Le voile est une barrière imposée aux femmes pour restreindre leur champ de liberté

48cdaf1a0eaba9a654737dfa13e5a7bf

Un appel à la raison par des Maghrébins sécularisés


Une lettre de l'Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité (AQNAL)



Lettre adressée à la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante.



Nous tenons à vous exprimer notre profonde consternation devant votre déclaration d’être « très ouverte » à l’introduction de signes idéologiques à caractère religieux, notamment le hidjab, dans les services policiers. Par quelle logique serait-il admis qu’un représentant ou une représentante d’une institution étatique arbore sa croyance religieuse ou politique ?


On ne peut que saluer votre volonté d’assurer la pleine participation de tous les Montréalais et Montréalaises dans la fonction publique municipale. Le SPVM n’est pas exempté d’appliquer les programmes d’accès à l’égalité permettant de lutter contre la discrimination à l’emploi. Mais cela ne consiste pas à modifier les règlements afin de se plier aux exigences des demandeurs d’emploi.


Les institutions doivent être représentatives des citoyens et citoyennes en tant qu’individus, et non en tant que membres de communautés religieuses. C’est d’autant plus aberrant dans une société historiquement déterminée par un processus de sécularisation, qui lui a permis de se détacher de l’emprise de la religion.


En ce qui concerne votre initiative d’une « Table sur la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations », nous vous invitons à prendre connaissance de notre mémoire déposé dans le cadre du « Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination » du ministère de l’Immigration. Nous y expliquons que la vision stéréotypée des musulmans associés à une « communauté musulmane », représentée, de surcroît, par une idéologie de l’islam politique, est une entrave à notre intégration. Merci de tenir compte de nos arguments avant d’entreprendre des modifications aux règlements de la Ville dont nous pourrions faire les frais.


Pour ce qui est du hidjab, sur quel fait vous basez-vous pour considérer qu’il est représentatif des musulmanes ? Il fait l’objet de débats à l’intérieur même du monde musulman. Le SPVM devrait-il s’assurer de représenter aussi la femme musulmane non voilée ? Et comment le faire ? Il est illégal pour un employeur de demander quelle est la religion de son employé. Cet anonymat religieux, rendu possible grâce à la Charte des droits et libertés de la personne, rédigée au moment où le Québec se libérait du contrôle excessif de l’Église, est une avancée et un élément de progrès dans une société. Souhaitez-vous faire marche arrière sur ce principe ?


À en croire le conseiller municipal Marvin Rotrand, l’enjeu consisterait à mettre au point « un modèle approuvé de hidjab », comme si l’affaire se résumait à de simples considérations sécuritaires et vestimentaires. Or, les signes religieux sont lourds de signification. Ils renvoient à des idéologies qui sont souvent source de tensions et évoquent parfois des événements sanglants.


Un symbole de violence


Par exemple, le voile est symbole de violence pour beaucoup de femmes ayant vécu la guerre menée par les islamistes contre les civils en Algérie, ou pour celles qui viennent d’Iran, où enlever le voile entraîne la prison. Comment ces femmes pourraient-elles se confier à une policière portant le hidjab ? Il en est de même pour toutes celles qui ont fui son imposition par la barbarie. Avez-vous pensé à elles ?


Au-delà du discours idyllique des promoteurs du voile, la vérité est tout autre. Il est une barrière efficace imposée aux femmes pour restreindre leur champ de liberté et contrôler leur sexualité. En aucun cas l’assouplissement des lois et règlements pour permettre le voile n’aidera les femmes à s’émanciper. Les lois laïques sont celles qui protègent le mieux les droits des femmes.


Madame la Mairesse, en affichant une grande ouverture au voile, vous privilégiez une idéologie qui s’imprègne de l’intégrisme islamiste et, par là même, vous « pavez l’enfer des autres de vos bonnes intentions », comme le dit Chahdortt Djavann, une femme ayant subi le régime islamique d’Iran.


Les exemples internationaux ne manquent pas pour illustrer le contrôle de la femme par le voile. Même au Québec, plusieurs cas de crimes d’honneur liés au voile sont répertoriés, dont récemment celui d’un père de famille de Gatineau accusé au criminel parce qu’il battait sa fille qui refusait de porter le hidjab. D’après l’agente de police, l’adolescente « a trouvé le courage de dénoncer la situation ». Croyez-vous que cette jeune fille se serait confiée si l’agente avait été voilée ?


Les policiers et policières sont des intervenants de première ligne. La priorité n’est pas d’assurer du travail aux femmes qui refusent de se plier aux règles de l’emploi. Elle est de s’assurer de la sécurité de tous les citoyens et citoyennes et de les protéger de toute pression communautariste indue ou de harcèlement psychologique.


Madame la Mairesse, permettre le port de signes religieux aux représentants de l’État contrevient au devoir de neutralité, comme le dit Guy Rocher, un des pères de la Révolution tranquille. La majorité des Québécoises et des Québécois, de toutes les origines, n’en veulent pas. En 2013, un sondage Léger montrait que 78 % des personnes sondées étaient pour une interdiction des signes religieux chez les policiers. Il serait bon de ne pas balayer du revers de la main cette aspiration des Québécois sous prétexte que c’est « dans l’air du temps ». C’est par une réelle laïcisation des institutions de l’État, et en premier lieu de la police, qu’il est possible d’accueillir tous les citoyens, dans le respect et l’ouverture, quelle que soient leurs origines nationale, ethnique ou leur religion.


*La lettre est signée par les signataires principaux :



Ferid Chikhi, conseiller en emploi;

Nadia El-Mabrouk, professeure, DIRO, Université de Montréal;

Ali Kaidi, doctorat en philosophie;

Leila Lesbet, enseignante TES.


Autres signataires :


Mohand Abdelli, P. Eng.;

Nora Abdelli, infirmière;

Saleha Abdenbi, enseignante;

Fatima Aboubakr, directrice de garderie;

El Mostapha Aboulhamid, professeur, DIRO, Université de Montréal, à la retraite;

Rachida Ait Tahar, enseignante;

Idir Atif, ébéniste;

Katia Atif, intervenante communautaire;

Amani Ben Amar, agente financière, CIUSSS–Centre-Sud de l’île de Montréal;

Radhia Ben Amor, coordinatrice de recherche;

Leila Bensalem, enseignante;

Adel Bichara, ex-propriétaire d’entreprise, à la retraite;

Nawal Bouchareb, citoyenne;

Zahra Boukersi, enseignante;

Amel Chikhi, biologiste;

Hassina Chouaki, citoyenne;

Claude Kamal Codsi, entrepreneur;

Nariman Derky, poète;

Hakima Djermoune, inspectrice au contrôle de la qualité pharmaceutique;

Nadia Fahmy-Eid, historienne féministe;

Aziz Farès, auteur et journaliste;

Ines Hadj Kacem, étudiante;

Amel Haroud, gestionnaire;

Hassiba Idir, gestionnaire;

Idriss Idir, ingénieur;

Nacer Irid, ingénieur;

El-Houssine Idrissi, concepteur ingénierie;

Fadhila Jabnoun, retraitée;

Rabah Kadache, enseignant;

Samy Kartout, administrateur de systèmes informatiques;

Radia Kichou, citoyenne;

Siham Kortas, enseignante à la retraite;

Nacera Krim, architecte;

Karim Lassel, consultant en développement organisationnel à la retraite;

Mona Latif-Ghattas, écrivaine;

Leila Mahiout, ingénieur informatique;

Abdelhakim Medjahed, assistant immédiat soin infirmier;

Abdallah Mohamed-Saïd, travailleur autonome;

Salimata Ndoye Sall, intervenante sociale;

Boussad Oukil, entrepreneur;

Sandra Sahli, enseignante en électronique industrielle;

Farid Salem, président de l’association Solidarité Québec-Algérie;

Ferroudja Si Hadj Mohand, éducatrice;

Khaled Sulaiman, journaliste;

Zabi Eanäyat-Zâda, auteur et conférencier.