Parti populaire du Canada

Maxime Bernier et le multiculturalisme

2e500529e8a6bc2bbdd24b3006509392

Tribune libre

On connaît tous le culte inébranlable que voue le premier ministre Justin Trudeau pour le multiculturalisme canadien, héritage, soit dit en passant, que lui a légué son père Pierre Elliot Trudeau du temps de ses années passées à titre de premier ministre du Canada.


Or, de son côté, le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, quoique reconnaissant qu’il n’est pas contre la diversité qui définit l’identité de ce pays, se prononce plutôt contre la quête incessante de plus de diversité, encore et toujours.


Dans une série de gazouillis, Maxime Bernier n’est pas tendre envers le multiculturalisme à la Trudeau : « Le multiculturalisme extrême et le culte de la diversité de Trudeau vont nous diviser en petites tribus qui ont de moins en moins en commun…La balkanisation culturelle amène la méfiance, les conflits sociaux et potentiellement la violence, comme on le voit partout… Accueillir des gens qui rejettent les valeurs fondamentales de l'Occident que sont la liberté, l'égalité, la tolérance et l'ouverture ne nous rend pas plus forts au Canada…Il est temps de renverser cette tendance avant que la situation ne se détériore davantage ».


« Mais pourquoi promouvoir toujours plus de diversité? Si tout et n'importe quoi est canadien, que signifie être Canadien? », lance M. Bernier. « Pourquoi ne pas mettre l'accent sur nos traditions culturelles, ce que nous avons en commun qui nous différencie des autres cultures et sociétés? », s’interroge-t-il. Il conclut que « ce qui est diversifié à l'infini n'a plus d'identité propre et cesse d'exister ».


Des propos qui, à mon sens, portent à réfléchir sur une forme de multiculturalisme « extrême » qui ne peut qu’annihiler sournoisement notre propre identité qui risque d’être emportée dans le tourbillon des cultures étrangères. Comme disait l’autre, « la modération a bien meilleur goût »… Il en va de même pour le multiculturalisme!


En passant, je suis prêt à parier que plusieurs Québécois sont du même avis que Maxime Bernier mais qu’ils n’osent pas l’admettre oralement de peur d’être rabroués par les fervents défenseurs du multiculturalisme…



Henri Marineau, Québec  


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1323 articles

  • 1 173 973

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé