Arcand, le "covidiot"

Mes prix citron et orange pour 2020

Raison du refus:
Répétition avec une autre chronique sur Pierre Arcand. Merci de votre compréhension.

 


Les gais lurons qui se sont envolés vers les Sud durant la période des Fêtes, malgré les nombreux appels de Québec à ne pas voyager à l’extérieur du pays ont reçu, et à raison, toute une volée de bois vert sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Or, le député libéral de Mont-Royal–Outremont et ancien chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Pierre Arcand, aura beau invoquer toutes les mesures sanitaires qu’il a prises avant de s’envoler pour la Barbade et que « compte tenu de l’impossibilité de voir [leurs] enfants et petits-enfants pendant la période de Noël » ils ont décidé de prendre l’avion, il n’en demeure pas moins qu’il a fait preuve d’insouciance au même titre que les milliers de Québécois qui ont choisi le camp des « covidiots ».

Toutefois, là où le bât blesse avec le plus d’indécence, c’est que Pierre Arcand est une personnalité publique et qu’à ce titre, il se doit de donner l’exemple. Et ce ne sont sûrement pas ses plates excuses qui contribueront à atténuer la gravité de son geste.

En terminant, je m’en voudrais de ne pas souligner toute la « diplomatie » de la cheffe du PLQ, Dominique Anglade lorsque, appelée à commenter l’escapade de son député, elle a répondu que « les règles en vigueur le permettent même si nous décourageons vivement les déplacements. En regard de cette situation, il appartient désormais à M. Arcand de s’astreindre scrupuleusement aux règles de quarantaine lors de son retour. »… Trois petits tours et puis voilà!

https://www.journaldequebec.com/2020/12/29/voyages-dans-le-sud-le-depute-liberal-pierre-arcand-est-a-la-barbade

Mes prix citron et orange pour 2020

Pour s’être comporté en « touristata », j’accorde mon prix citron au député libéral Pierre Arcand pour avoir fait fi des directives de la Santé publique en allant se pavaner sur les plages de la Barbade durant le congé des Fêtes.

Quant à mon prix orange, je le décerne à François Legault pour avoir su mener d’une main de fer dans un gant de velours les Québécois dans les montagnes russes de la pandémie depuis ses débuts.

Toutefois, dans la catégorie du prix orange, je m’en voudrais de ne pas souligner le courage exceptionnel de toutes ces femmes qui ont osé dénoncer la violence conjugale et les agressions sexuelles de même que tout le personnel soignant qui a su affronter avec ténacité et courage les ravages de la pandémie.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1538 articles

  • 1 008 217

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé