Sordide affaire chez nos voisins du Sud...

Le show de boucane

Dans les coulisses du pouvoir

E24c0233e5c7f593a2f1bbc57bebb5f4

Tribune libre

La séance d’assermentation de Brett Kavanaugh à titre de juge de la Cour suprême des États-Unis d’Amérique a pris des allures de tragédie loufoque lorsque le président Trump a présenté ses excuses à Brett Kavanaugh et à sa famille pour « les terribles souffrances » qu'ils ont « été forcés d'endurer » suite à une « campagne de destruction personnelle » menée par les dénigreurs de son candidat désigné.


Un véritable show de boucane orchestré par le maître incontesté des envolées oratoires théâtrales, le président des États-Unis, Donal J. Trump. Et toute cette comédie malgré le témoignage on ne peut plus crédible de Christine Blasey Ford, déboutée de façon cavalière par une enquête expéditive du FBI qualifiée d’« investigation historique » par M. Trump.


Enfin, pour clore le show de façon élégante, M. Kavanaugh a décrit le processus comme  « conflictuel et émotif », mais il assure ne pas entretenir d'amertume. Et, signe prémonitoire, les quatre employées qui sont appelées à travailler pour monsieur le juge sont des femmes… Des tensions à l’horizon? Qui sait?


Dans les coulisses du pouvoir


Nonobstant les centaines de femmes qui ont pu se délivrer du poids de la haine causée par des agressions sexuelles en dévoilant les noms des auteurs de ces crimes crapuleux grâce au mouvement #Moi aussi, le témoignage pourtant crédible de Christine Blasey Ford sur l’agression sexuelle commise par Brett Kavanaugh a été débouté cavalièrement par une enquête bâclée du FBI et ridiculisé bassement par Donald Trump.


Un comportement grotesque étalé sans vergogne à la face du monde entier par le président des États-Unis d’Amérique. Malheureusement pour elle, Christine Blasey Ford a frappé de front le mur de la honte érigé en maître dans les coulisses du pouvoir américain…In god we trust!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1308 articles

  • 1 169 654

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Jean Lespérance Répondre

    14 octobre 2018

    Je peux me tromper mais je sais une chose, le FBI est contre Trump. L'enquête ne pouvait pas être autre chose que bàclée parce que c'est le témoignage d'une seule personne contre une autre. Et pour une femme qui est déjà psychologue, attendre aussi longtemps pour porter plainte est incompréhensible. Des faits, clairs et précis, je n'en ai entendus aucun. Si on va dans un endroit où on sait que ça va finir en partie de fesses, il vaut mieux s'abstenir d'y aller. Si on y va quand même c'est qu'on a l'intention de s'en payer une. Alors moi, j'ai des doutes sur la crédibilité de Mme Ford.