Pour certains je blasphème...

Moi, je fête l'indépendance

Tribune libre

L'année dernière, dans son édition du 24 juin, jour de la Fête Nationale du Québec, The Montreal Gazette a publié un de mes articles avec le titre: « Speak French, or resign to becoming American. » Ce journal a changé le titre, car celui que j'avais composé se lisait plutôt comme ceci : « Speak French or you will lost your country »

La réaction à cet article est devenue virale sur le site web de la Gazette. Mais pas pour m'encenser. Bien au contraire. En effet, j'ai pris la peine de lire les quelques 500 commentaires et plus sur le site et la grande majorité de ces commentaires était extrêmement hostile à mon opinion. Et certains anglophones ont même dit que je devrais être interdit de séjour au Canada.

Je me suis aperçu alors que j'étais considéré par les lecteurs anglophones de The Gazette comme rien de moins qu'un blasphémateur le jour de la fête nationale du Québec.. Apparemment, mon blasphème provenait du fait que j'étais un anglophone - en fait je me considère plutôt comme un américanoquébécois - qui avait osé dire qu’il pensait que la protection de la langue française au Québec était beaucoup plus importante que la protection de la langue anglaise et la protection des intérêts des compagnies américaines.

Si on m'avait donné une autre occasion pour exprimer mon opinion pour les lecteurs de la Gazette (occasion qui ne m'a pas été offerte encore à ce jour) j'aurais aimé citer les paroles du grand écrivain anglais George Orwell, qui a dit: « Lorsque tous les gens pensent la même chose, personne ne pense aux autres »

Où sont les anglophones du Québec qui vont déclarer et démontrer, qu'ils ont du respect pour des Québécois et Québécoises plus qu’ils admirent les valeurs des Américains? Où sont les anglophones qui veulent plus entendre la langue française au Québec qu’entendre l'argent américain parler ? Où sont les anglophones qui croient que le Québec a le potentiel de devenir le nouveau pays que le monde a besoin? Ils sont pratiquement invisibles au Québec, non ?

Je suis un professeur de sciences sociales dans un collège public de l'État de New York, et j'ai souvent dénoncé cette folie qui consiste à affirmer que Dieu est un homme, qu'il est blanc et américain alors que le Québec porte en lui des valeurs qui sont féminines.

J'ose espérer trouver parmi les anglophones au Québec certaines personnes qui se joindront à moi pour dénoncer cette folie patriarcale pour ce qu'elle est. Il me semble que dans les universités et les collèges anglophones du Québec, il doit y avoir des professeurs qui sont suffisamment indépendants dans leur réflexion pour soutenir l’indépendance du Québec, non ?

Certains peuvent appeler cela un blasphème, mais, à quelques jours de la Fête nationale du Québec de 2015, moi je célèbre l'indépendance.

Featured 4a0b79961519f0880bc38b82aac71903

John-Jean Ofrias9 articles

  • 5 211

John-Jean Ofrias (alias John-Jean) écrit pour des publications françaises et anglaises des deux côtés de la frontière canado-américaine. Ses articles ont paru dans d'éminentes et diverses publications, telles que New York Newsday, The Montreal Gazette, Vigile.Québec, La Voix de l’Est, Indépendantes.Québec, Journal Le Tour et The Sherbrooke Record. Le 23 juin 2014, The Montreal Gazette a publié un éditorial très controversé par John-Jean intitulé : « Parlez français, ou résignez-vous à devenir américain ». Dans cet éditorial, il a exhorté les anglophones du Québec à parler français (« Parlez bleu a-t-il dit ! ») et soutenir le mouvement indépendantiste du Québec. John-Jean est un citoyen des États-Unis mais il s'identifie avec enthousiasme comme « Amériquébécois » et il n'y a pas d'autre américain qui est plus impliqué dans le mouvement indépendantiste du Québec. Il est un défenseur franc du mouvement des femmes et il était le seul homme à parler à la célébration 2016 de la Journée internationale des femmes à Montréal, parrainée par Oui-Québec. John-Jean est l'auteur de Synchronicity Bleue, un roman au sujet d'une petite ville cachée au Québec qui va déterminer le destin de l'humanité. Il est le premier roman de John-Jean et peut-être le premier roman écrit en même temps pour les lecteurs de langue anglaise et les lecteurs de langue française. Le roman est surtout anglais au début et surtout français à la fin (la transition fait partie de l'histoire). Il habite dans les univers parallèles des Cantons de l'Est du Québec et l'East End of Long Island, New York, où il est professeur de sciences sociales de l'Université d'État de New York à Suffolk County Community College. Il est actuellement en train de faire une tournée de conférences des deux côtés de la frontière Canado-USA.





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Marcel Haché Répondre

    27 juin 2015

    Merci Pierre.
    C'est cela que ça veut dire "répondre" au West Island. Vous le faites comme il se doit que Vigile le fasse souvent.
    Car le West Island parle et écrit très bien le français aussi...ce qui ne l'empêche pas d'être anti-Nous du plus et du mieux qu'il peut.
    Les canadiens-français sont des survivants qui se sont débattus du mieux qu'ils le pouvaient, mais qui n'ont jamais rien fondé vraiment. Le Canada n'a pas été fondé pour Nous, aussi bien les canadiens-français que les québécois,il a été fondé à la fois pour et contre toutes sortes de choses et d'intérêts, politiques et économiques.
    Dans les choses "contre", il y avait assurément Nous...

  • Archives de Vigile Répondre

    24 juin 2015

    Non ..une nation libre et indépendante n'habite pas une province mais un pays
    Pas besoin de se séparer pour aimer le Québec. Lol
    Justement vous le détester comme toute bonne fédéraliste enfumeuse
    Vous êtes une souverainiste canadian radicale et une négationniste typique du racisme canadian qui ne reconnait pas l'existence de la nation québécoise
    De toute manièere on as pas besion de votre approbation de colonisée car vous êtes archi connu pour votre acharnement pathologique anti indépendance du québec partout sur le web et pour votre adoration de la loi anti démocratique de la grande noirceur référendaire de Stéphane Dion ..ce qui en dit long sur votre fanatisme que vous enrobez dans de la fausse considération hyppocritte pour le Québec
    Un référendum sur l'indépendance dont les lois sur le financement ont été salement baffouer par les fédéralistes qui comme vous détestent le Québec en faisant croire qu'ils aiment le Québec
    En fait votre fond de commerce c'est l'amour du Québec a genoux devant les diktats de vos racistes canadian que vous défendez ..tout un amour du Québec LOL
    J’ai bâti le Québec pendant mes années d’enseignement. J’ai enseigné aux petits québécois de 6-7-8 ans.
    C'est votre prétention pour arracher les larmes comme fédéraliste
    Désolé mais comme souverainiste canadian vous n'avez rien bati autre que votre propagande fédéraliste anti indépendance Québec
    Une chose est certain a vous lire ..vous ne leur avez jamais enseigner la fierté d'etre un Québéois qui vit dans un pays normal mais plutot de s'applaventir devant vos maitres fédéralistes canadian qui refusent toute reconnaissance de l'existence de la nation a laquelle j'appartiens
    Marie-France Legault -
    8 mai 2010 00 h 26t
    Tous les québécois ne sont pas séparatistes. La majorité est attaché au Canada. Nos ancêtres l'ont fondé en 1867...
    Vous mentez effrontément ce ne sont pas nos ancêtres qui l'ont fondé mais le régime britannique qui n'as pas consulter les citoyens d'aucune maniere ..pourquoi vous le le dites pas ?
    y as t-il eu un référendum au Québec en 1867 pour connaitre l'opinion des francophonnes ?
    Non
    S'il n'y en as pas eu . on peut donc s'affranchir de la même maniere d'autant plus que comme votre maitre a penser Stéphanne Dion vous ne reconnaissez pas la règle universelle du 50% et c'est la raison pour laquelle aucun référendum ne doit plus être tenu dans cette conjoncture mais seulement une fois l'indépendance réaliser par un vote majoritaire des députés de notre Assemblée Nationale
    Un référendum qui ne porteras par la suite que sur la constitution de notre pays indépendant ..il vous resteras la votre..une constitution canadian ou les québécois ont étét exclus formellement lors du rapatriement unilatéral de la constitution par Trudeau
    Vous qui trouvez que le nationalisme c'est la haine ..le nationalisme canadian de Trudeau qui as exclus le Québec en est un de haine et c'est le votre Marie-France Legault
    C'est surprenant hein pour une fédéraliste comme vous que de voir le peuple consulter démocratiquement sur une constitution et non pas se la faire entrer de force dans la gorge
    En passant allez vous aussi nous faire croire que se sont aussi nos ancêtres qui ont fondé le Canada en 1867 qui ont assimiler mes compatriotes francophonnes partout au Canada ?
    Vous êtes parfaitement ridicule dans votre négationisme de fédéraliste canadian patenté
    "Le nationalisme c’est la haine des autres, le patriotisme c’est l’amour des siens"
    Et le nationalisme Canadian lui?
    C'est la haine de la reconaissance d'une nation vaincu qui existe mais qu'ils refusent de reconnaitre.. référendum ou pas
    Gardez vos bondieuserie de nationaliste canadian radicale pour vous et pour le premier juillet
    Vous vous êtes tromper de journée aujourd'hui Marie-France Legaul en venant lâcher vos fientes de radicale canadian le jour de notre Fête nationale ..comme quoi une fédéraliste comme vous ne respecte absolument rien au Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juin 2015

    Super texte M. Ofrias et merci pour votre ouverture d'esprit.
    La citation d'Orwell est impayable.
    Bonne St-Jean à vous et tous vos proches qui ont cette conscience universelle.
    Spécial CoLocs (en souvenir de la St-Jean au Parc Maisonneuve)
    https://www.youtube.com/watch?v=zbMmWD-xoc0

  • Normand Paiement Répondre

    23 juin 2015

    Monsieur Ofrias,
    Félicitations pour votre prise de position courageuse!
    Sachez que vous n'êtes pas le seul anglophone à souhaiter que le Québec devienne indépendant. En voici la preuve: https://www.facebook.com/WhyQuebecNeedsIndependence?fref=nf
    Peut-être devriez-vous prendre la peine d'apporter votre contribution à cette page FB. Elle serait sûrement la bienvenue...
    Sur ce, bonne Saint-Jean-Baptiste à vous!
    Cordialement,
    Normand Paiement

  • marie-france legault Répondre

    23 juin 2015

    Nous sommes déjà indépendants depuis 1960. Nous avons pris en main notre avenir collectif. J'ose affirmer qu'il y a 20% de québécois qui sont fondamentalement indépendantistes. Les autres sont en suspens...et n'osent pas s'aventurer dans un sentier rempli d'obstacles seulement pour un égo trip....
    Les séparatistes, souverainistes, indépendantistes vivent dans une bulle.
    Ils n'écoutent pas leurs compatriotes dissidents, et même ils les méprisent...
    et après ils veulent faire un pays uni...quelle incohérence!

  • marie-france legault Répondre

    23 juin 2015

    Moi je fête les réalisations des québécois et les hommes de qualité qui ont contribué à notre avancement: Jacques Parizeau, Jean Doré, Paul Gerin Lajoie, Jean Lesage, Claude Castonguay etc...
    Pas besoin de se séparer pour progresser.
    J'ai bâti le Québec pendant mes années d'enseignement. J'ai enseigné aux petits québécois de 6-7-8 ans. Je leur ai inculqué l'amour du français de qualité. Je leur ai donné le goût de la lecture.
    Pas besoin de se séparer pour aimer le Québec.
    J'aime le Québec, mes ancêtres qui ont bâti mon pays le Canada en 1867.
    Je l'aime tellement que je ne veux pas qu'il sombre dans la dèche après avoir rompu le lien avec le Canada. Je peux être nationaliste sans être séparatiste.
    Comme le dit si bien Émile Ajar (Romain Gary) : "Le nationalisme c'est la haine des autres, le patriotisme c'est l'amour des siens". Faire la promotion de l'indépendance en supposant que tous les québécois sont d'accord, relève de la partisannerie de l'instrumentalisation.