L'héritage de Claude Léveillée

Naviguer entre le rêve et la réalité

"Pour au plus vite s'inscrire dans le bien-vivre"

Tribune libre

Qui d’entre nous n’a jamais été envoûté par les paroles de Claude Léveillée ou bercé par sa musique? De « La légende du cheval blanc » à « Mon pays », nous sommes appelés à naviguer entre les ruisseaux calmes du rêve et les mers déchaînées de la réalité.
La légende du cheval blanc
Sur un cheval blanc je t'emmènerai
Défiant le soleil et l'immensité
Dans des marais inconnus des dieux
Loin de la ville
Uniquement nous deux
Et des milliers de chevaux sauvages
Feront un cercle pour nous isoler
N'entends-tu pas toutes les guitares
Criant de joie dans la chevauchée
Sur un cheval blanc je t'emmènerai
Défiant le soleil et l'immensité
Dans les marais inconnus des dieux
Loin de la ville
Uniquement nous deux
Pourtant je sais que ce n'est qu'un rêve
Pourquoi faut-il que ce ne soit qu'un rêve
Mais l'hymne à l'amour je l'entends déjà
J'entends déjà son alléluia
Alléluia
Mon pays
Mon pays c’est grand à se taire
C’est froid, c’est seul
C’est long à finir, à mourir
Entendez-vous les vents, les pluies, les neiges et les forêts ?
Mon pays quand il te parle
Tu n’entends rien tellement c’est loin… loin… loin… loin…
Entendez-vous les vents, les pluies, les neiges et les forêts ?
Dans mon pays, les gens se taisent
Endurent, apprennent
Et se cramponnent aux dures semaines
Entendez-vous les vents, les pluies, les neiges et les forêts ?
Et que veux-tu que je te dise de plus ?
Que mes pères au lieu de s’en aller s’instruire
Pour survivre se devaient de construire
Et que maintenant arrachent et fracassent
Arbre et nature
Pour au plus vite s’inscrire dans le bien-vivre
Dans mon pays les gens se taisent…
Toute l’œuvre de Claude Léveillée arpente ces sentiers tortueux où se côtoient la beauté des paysages à admirer et les troncs d’arbres à enjamber, où se marient le rêve du « cheval blanc défiant le soleil et l’immensité » et la dure réalité de ses pères qui « au lieu de s’instruire pour survivre se devaient de construire »
Telle est l’héritage de Claude Léveillée…naviguer entre le rêve et la réalité sans jamais perdre espoir dans la réalisation de nos rêves. À preuve, malgré les obstacles à surmonter tout au cours de ce combat engagé par ses pères, Léveillée nous lance un appel pressant au bien-vivre:
« Et que maintenant arrachent et fracassent
Arbre et nature
Pour au plus vite s’inscrire dans le bien-vivre »
En cette saison d’eaux agitées qui déferlent sur le territoire du Québec, je me souviens de l’héritage de Claude Léveillée!
Henri Marineu
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 059

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé