BIG BROTHER

Passeport vaccinal : les PME sont préoccupées

45133a74586b8330398417fab854ba9b

Une mesure délirante qui nuit aux petits commerces


Les dirigeants de petites et moyennes entreprises ont des réticences face au passeport vaccinal, et leur association appelle à la prudence dans ce dossier. 


La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a publié les résultats d’un sondage qui indiquent que «le soutien ou l'opposition au passeport vaccinal varie considérablement selon ce que cette politique pourrait impliquer».


Selon le coup de sondage lancé en ligne le 5 août – et toujours en cours – auxquel 2878 de ses membres ont répondu jusqu’à maintenant, 77 % se disent favorables à la vaccination de leurs employés, mais 61 % des répondants trouveraient difficiles de mettre en place dans leur entreprise un système pour vérifier que leurs employés et leurs clients sont pleinement vaccinés.


Puis, 64 % ont des préoccupations de nature juridique face à l’imposition d’un passeport vaccinal, notamment les risques de poursuites en matière de droits de la personne ou des lois sur la protection des renseignements personnels.


Les chefs d’entreprises se posent plusieurs questions par rapport à l’imposition d’un passeport vaccinal, selon la FCEI, dont: «Qui serait responsable de la vérification du statut vaccinal des clients? De quelle façon les données seront-elles recueillies et les renseignements personnels protégés? Comment les PME pourront-elles respecter leurs obligations juridiques dans les cas où elles devraient accommoder leurs employés pour des questions religieuses ou médicales? Les PME pourraient-elles s'exposer à des plaintes en matière de droits de la personne si elles refusent de servir des clients non vaccinés? Que peut faire une PME si un employé n'est pas vacciné et n'a pas l'intention de le faire?»


La Fédération souligne que «certaines entreprises ont choisi de rendre la vaccination obligatoire pour leurs employés et leurs clients sans avoir reçu de directives de leur gouvernement provincial». «Toutefois, elles doivent être conscientes qu'elles pourraient s'exposer à des poursuites juridiques possiblement coûteuses, notamment en matière de droits de la personne.»


Elle leur recommande donc la prudence et les encourage «à créer un espace ouvert et sans préjugé afin de discuter de la vaccination avec leurs employés». La FCEI appelle également les gouvernements fédéral et provinciaux à la prudence face à ces questions.


L’organisme a souligné, lundi, que, malgré les réserves de ses membres face à l’imposition d’un passeport vaccinal à leurs employés et clients, les trois quarts (74 %) soutiennent son utilisation pour les voyages internationaux et les grands rassemblements.


À VOIR AUSSI...