Mentez, comme vous avez menti et mentirez

Tribune libre

Comme le plus souvent, je ne parlerai pas ici de mon pays, le Québec, à la manière des spécialistes. Ils ont leur mérite et peuvent être utiles ... dans les choses secondaires. J’en parle à la manière fruste, terre à terre, de Tit-cul Lachance, de Menaud, des deux Bozo ou de Gaston Miron. J’en parle comme Roméo aime Juliette ou comme tu aimes ta mère, sans demander au préalable l’avis des spécialistes : économistes, politologues, psychiatres, sociologues, historiens et thanatologues.

Rien ne permet de prédire que les spécialistes, à mesure qu’ils escaladent leur échelle, verront plus clairement l’homme et leur peuple. En montant dans leur échelle, beaucoup d’entre eux sont frappés de vertige, d’insolation ou d’égarement. Alors, comme Stéphane Dion, pour essayer d’y voir clair, ils s’allument des spots à l’hallucinogène. Ce qui permet à Bozo, resté sur terre, lui, de voir que le gars au sommet de sa haute échelle universitaire est « rendu ailleurs », dans « les vraies affaires » qui nous sont étrangères. Simple généraliste, resté au sol, j’essaie de rappeler des vérités premières et des évidences dont beaucoup, 50%, prennent un plaisir vicieux à ne pas se souvenir.

Je parle ici de ceux qui renient mon peuple et qui, par la suite, fatalement, mentent à mon peuple. De façon zélée, obsessionnelle-compulsive, à la Elliott-Trudeau, à la Jean Chrétien, à la Stéphane Dion, à la Jean Charest, à la Philippe Couillard et à ses complices Incorporated and Limited. Ces gens-là, de jour et de nuit, par temps clair ou brumeux, on doit, si on a le respect des mots, les appeler des traîtres. Le père du Stéphane Dion au spot fédéraliste C-20 disait que « nous sécrétons nos propres bourreaux. » Bourreau ou traître comme son fils ?

En porte-à-faux, ils sont obligés, ils s’obligent à être faux, à nous mentir sans repos. Avec un « grand esprit de famille », comme s’en vantent nos Libéraux. En oubliant de dire que la pègre et les Hell’s Angels ont un esprit de famille non moins remarquable.

Sans être un spécialiste de la hache à équarrir, je me crois autorisé à l’utiliser, quand les AUTRES utilisent régulièrement contre nous le mensonge, la Royal Canadian Army en Afghanistan, en Libye ou au Québec, Radio-Canada, leur Supreme Court, La Presse, The Gazette, le Roc en block, l’artillerie lourde, leurs CF-18, leur multicultur(al)ism, la marine, leur PLQ, leur reine d’Angleterre, la météo, la Saint-Valentin, n’importe quoi, et la foule innombrable de leurs mercenaires à la une.

Ils ont multiplié les mensonges pour gagner-voler nos deux référendums. Les promesses d’Elliott-Trudeau à l’Aréna Paul-Sauvé, martyr qui s’offrait généreusement, cyniquement, à mettre sa tête postiche sur le billot par amour pour sa « tribu », alors que c’est lui qui tenait la hache à nous décapiter ! L’indépendance du Québec qui provoquerait le début de l’Apocalypse : « la piasse à Lévesque » qui tombe à 65 cennes, la Brink’s de Bourassa qui sacre le camp en Ontario avec la caisse, la perte des pensions de vieillesse, la banqueroute de notre économie, la perte de « nos » Rocheuses et de « nos » mouflons du Yukon, le million de chômeurs prédit par Paul Martin, et André Ouellet qui nous prévient que le tiers des vaches québécoises émigreront dans son Far Wouest, la guerre civile prédite, les massacres et la famine comme au Biafra. Et Couillard qui reprend ces rengaines de perroquets programmés et nous affirme qu’une charte de la laïcité couperait automatiquement les Québécois des peuples de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale, de l’Amérique du Sud, de son complice et ami Porter, du Monomotapa et non moins sûrement de l’Arabie Saoudite.

Ne vous demandez pas s’ils vont vous mentir : c’est certain. Le tout est de savoir quand et comment ils vont le faire. C’est-à-dire tous les jours et de toutes les manières. Hier, par exemple, ils vous ont dit que le gouvernement du PQ leur a laissé 7 milliards de déficit et que, sans le miracle de la canadian péréquation, le Québec serait en manque annuellement de 9 milliards. Grossiers mensonges aussi gros que leurs Rocheuses.

Ils vous ont dit et rediront que leur NON au Québec, c’est un OUI au Québec. Qu’ils sont de vrais nationalistes, c’est-à-dire canadians-québécois. « Notre patrie, c’est le Québec, mais notre pays, c’est le Canada. » On appelle ça de la schizophrénie en phase terminale. Voyez-vous Churchill proclamant que sa patrie, c’est l’Angleterre, mais que son pays, c’est l’Europe ?

Maintenant que l’économie ne peut plus être un argument pour l’indépendance... » dit Couillard. Comme si un prisonnier ou un peuple voulaient être indépendants d’abord pour un question d’économie. Mensonge et bassesse ! Combien d’hommes ont donné leur vie pour sauver d’abord l’économie de leur pays ? Les hommes meurent pour tout autre chose que l’économie ou le huard ; et leur amour de la vie ne vient pas d’abord de leur amour de l’économie. C’est nécessaire et même urgent de manger, mais un individu et un peuple normaux ne vivent pas d’abord et surtout pour manger. Et ils peuvent s’occuper d’économie et d’indépendance comme un homme normal se sert de ses deux jambes pour marcher. Parizeau, de Gaulle et Churchill étaient assez sains d’esprit pour ne pas donner priorité à l’économie.

Ils se présentent aussi comme les champions des « libertés individuelles ». Mais avec Elliott-Trudeau I ils emprisonnent 500 Québécois sans aucune forme de procès. Ils appellent ça « des accommodements raisonnables » ou du multiculturalism qui honore le grand Canada. Elliott-Trudeau II, lui, utilise actuellement ce slogan pompeux-creux chaque fois qu’il reçoit un groupe d’immigrés.

Et leur fourberie quand ils s’attaquent à Péladeau comme s’il était une grande menace pour l’objectivité de l’information. Scandale d’hypocrites farci d’insinuations et de sous-entendus vicieux pour atteindre leur objectif. Leur objectivité à eux, leur objectif, c’est de détruire celui dont l’objectif est de transformer la province de Québec, succursale du Canada, en pays indépendant appelé Québec. Ça, ils ne le prennent pas ; ça, ça ne se pardonne pas quand on veut rester canadians-québécois. Avec Jean-Marc Fournier et autres hystériques, ils crient au danger que Péladeau se serve de son influence pour saboter la liberté de l’information. Comme si La Presse, Radio-Canada, The Gazette, Power, les commis du PLQ, étaient objectifs ! Depuis quand se gênent-ils de transformer l’information en désinformation ? Les Pratte et Dubuc de La Presse ne sont-ils pas des journalistes impartialement fédéralistes-fédéralisants ? Anne-Marie Dussault n’est-elle pas une journaliste libérale-fédéraliste-fédéralisante ?

Illustrons par un exemple. Le sinistre George W. Bush présentait à la planète les roulottes mobiles où, jurait-il, Saddam Hussein était en train de fabriquer des armes de destruction massive. Il mentait, il savait qu’il mentait. Ce qui ne l’empêchait pas de proclamer que si un « État voyou » se donnait la bombe atomique, il est bien probable qu’il n’hésiterait pas à l’utiliser. Il oubliait de rappeler qu’un seul État voyou, le sien, avait déjà utilisé la bombe atomique.

Jusqu’à ce jour, ce ne sont pas les indépendantistes qui se sont conduits en voyous de l’information. Ce sont les voyous qui se disent objectifs et qui ont pris et continuent à prendre tous les moyen illégaux pour empêcher que le scandale arrive. Quel scandale ? Le scandale que le Québec soit un pays, au lieu de continuer à être une succursale du Canada multiculturel en anglais, gérée par des commis provinciaux anglaisés.

Squared

Viateur Beaupré32 articles

  • 32 089

Professeur à la retraite. Écrivain. Horticulteur, pêcheur et chasseur. Se bat depuis quarante ans pour défendre le français et l’indépendance du Québec.

Sept-Ïles





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • François A. Lachapelle Répondre

    16 février 2016

    Bravo Viateur Beaupré pour le beau pré que vous offrez aux ruminants du Québec. Les Québécois ne sont pas assez "dépAnsiers" dans le sens de ruminer en plus de tourner sa langue plusieurs fois avant de parler. On s'adresse ici à la capacité de réflexion des Québécois ce qui est tout honorable et nécessaire.
    Je m'arrête à votre paragraphe qui parle de l'économie au Québec. Je retiens cette phrase, je cite: « Combien d’hommes ont donné leur vie pour sauver d’abord l’économie de leur pays ? »
    Je précise ma pensée sur un aspect de l'économie qui s'appelle "accumulation" et c'est la monnaie qui se prête le plus à l'accumulation. Cela s'appelle aussi "thésauriser" qui se définit: « amasser des richesses dans le but de constituer un trésor » (reverso.net)
    Et ainsi, nous tombons pile sur Philippe Couillard et son expérience de neuro-chirurgien en Arabie saoudite de 1992 à 1996. La journaliste Martine Turenne est l'une des rares à avoir interviewé en 2003 Monsieur Couillard sur son séjour en Arabie saoudite.
    Voici le témoignage qu'elle a recueilli auprès de Monsieur Couillard, je cite: « La vie d’expatriés est totalement artificielle.On veut toujours rester plus
    longtemps pour faire plus d’argent , dit Couillard.
    » ( Revue L'Actualité, octobre 2003)
    Voici un commentaire rédigé par feu l'économiste Bernard MARIS décédé le 7 janvier 2015 sur la quête d'argent inspiré par Freud: « La quête d'argent comme substitut aux pulsions sadiques rejoint le caractère irrationnel et pathologique de la thésaurisation, de la pulsion à l'accumulation de l'argent " une passion morbide plutôt répugnante, une de ces inclinations à moitié criminelles, à moitié pathologiques, dont on confie le soin en frissonnant aux spécialistes des maladies mentales " ( Keynes, 1930a, p.115 ) » ( Bernard MARIS, Capitalisme et pulsion de mort, Albin Michel, 2009, p.78 )
    Avec retenu, je n'oserais qualifier Philippe Couillard de malade mental. Cependant, une autre avant moi a cité Monsieur Couillard qu'il est allé en Arabie saoudite "pour faire plus d'argent" entre 1992 et 1996.
    Plus de 20 ans après ces faits, Philippe Couillard a-t-il changé sa philosophie et sa morale ? Quelques indices nous permettent de penser que non. Il s'agit d'une part de son CV qui fait état de ses associations avec des personnes louches.
    Dernier point que je retiens: la façon qu'il a traité le peuple du Québec à son arrivée au poste de Premier ministre en le bassinant de l'impératif de l'austérité dans les dépenses publiques. Sur ce point, Philippe Couillard a démontré son ignorance aussi appelée la limite de sa compétence en économie publique. On ne gère pas le budget d'un État comme un budget familial. Philippe Couillard n'a fait de la basse politique en noircissant une situation causée par son prédécesseur, Mme Marois, pour ensuite rallumer la lumière pour en retirer le mérite.
    Cela fait partie de la trousse du mensonge des politiciens qui se servent du pouvoir au lieu de le servir.

