Manifestations à Téhéran: la police a reçu des consignes de «retenue»

1c190ebf31f0b7a2bcf9430f5d597a28

La stratégie de pression sur l'Iran semble fonctionner


Le chef de la police de Téhéran a déclaré lundi avoir reçu des consignes de « retenue » face aux manifestations de colère contre les autorités observées depuis samedi soir après que l’Iran a reconnu avoir abattu par erreur un avion civil ukrainien.


« La police a traité les personnes qui se sont rassemblées avec patience et tolérance. La police n’a pas du tout tiré sur les rassemblements parce que la retenue était à l’ordre du jour des policiers de la capitale », a déclaré le général Hossein Rahimi dans des propos publiés par la télévision d’État.


Les forces armées iraniennes ont reconnu samedi que le vol PS572 d’Ukraine International Airlines tombé le 8 janvier après son décollage de Téhéran avait été abattu par un missile tiré « par erreur » alors que la défense du pays était en état d’alerte de niveau « guerre » par crainte d’une attaque américaine.


L’annonce de la responsabilité des forces armées a créé un choc en Iran et une vague d’indignation.


Dès samedi soir, une cérémonie d’hommage aux victimes dans une université de Téhéran a viré à la manifestation contre les autorités, aux cris de « mort aux menteurs », avant d’être dispersée par la police.


Dimanche soir, de nouveau, des rassemblements de colère, d’une ampleur difficile à évaluer, ont eu lieu


Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux et qui n’ont pu être authentifiées immédiatement laissent penser que plusieurs personnes pourraient avoir été blessées par des tirs de grenades lacrymogènes. 


Berlin demande au peuple iranien de rester pacifique


Le gouvernement allemand a appelé lundi à ce que les manifestations qui ont lieu à Téhéran depuis samedi se déroulent « sans entrave », après que l’Iran a reconnu avoir abattu par erreur un avion civil ukrainien.


« Le peuple iranien doit avoir la possibilité de protester pacifiquement et librement (...) après les événements et la terrible catastrophe de l’accident d’avion. (...) Cela doit se faire de manière pacifique, libre et sans entrave », a affirmé une porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d’un point de presse à Berlin.