LIBRE OPINION

Ni La Meute ni le troupeau!

F6cc999a8c5f252771120816849058ce

«Cette mauvaise compote sociale, cette pagaille générale, cette zizanie sociétale ne profite hélas, qu’au gouvernement Couillard... »






Je suis Québécois, fier de l’être et je ne me reconnais ni dans les idées de La Meute, ni dans la violence gratuite des antifas, ni dans le troupeau bêlant de la rectitude politique et du prêt-à-penser qui rend l’air ambiant irrespirable depuis quelques années, au Québec. Je suis nationaliste, fier de l’être et j’assume autant que possible ma québécitude, ma condition de mâle et ma douce et béate mononclitude…


 

Autrement, et bien qu’ayant beaucoup de respect — et même d’admiration — pour la majorité des personnes pro-immigration présentes, il y a une semaine, au carré d’Youville, je me reconnais mal dans ce genre de déploiement où sont affichées des banderoles (pseudo-ironiques) du genre : « Ne nous laissez pas seuls avec les Québécois de souche », ou encore « Vous êtes pas tannés d’être racistes, bande de caves ? »


 

Comme si le bon droit, la raison et la vertu n’étaient que du seul côté d’une certaine gauche inclusive, et que tous les autres, nationalistes mous, purs et durs, centristes, adéquistes, autonomistes, conservateurs ou indécis, étaient suspectés de racisme, du seul fait de leur non-alignement sur les diktats de la gauche, ou de leurs légitimes questionnements face aux demandeurs d’asile ou personnes immigrantes en général.


 

Cela étant, est-il besoin d’ajouter que je ne reconnais pas non plus cette gauche efficace, joyeuse et productive, longtemps côtoyée, dans l’énorme difficulté qu’elle semble éprouver à se distancier franchement de la violence gratuite et des turpitudes commises à Québec par les jeunes agités-de-la-calotte from Montréal, Québec, Saguenay and everywhere else ?…


 

Des intimidateurs patentés qui, au vu (sur les réseaux sociaux) de certaines scènes très pénibles en haute ville, auront presque relégué l’image tragique de la confrontation Lasagne-Cloutier (Oka 1990) au rang de carte de Noël ou de carte postale…


 

De « brillants personnages » finalement, qui n’en avaient que pour leur egotrip de casseurs de gueule et de mobilier urbain, de batteurs de quidams isolés et de journalistes suspects de « collaboration ». De vrais « champions » qui, outre de paver le chemin à La Meute et de littéralement voler le résultat prometteur de la grosse manif pacifique du carré D’Youville, auront assombri toute l’aura de la gauche aux yeux de l’ensemble de la population québécoise.


 

Clivage gauche-droite


 

N’empêche, j’ai beau avoir passé les quatre dernières décennies dans le communautaire à faire du journalisme engagé, à défendre les droits des détenus et à m’engager pour la cause de la santé mentale, je me reconnais très mal dans cette gauche inclusive dont plusieurs factions sont bourrées de néo-curés-de-la-rectitude politique et de dames patronnesses-de-la-bonne-attitude-à-avoir, toujours prêts (avec leur jargon sociologique ou leur insupportable novlangue sectorielle) à vous ramener dans la bonne case idéologique ou dans la juste ligne de leur pensée unique.


 

Et vous dire, à l’instar de la journaliste Julie Pinsonneault (Le Devoir, 21 août 2017), comment je suis tanné, écoeuré moi aussi par le clivage gauche-droite, au Québec… Un clivage devenu un gouffre sidéral entre les deux factions, où percolent en surface l’ignorance crasse, la bêtise, les préjugés, la suffisance intellectuelle et les postures de supériorité morale des uns et des autres. Tanné, écoeuré, par exemple, de cette fichue manie qu’on a, à gauche, sur les réseaux sociaux et ailleurs, de clore tout débat en séparant approximativement les de droite et les de gauche, et même, de parvenir à l’orgasme intellectuel en cassant collectivement à qui mieux mieux du Martineau ou du Bock-Côté, comme si c’était là une preuve d’intelligence obligatoire, un mantra national, le boutte du boutte, hey toi, chose, là !….


 

Est-il besoin de rajouter, ici, que cette mauvaise compote sociale, cette pagaille générale, cette zizanie sociétale ne profite hélas, qu’au gouvernement Couillard et à la clique du 1 % d’ultra-riches dont il sert si bien les intérêts ? !…


 
>Lire la suite de l'article sur Le Devoir





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé