Eux aussi rêvent d'indépendance

Le référendum écossais de 2010

Un choix de 4 options

Tribune libre


Le gouvernement écossais souhaite que le peuple se prononce en 2010 sur la question de l'indépendance par voie de référendum.

4 options sont proposées:

- le statu quo.

- un peu plus d'autonomie: une partie de l'impôt sur le revenu ou des pouvoirs en matière routière, tel que proposé par la commission Calman.

- encore plus d'autonomie: une "dévolution maximale" de compétences qui inclurait de "nouveaux pouvoirs substantiels" dont "l'autonomie fiscale", tout en gardant un lien avec le Royaume-Uni.

- l'indépendance totale.


Source:
http://74.125.113.132/search?q=cache:wSe6yTkPyu0J:www.eurominority.eu/version/fra/reports-detail.asp%3Fid_actualite%3D1479+r%C3%A9f%C3%A9rendum+%C3%A9cosse+2010&cd=7&hl=fr&ct=clnk&gl=ca


L'appui à l'indépendance totale est de 28%, tandis que 56% des gens désirent simplement plus de pouvoirs.

"Overall support for independence remains low, at 28%, compared with 56% backing more devolution."
Comme on peut le constater, c'est l'étapisme prudent qui semble être privilégié.
Tiré de:
http://74.125.93.132/search?q=cache:j1Q14ks5snsJ:www.heraldscotland.com/news/politics/social-attitudes-survey-independence-still-not-a-burning-issue-1.998723+r%C3%A9f%C3%A9rendum+scotland+survey&cd=3&hl=fr&ct=clnk&gl=ca




Il faut souligner que l'Écosse dispose actuellement de très peu de pouvoirs en comparaison avec le Québec. Le Québec est considéré comme étant le plus avancé sur le plan de l'autonomie par les états revendicateurs comme l'Écosse, l'Irlande, la Catalogne et le pays Basque.

Cela explique que la notion d'autonomie appliquée au Québec soit encore si floue, car nous faisons office de défricheurs en la matière, ayant déjà atteint plus d'objectifs que les autres.

Le Québec donne l'exemple et ouvre la voie par ses revendications. Continuons notre marche vers ce pays qui sera le nôtre et qui est ici.

Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie541 articles

  • 1 013 510

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces cliques et élites qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    1 février 2010

    Bonjour M.Labrie
    Une facette importante inconnue manque à votre analyse. Dans quel état le gouvernement écossais laisse t'il le pouvoir à ses successeurs comme marge de manoeuvre allant dans un sens comme dans l'autre?
    Georges W.Bush et ses républicains ont pratiqué la politique de la terre brulée avant de quitter les poches pleines. Obama a hérité d'un pays en banqueroute. La population américaine dont la mentalité n'excède pas le raisonnement d'un enfant de cinq ans, réclame encore des bonbons en pleurnichant.
    Au Québec, Jean Charest qui gouverne sur le cruise control, s'apprête à servir le même plat indigeste à ses successeurs ( le P.Q.) en laissant un déficit astronomique en héritage, comme Georges W.Bush. Ne compter pas sur la population québécoise pour faire la juste part quand viendra le temps de se prononcer sur sa souveraineté, le ventre et les poches vides.