Modernisation de TV5 Monde : Une réussite à laquelle le Québec a contribué

TV5 Monde


L'accord intervenu au sujet de la modernisation de TV5 Monde, après neuf mois d'intenses négociations, est une réussite. Fruit d'une fructueuse négociation entre la France et les gouvernements partenaires de TV5, et des interventions du Québec et du Canada, cet accord permet en effet de préserver les fondements et les acquis de cet outil de rayonnement de la Francophonie, à savoir son caractère multilatéral, son esprit coopératif, sa programmation diversifiée et plurielle ainsi que son indépendance éditoriale.
Le Québec a joué un rôle significatif dans ces négociations. Comme ministre responsable du dossier, dès que j'ai pris connaissance de l'intention de la France, j'ai utilisé toutes les tribunes à ma disposition pour réaffirmer notre attachement à cet outil télévisuel exceptionnel et éviter qu'il devienne une simple filiale du holding mis sur pied par la France.
Caractère multilatéral
Cette position du Québec a été maintenue à la 20e Conférence des ministres responsables de TV5 à Lucerne, le 9 novembre dernier, où j'ai fermement défendu le caractère multilatéral de la chaîne, sa programmation généraliste ainsi que le pluralisme de son information. Afin de donner du poids à notre position, j'ai obtenu, le 14 décembre 2007, l'appui unanime de l'Assemblée nationale dans une déclaration où je réitérais l'importance de TV5 Monde pour le rayonnement international de la production télévisuelle du Québec.
De plus, le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est intervenu personnellement auprès du président de la France, M. Nicolas Sarkozy, pour lui faire part de nos inquiétudes quant à l'autonomie de cette chaîne que nous finançons aux côtés de la France, de la Belgique, de la Suisse et du gouvernement du Canada. Il a aussi obtenu l'appui du premier ministre canadien, M. Stephen Harper.
Des représentants du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et du ministère des Relations internationales ont participé à toutes les réunions tenues depuis l'été 2007 et qui ont conduit à l'accord de principe convenu hier à la satisfaction de toutes les parties.
Autonomie reconnue
À l'été 2007, le président Sarkozy avait manifesté son intention de lancer une réforme de l'audiovisuel extérieur de la France. Pour le Québec, comme pour les autres partenaires de TV5 Monde, cette réforme était très préoccupante, car elle laissait entrevoir en quelque sorte une mainmise de la France sur la ligne éditoriale de la chaîne francophone.
L'entente conclue mardi reconnaît l'autonomie de TV5 Monde par l'abandon du projet de fusion des rédactions au sein du holding. Elle donne l'occasion aux experts en radiodiffusion de tous les pays partenaires d'occuper des postes-clés au sein de la chaîne. L'entente limite à 49 % la proportion des actions pouvant être détenues par le même groupe dans TV5 Monde, ce qui empêche que la chaîne devienne une filiale du holding.
Diversité culturelle
Cet accord prévoit aussi qu'une plus grande place sur les ondes de TV5 Monde sera progressivement accordée aux émissions provenant de la Francophonie - pouvant atteindre 30 % -, ouvrant ainsi la porte à une programmation reflétant encore mieux la diversité culturelle francophone. De plus, l'entente prévoit des rapprochements entre TV5 Monde et des chaînes membres du holding français au chapitre de la distribution et de la commercialisation ainsi qu'en recherche et développement. Ces collaborations auront pour effet de rendre TV5 Monde plus compétitive dans l'environnement médiatique mondial.
Je remercie au premier chef le gouvernement du Canada qui préside la conférence des ministres responsables de TV5 ainsi que tous les gouvernements partenaires de la chaîne pour la solidarité et l'esprit de collaboration manifestés pendant les travaux et négociations des derniers mois. Et je félicite de leur nomination M. Alain de Pouzilhac à titre de président de TV5 Monde et Mme Marie-Christine Saragosse à titre de directrice générale de la chaîne.
***
Christine St-Pierre : Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé