Éditorial de l'Action nationale

Les grenouilles dans la marmite

Un faux sentiment de sécurité s'est emparé du Québec

Bc204e445220688e3288618e578ce700

Chronique de Robert Laplante

Il faut se rendre à l’évidence, les Québécois ont une aptitude inouïe à composer avec l’échec. Cela a toujours été vrai, mais les choses ont pris une tournure inédite depuis le référendum volé de 1995. Volé ? Les notables souverainistes ont mis des années avant de laisser prononcer le constat dans leur entourage. Le bougonnage de Lucien Bouchard, hostile à tout combat national et plus enclin à s’en prendre à son peuple qu’à le guider sur les voies du dépassement, suffisait alors à faire comme si se résigner pouvait nous accorder le certificat de sainteté requis pour oser, un jour, se dresser contre Ottawa. Le gouvernement canadian a eu le champ libre et il ne s’est pas privé d’en profiter.


Le plan B a été d’une efficacité redoutable. Asphyxie financière, guerre juridique et offensive de propagande visant à brouiller tout le registre symbolique ont réduit le mouvement indépendantiste à errer comme un spectre dans un champ de ruines. Un malheur ne venant jamais seul, quinze ans de saccage sous l’égide du tandem toxique Charest-Couillard auront transformé le Québec en terreau éminemment fertile pour accroître l’efficacité des moyens déployés par l’état canadian afin de réaliser son objectif stratégique fondamental : briser la capacité de cohésion nationale. Réingénierie, corruption en tout genre et dans nombre de domaines, sabotage et destruction des institutions de dialogue social, sans rien oublier des juges « post it » et autres stratagèmes de recrutement de mercenaires, auront largement contribué à détruire la capacité de notre peuple de se représenter comme une nation en construction.


Le Canada, ses agents et institutions, ses représentations contaminent plus que jamais le débat public. La mainmise du gouvernement fédéral sur les principales institutions culturelles, sa capacité d’instrumentaliser l’univers médiatique, en plus de sa mainmise sur les leviers stratégiques de la recherche et de l’éducation supérieure ont dressé des écrans opaques sur les enjeux nationaux. L’espace public est un espace d’occupation. Les cafouillages sur la politique d’immigration, les menaces orchestrées contre la loi 21, les manœuvres d’intimidation en vue de réduire à l’insignifiance les velléités du gouvernement Legault en matière de politique linguistique ne renvoient à rien d’autre qu’à une difficulté de plus en plus insurmontable de tenir, dans le Québec et sur le Québec, un débat public dont les paramètres restent autocentrés.


Respect d’une constitution pourtant illégitime et tramée dans le piétinement des règles du droit, injonction à soumettre à la Charte canadienne des droits et libertés la volonté de l’Assemblée nationale, imprécations orchestrées par toute une brigade de gardiens de la vertu diversitaire érigée en dogme indépassable, la liste des manœuvres de déréalisation de l’existence nationale est aussi longue que dévastatrice. Déboussolé, anesthésié par sa propre propension à toujours minimiser ses pertes et à s’imaginer trouver les moyens de moyenner, le Québec de 2020 est furieusement tenté, encore une fois, de prendre les vessies de la démission pour les lanternes autonomistes. En matière de langue, les petits pas ne conduiront nulle part.


À l’heure où les statistiques sur l’état de la langue sont savamment tournées pour brouiller les diagnostics – aussi bien à Statistiques Canada qu’à l’Office québécois de la langue française – il sera difficile de mener le débat sur le renforcement de la politique linguistique sur des termes solidement ancrés dans la réalité de ce que le Québec est en train de devenir. Les jovialistes canadian prêts à tout cautionner pour éviter de voir ce que nous coûte le régime, les démissionnaires drapés dans les oripeaux du pragmatisme et, plus inquiétant encore, les incrédules dont toute la propagande a endurci un optimisme frelaté vont former un contingent bruyant. Les mises en garde vont fleurir : il ne faudrait pas dramatiser, au royaume de la bonne entente la pensée magique est reine.


Pourtant, tous les signaux sont au rouge. Dans la plupart des institutions clés la logique de minorisation a enclenché la spirale d’effondrement institutionnel. Quiconque a visité un hôpital montréalais le ressent immédiatement, le bilinguisme y suinte partout. Les cégeps y sont dangereusement engagés, comme le démontre l’implacable article de Frédéric Lacroix. La carte électorale en voie de « westislandisation » rapide confirme l’emprise de la minorité de blocage qui, à coup de votes « soviétiques », redit que son ultime priorité est de soutenir les gardiens de l’ordre canadian ; l’anglicisation galopante du système d’éducation, le surfinancement des institutions anglophones qui ne servent d’abord qu’à faciliter les choses à ceux qui se détournent du Québec français ; quels que soient les lieux où le regard se porte, le constat est le même : la majorité se comporte comme une grenouille dans une marmite lentement chauffée et bientôt portée, dans la plus complète léthargie, à l’ébullition. L’insécurité existentielle pointe néanmoins et elle est ressentie dans suffisamment de couches sociales pour que le gouvernement Legault se sente obligé de paraître faire quelque chose.


Le dossier de la présente livraison s’ajoute aux milliers de pages déjà consacrées à la situation de la langue. Le combat est toujours à recommencer. Rien n’est jamais acquis parce que le régime ne respecte rien. Mais rien de ce que nous avons accompli ne peut être considéré comme pérenne. La sécurité relative qu’avait laissée entrevoir la loi 101 aura eu des effets toxiques : la propension collective à toujours minimiser chacun de ses reculs a désormais dressé comme un obstacle de plus à la représentation de notre condition collective. Non seulement la loi 101 émasculée est un échec, mais s’y référer est devenu un véritable traquenard. Les Québécois qui, plus ou moins confusément, font l’expérience d’une minorisation croissante ont peine à nommer le mal qui les ronge. La conscience nationale flageolante empêche la perception même de l’urgence.


Au moment où l’élite canadian a choisi de se donner comme utopie de porter à 100 millions la population du Canada en ouvrant toutes grandes les frontières, le laxisme institutionnel et les faux-fuyants ne feront que maquiller la démission collective. Il faut désormais convaincre une majorité de Québécois et de Québécoises qu’il n’y a aucun moyen d’assurer la pérennité du français en restant dans le Canada. Pis encore, il n’y a pas de politique linguistique qui tienne si, collectivement, nous ne nous affranchissons pas du faux sentiment de sécurité que le mélange de laxisme, de démission délibérée et de déstabilisation planifiée a incrusté dans les représentations collectives au point de saper le potentiel de mobilisation requis pour entreprendre le moindre redressement.


Il faudra du courage. De la ténacité. Et de l’abnégation.


Plus qu’à aucun autre moment de notre histoire.


Nous les aurons.


Featured cfda6886922167b278b238baf6037d5a

Robert Laplante151 articles

  • 123 979

Robert Laplante est un sociologue et un journaliste québécois. Il est le directeur de la revue nationaliste [L'Action nationale->http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Action_nationale]. Il dirige aussi l'Institut de recherche en économie contemporaine.

Patriote de l'année 2008 - [Allocution de Robert Laplante->http://www.action-nationale.qc.ca/index.php?option=com_content&task=view&id=752&Itemid=182]





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé