Mine Crystallex : rejet de l'appel du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA

Eb7da8eb93e179b03dc2809293f65727

La guerre économique américaine au Venezuela profite à l'industrie minière canadienne


La compagnie pétrolière d'État vénézuélienne PDVSA a vu son appel être rejeté lundi par un tribunal américain sur le cas du dédommagement d'une mine d'or auprès de la société canadienne Crystallex.




Cette décision pourrait aboutir à la prise de contrôle de Citgo, filiale américaine de PDVSA, par le groupe canadien.


L'affaire date de 2011. Le gouvernement vénézuélien avait alors saisi une mine aurifère attribuée à Crystallex, mais avait ensuite manqué de rembourser 1,2 milliard de dollars à cette entreprise.


La cour d'appel du Delaware a confirmé la décision du juge fédéral Leonard Stark, qui avait déterminé que la société minière pourrait saisir les actions Citgo de PDVSA à titre de réparation.



C'est le dernier coup porté au gouvernement en crise du président vénézuélien Nicolas Maduro.


De nombreux créanciers ont tenté de poursuivre Citgo pour obtenir le règlement de leurs dettes, que le gouvernement à court d'argent de Caracas est incapable ou refuse de payer.


PDVSA, qui était autrefois le joyau de la couronne de l'économie nationale, est paralysé par l'endettement et le manque d'investissement qui a entraîné une baisse de la production.


Les sanctions sévères imposées par les États-Unis ont encore davantage étouffé la capacité du pays à tirer profit de ses ressources pétrolières, en saisissant des actifs basés aux États-Unis et en coupant l'accès au système financier américain.