Les JO de la racaille

Cba2fd69b0ca42623f44ef74db24f3b1

La réunion du G7 sera le Woodstock des vandales


Qu’on mette les choses au clair.


Quoi qu’ils disent, les casseurs qui vont foutre le bordel à Charlevoix et à Québec lors de la tenue du G7 les 8 et 9 juin prochains ne sont pas des militants courageux qui se battent pour un monde meilleur.


Ce sont des voyous, point.


De vulgaires criminels


Ce qu’ils veulent, c’est faire du grabuge.


Casser, briser, renverser des voitures, foutre le feu.


La « cause » n’est qu’un prétexte.


Ils se parent dans les oripeaux du militant anticapitaliste pour se donner bonne conscience. Mais dans les faits, ce ne sont que des pilleurs, des sauvages.


Des délinquants.


De tout temps, les groupes extrémistes ont attiré la racaille.


L’Armée républicaine en Irlande, la bande à Baader en Allemagne, Action directe en France, les Brigades rouges italiennes, l’Armée rouge au Japon, les Weathermen ou l’Armée de libération symbionaise aux États-Unis – tous ces groupuscules pseudo-révolutionnaires ont servi de refuge à des criminels endurcis qui se foutaient de la politique comme de leur première chemise.


Mao, Marx, Trostsky, ils ne les avaient jamais lus et n’en avaient rien à cirer.


Ce qu’ils voulaient, c’est laisser libre cours à leur rage.


Les réunions comme le G7 sont devenues, pour ces groupes, l’équivalent des Jeux olympiques de la pagaille.


Ils se pratiquent toute l’année en prévision de ces pow-wow.


C’est comme le Burning Man ou le Woodstock des vandales.


Vite, tous à Charlevoix pour lancer des boules de billard aux flics ! N’oubliez pas vos masques, vos cocktails Molotov et vos bâtons de baseball, on va s’amuser !


Bon pour le tourisme ?


Dire qu’à chaque fois, des intellos « justifient » ces danses de bacon...


Si ces pseudo-anarchistes étaient si intéressés à changer la société, ils ne nuiraient pas à leur cause en se comportant comme des bandits.


Ils organiseraient des réunions pacifiques destinées à offrir un « contre-discours ».


Mais non.


Ce qu’ils veulent, c’est régler leur compte avec papa-maman en attaquant les figures d’autorité.


C’est de plus en plus difficile d’organiser ce genre de rencontres internationales. Chaque fois, il faut dépenser des centaines de millions de dollars pour la sécurité.


Quel est l’intérêt pour les villes d’accueillir ce genre d’événements ?


« Ça va être bon pour le tourisme », de dire le maire de Québec.


Ah oui ? Vous croyez que les journalistes dépêchés à Charlevoix vont écrire de beaux petits reportages sur les charmes bucoliques de la région ou les boutiques du Petit Champlain quand des centaines de manifestants vont mettre la ville à feu et à sang ?


Décidément, le maire Labeaume en fume du bon...


Demander des comptes


Une idée, comme ça.


On devrait construire une structure permanente pour recevoir ce genre de rencontres.


Un complexe souterrain équipé des plus récents systèmes de sécurité.


Quelque part au milieu d’une forêt. En Suisse ou en Suède.


Le G7, le G8 et le G20 se tiendraient tous là.


Avec une prison, pas loin.


Le G7 de Charlevoix risque de faire passer le Sommet des Amériques de 2001 pour un camp de vacances.


Une fois la poussière retombée et les feux éteints, j’espère que les résidents de la région demanderont à leurs représentants pourquoi ils ont accepté d’être l’hôte d’un tel cirque...