Conflit Hamas/Israël

Les pays arabo-musulmans, grands responsables des morts de civils à Gaza

Complices par inaction, par refus d'accueillir tous les Gazaouis

F8dfbe6a34c1f24b960660a98deccc11

Tribune libre

Devant le massacre en cours actuel dans le cadre du conflit Hamas/Israël, une chose saute aux yeux: aucun pays arabo-musulman n'a accepté d'accueillir les Gazaouis chez eux pour les sauver de la mort. C'est de leur faute si le carnage se poursuit.


Pourtant la solution est élémentaire et facile d'application: pour éviter ce massacre, tous les pays arabo-musulmans avoisinants n'ont qu'à se répartir les civils à évacuer: l'Égypte en ramasse 500 000, l'Iran 500 000, Dubaï 250 000, la Jordanie 250 000, la Syrie 250 000, le Liban 250 000 et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'ils soient tous en sécurité hors de Gaza, et hors d'atteinte des tirs de l'armée israélienne. Il faut vider complètement Gaza.


Les deux territoires palestiniens sont coupés l'un de l'autre : à l'ouest, la bande de Gaza, administrée par le Hamas ; à l'est, la Cisjordanie, administrée par l'Autorité palestinienne. (HELOISE KROB / FRANCEINFO)


De cette façon, il n'y aura plus aucun mort, tous les assiégés seront sauvés par leurs coreligionnaires et frères ethniques voisins, qui ont le devoir moral et religieux de leur venir en aide.


Ce plan est très facile à réaliser en 24 heures: Gaza n'est qu'une mince bande de terre de quelques kilomètres carrés, dont on peut sortir à pied en 1 journée, pour accéder aux autres pays arabes voisins.


On annonce le plan à Israël qui accorde une trève de 24 heures pour laisser le temps aux civils de quitter les lieux en vitesse.


Que les pays arabo-musulmans accomplissent le devoir d'entraide et de solidarité humanitaire qui leur incombe en sauvant d'autres arabo-musulmans comme eux. Autrement, ils seront à blâmer pour le nombre de victimes innocentes auxquelles ils ne seront pas venus en aide.


Alors, on évacue le pays en une journée, on laisse l'armée israélienne tout détruire comme ils l'entendent (personne ne semble avoir suffisamment d'autorité pour les en empêcher), et la semaine suivante, une fois tout rasé et dévasté, tous les pays arabo-musulmans retournent les Gazaouis chez eux et entreprennent tous ensemble la reconstruction du pays en les finançant, par solidarité de religion et d'ethnie arabe.


Qu'on établisse des camps de réfugiés temporaires pour en prendre soin dans ces pays arabo-musulmans et qu'on les retourne au plus tôt chez eux, dans un délai de quelques mois au plus.


Umzidiu Meiktok on X: "En ce jour de Pâques, Ponce Pilate te dit: "Lave-toé  les mains". https://t.co/XKUWzwAasK" / X


Le refus d'intervenir et l'inaction à agir des pays arabo-musulmans limitrophes les rend coupables du sort des Gazaouis. Ils ferment les yeux, ils détournent le regard, ils laissent faire, bref, ils s'en lavent les mains comme Ponce Pilate, alors que c'est à eux qu'il revient d'ouvrir toutes grandes leurs frontières à la totalité des Gazaouis. C'est de leur faute si tout s'est aggravé, si le nombre des morts a bondi. La catastrophe aurait été évitée s'ils les avaient accueillis à bras ouverts.


Toutes les morts jusqu'à maintenant auraient pu être évitées si les pays arabo-musulmans voisins avaient accueilli leurs frères envahis dès le premier jour des attaques. Ils sont coupables d'abstention d'intervention d'urgence.


Comme acte de contrition, que les pays arabo-musulmans reconnaissent leur obligation morale de venir en aide à Gaza, qu'ils reconnaissent leur responsabilité niée dans le dossier, et qu'ils agissent au plus tôt pour se racheter.


Le sort des Gazaouis repose entièrement sur eux. Qu'ils n'essaient pas de se défiler.


L'ONU doit forcer les pays arabo-musulmans à accueillir tous les Gazaouis sans plus tarder. Qu'ils leur mettent la pression nécessaire pour qu'ils prennent leurs responsabilités et fassent partie de la solution et non du problème.


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie805 articles

  • 1 394 081

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 800 articles publiés en ligne ont été lus un million 390 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.