Lettre ouverte à Louis Champagne

Tribune libre


Monsieur Champagne,
Mon billet sera concis et clair, je l’espère ! Dans votre dernier article publié sur cette tribune en date du 11 août sous le titre « Lettre ouverte à Luc Archambault », vous déclarez :
« Mais du radicalisme de Bernard Frappier aux circonvolutions de Luc Archambault en passant par les déconstructions du programme du Parti québécois de Pierre Cloutier, on a tout ce qu’il faut pour provoquer le désarroi et la désillusion de ceux et celles qui ont mis tant d’énergies comme militants de l’indépendance du Québec et qui sont démoralisés de constater combien nombreux sont ceux qui travaillent pour les adversaires de l’indépendance du Québec. Les seuls vainqueurs de ces débats seront nos adversaires, vainqueurs non pas en raison de leur valeur morale ou intellectuelle, mais plutôt à cause de nos stériles divisions. »
D’entrée de jeu, je considère tout à fait légitime que le webmestre de ce site, Bernard Frappier, prenne position pour la création d’un nouveau parti indépendantiste…c’est son droit de parole le plus légitime. Quant aux
« circonvolutions » de Luc Archambault, je m’objecte carrément au substantif que vous attribuez à ce qui m’apparaît des pistes de réflexions et de solutions articulées autour de notre accession à notre indépendance. Enfin, ce que vous qualifiez de « déconstructions du programme du Parti québécois de Pierre Cloutier », aura eu le double mérite de nous ouvrir les horizons sur les dangereux méandres de la gouvernance souverainiste et surtout, de susciter un échange constructif qui vient de s’amorcer entre Robert Barberis-Gervais et M. Cloutier.

Je ne vois absolument pas, M. Champagne, de « stériles divisions » dans le fait que le débat actuel sur notre démarche vers l’indépendance diverge sur les moyens à prendre pour y parvenir. Au contraire, je crois plutôt que ces échanges favorisent l’évolution de la cause dans le respect des opinions diverses. À mon sens, ce sont plutôt les propos que vous tenez dans votre article qui risquent de créer de « stériles divisions » en accusant ceux qui tentent de favoriser un dialogue constructif par des attaques personnelles à leur endroit.
En conséquence, je vous invite, si vous désirez emboîter le pas dans des pistes de solutions susceptibles de faire avancer le débat, à le faire dès maintenant en proposant des idées constructives au lieu de jouer le rôle d’éteignoir dans le débat positif en cours !
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1801 articles

  • 1 220 970

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    12 août 2011

    Monsieur Marineau, mes respects
    I - À mon tour ici même je serai bref comme vous l'avez été et on ne peut plus clair. D'ailleurs même Archambault penche vers la brièveté depuis peu! -:)-:);
    II - Votre rappel à l'ordre à Louis Champagne est sensé et surtout soucieux de la liberté d'expression si chèrement défendue dans toute l'HISTOIRE de l'humanité ;
    III - Vous vous souvenez il n'y a pas si longtemps tous ces interdits en famille, dans nos chaumières publiques sur des sujets soulevant les passions comme la religion, la sexualité puis la politique? Mettre le couvercle sur ces chaudrons de la vie normale et humaine ne fait qu'augmenter les risques de violence... vous savez du genre où il y a 100 coups de couteau sur le cadavre plutôt qu'un seul qui pouvait le conduire à la mort ;
    IV - Dans ma réplique d'hier à Andrée Ferretti (http://www.vigile.net/Puisqu-il-faut-tout-recommencer ) justement je faisais allusion à ces pertes d'AGORA où le débat doit être ouvert, libre et poussé jusqu'à la liberté de ce que nous sommes tous et chacun. Il me semble que c'est ce qui nous a été refusé par les instances du PQ que j'ai fréquentées pendant plusieurs années pour m'en retirer et, agir, intervenir sous d'autres cieux plus glorieux ;
    V - Maintenant que ce FORUM existe et généreux sous l'initiative de Bernard Frappier, pensez-vous que je vais m'en priver de ces débats? NON! Au contraire, il m'a plu de lire Champagne parce que tout n'est pas à rejeter mais votre réplique est mesurée puis constructive ce qui remet de l'équilibre en somme vers ce que nous souhaitons tous et toutes, notre libération nationale ce qui veut dire la LIBÉRATION par la plume également comme le dit haut et fort Le Québécois qui fait oeuvre aussi de faire avancer NOTRE indépendance collective. Plus il y aura d'idées soulevées collectivement d'une manière ou d'une autre moins les peurs apparaîtront dans l'écriture ;
    VI - Je propose à VIGILE de faire en mimétisme ce que fait Le Québécois qui met à sa UNE les textes du jour de notre forum ;
    VII - IL NOUS FAUT SORTIR LE COLONISÉ DE NOS COEURS DE QUÉBÉCOIS ET TOUS LES MOYENS SONT LES BIENVENUS ;
    ECCE HOMO

  • Archives de Vigile Répondre

    12 août 2011

    Monsieur Marineau, mes respects
    I - À mon tour ici même je serai bref comme vous l'avez été et on ne peut plus clair. D'ailleurs même Archambault penche vers la brièveté depuis peu! -:)-:);
    II - Votre rappel à l'ordre à Louis Champagne est sensé et surtout soucieux de la liberté d'expression si chèrement défendue dans toute l'HISTOIRE de l'humanité ;
    III - Vous vous souvenez il n'y a pas si longtemps tous ces interdits en famille, dans nos chaumières publiques sur des sujets soulevant les passions comme la religion, la sexualité puis la politique? Mettre le couvercle sur ces chaudrons de la vie normale et humaine ne fait qu'augmenter les risques de violence... vous savez du genre où il y a 100 coups de couteau sur le cadavre plutôt qu'un seul qui pouvait le conduire à la mort ;
    IV - Dans ma réplique d'hier à Andrée Ferretti (http://www.vigile.net/Puisqu-il-faut-tout-recommencer ) justement je faisais allusion à ces pertes d'AGORA où le débat doit être ouvert, libre et poussé jusqu'à la liberté de ce que nous sommes tous et chacun. Il me semble que c'est ce qui nous a été refusé par les instances du PQ que j'ai fréquentées pendant plusieurs années pour m'en retirer et, agir, intervenir sous d'autres cieux plus glorieux ;
    V - Maintenant que ce FORUM existe et généreux sous l'initiative de Bernard Frappier, pensez-vous que je vais m'en priver de ces débats? NON! Au contraire, il m'a plu de lire Champagne parce que tout n'est pas à rejeter mais votre réplique est mesurée puis constructive ce qui remet de l'équilibre en somme vers ce que nous souhaitons tous et toutes, notre libération nationale ce qui veut dire la LIBÉRATION par la plume également comme le dit haut et fort Le Québécois qui fait oeuvre aussi de faire avancer NOTRE indépendance collective. Plus il y aura d'idées soulevées collectivement d'une manière ou d'une autre moins les peurs apparaîtront dans l'écriture ;
    VI - Je propose à VIGILE de faire en mimétisme ce que fait Le Québécois qui met à sa UNE les textes du jour de notre forum ;
    VI - IL NOUS FAUT SORTIR LE COLONISÉ DE NOS COEURS DE QUÉBÉCOIS ET TOUS LES MOYENS SONT LES BIENVENUS ;
    ECCE HOMO