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2016

    Mon message contenait plus de dix caractères... je ne le reprendrai pas... C'est la première fois que j'essaie d'envoyer un message : il semble que je suis hors d'ordre... Eh bien, je vais aller me coucher.

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2016

    Que de déprime dans les rangs ! L'étalement sur ce site de son découragement ponctuel, est-ce une si bonne idée ?
    Je préfère de beaucoup l'attitude de madame Drouin, dans sa conclusion :
    « Malgré et à cause de toutes ces bassesses inqualifiables, abdiquer serait de notre part un acte de lâcheté. »
    9972

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2016

    @Arseneault, André. Faire du Québec un pays ne nous soustrait pas de la corruption, qu'elle soit libérale ou de toute autre allégeance politique

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2016

    Félicitation pour votre texte mr Viateur Beaupré si tout les Québecois prenais la peine de réfléchir et ce politisé un peu plus nous serions indépendant depuis longtemps mais le peu de fierté et d idéal d être libre ne semble pas les intéresser
    c est très désolant . je ne comprend pas pourquoi des commentaire comme cela ne se retrouve pas dans les médiats et les tribune de discutions
    merci votre bonne analyse.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 février 2016

    Monsieur Beaupré,
    Je vous remercie pour votre article percutant.
    L'expression «mentir comme un larbin» prend tout son sens ici. Je pense particulièrement à Bouchard, Charest, et à celui qui décroche la palme aujourd'hui, le Couillard. Ce qui surprend est surtout que ce Couillard le fait sans finesse, aussi grossièrement qu'il affiche un air de petit prétentieux arriviste.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 février 2016


    Très bien envoyé, monsieur Beaupré! Je pense que vous n'avez rien oublié. Rien ni personne.
    «de rappeler des vérités premières et des évidences dont beaucoup, 50%, prennent un plaisir vicieux à ne pas se souvenir.» Il n'y a pas que ceux qui ne se souviennent pas. Il y a ceux qui n'ont jamais vraiment su, déconnectés qu'ils étaient et qui sont encore de la vie politique.
    «Ils ont multiplié les mensonges pour gagner-voler nos deux référendums. » Voilà leur crime le plus crapuleux!
    Malgré et à cause de toutes ces bassesses inqualifiables, abdiquer serait de notre part un acte de lâcheté.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 février 2016

    Monsieur Beaupré

    Je m'empresse de vous faire parvenir mon commentaire avant que le commando qui n'aime pas les articles dérangeants, arrive pour faire envoyer rapidement votre article dans les archives. Bon texte pour rappeler aux Québécois toutes ces bavures fédéralistes qui ne semblent pas trop les déranger malgré notre mise éventuelle en minorité au Québec par cette immigration massive et par cette assimilation programmée si nous ne nous prenons pas rapidement en main. Deux référendums perdus, il faut le faire! Minoritaires dans le Canada, les Québécois, oui! oui!, seront bientôt minoritaires ici même au Québec suite au génocide en marche, planifié de longue date par les fédéralistes tant d'Ottawa que ceux de Québec, des adeptes de Lord Durham.
    Incapables de nous auto gouverner ici même au Québec, ne voulant pas déplaire à la minorité du West Island et à leurs associés naturels, les immigrants; les Québécois, dirigés par des politiciens vendus, sans colonne vertébrale, continuent, aveuglément, de leur faire confiance et de croire encore en ce pays, supposément, le plus meilleur pays au monde. Nous sommes vraiment un peuple spécial et je me demande si ça vaut vraiment la peine de dépenser tant d'énergie à continuer de me battre pour le pays du Québec si les gens préfèrent disparaître à petit feu. Bel avenir! INDÉPENDANCE OU DISPARITION!
    André Gignac 14/2/16

  • Archives de Vigile Répondre

    14 février 2016

    Très bien élaboré et pertinent, si tous les peureux de Québécois pourraient se réveiller et se révolter une fois pour toutes nous nous débarrasserions de ces libéraux pourris et corrompus à l'os et enfin faire du Québec notre pays tant attendu.