Bien peu connu

Le rapt des Européens et l’esclavage des Blancs.

71a02e60b648bbe7e8de497918bd1975

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Le travail de nombreux Historiens nous éclaire en nous apportant des éléments importants sur une pratique nettement moins connue, le rapt des Européens et l’esclavage des Blancs.


Les chiffres sont faramineux mais ils sont d’autant plus effrayants qu’on en parle très peu, c’est à peine évoqué dans les livres d’Histoire, pourtant cela démontre combien les Arabes et entre autres les riches Raïs ont été nombreux à s’enrichir avec cette traite des Blancs.


Ils les faisaient prisonniers tout le long des côtes de Méditerranée par des incursions lors de razzias dans ces pays, mais également sur mer en attaquant les navires qui faisaient le commerce des épices.…


La place d’une petite bourgade qui deviendra plus tard l’Algérie servait de place centrale à ce trafic, les personnes étaient vendues sur la place publique, les plus forts emmenés sur les bateaux ces rapides Boutres arabes où les  coups de fouet pleuvaient pour faire avancer plus vite à la rame, c’est grâce à cette vitesse qu’ils arrivaient à courser et à arraisonner les gros navires de commerce, plus lents.


Barberousse ce terrible pirate dont le nom était prononcé à la française se nommait en fait en arabe Baba Aroudj, il est mort en 1518 mais depuis le 16ème siècle il écumait la Méditerranée et tous les pays européens qui la bordaient.


Depuis plusieurs siècles des rapts de cette sorte avaient lieu si bien que les croisades entre autres choses ont également voulu être une réponse à l’expansion de l’islam qui ne cessait d’envahir les pays européens, tout comme le Sud de l’Andalousie espagnole qui restera sous leur emprise presque 8 long siècles,  et depuis l’Espagne les Arabes  avaient remonté jusqu’en  France.


« Eudes duc d'Aquitaine, est confronté à ceux qu'on appelait les Sarrasins, ils  pillent, violent et massacrent. Leur supériorité en nombre et en logistique terrifie Eudes, qui appelle à l'aide Charles Martel, alors maire du palais, duc et prince des Francs, aux côtés du roi mérovingien Thierry IV. Martel reste sourd à ces appels, devant se concentrer alors sur la guerre avec les Austrasiens contre les Saxons. Pour faire face à la redoutable armée musulmane, le duc d'Aquitaine va partir avec ses hommes recruter des mercenaires vascons (basques) et quelques renforts de Neustrie et de Bourgogne.


Ce 9 juin 721, l'effet de surprise est donc total. Les musulmans sont encerclés par l'armée d'Eudes, qui les attaque par les flancs et leur inflige de lourdes pertes. Chevaux et hommes, sang et poussière se mêlent dans une bataille où le bruit des cliquetis des armes s'élève à plusieurs lieues à la ronde. Bien qu'inférieurs en nombre, les chevaliers et combattants autour d'Eudes d'Aquitaine détruisent les rangs ennemis complètement désorientés. Les musulmans paniquent très vite et reculent avant de fuir en se dispersant. Leur chef, Al-Samh ibn Malik al-Khawlani, est rattrapé puis tué. Le siège de Toulouse est levé, les pertes omeyyades s'élèvent à environ 3 750 morts, tandis que 1 200 chrétiens gisent sur le sol. »


Cette importante bataille de Toulouse arrête quelques temps les incursions musulmanes mais elles reprennent de plus belle, la bataille de Poitiers 732  durant laquelle Charles Martel  viendra enfin faire reculer les musulmans en gagnant à Moussais la Bataille,  contre des hordes d’ Arabes. Cependant s’ils ont à nouveau reculé ils  se sont installés plus au sud, en Occitanie, dans une grande partie du Languedoc et de la Provence où  ils font des raids sur Nîmes, Marseille, Arles installent un de leurs repaires en Camargue,  remontent la vallée du Rhône… Guillaume le fils du roi Boson d’Arles va mettre 9 ans pour réunir une armée de barons provençaux et réussir enfin à les chasser de la côte d’Azur en 973 où ils avaient un autre de leur repaire,  dans la montagne des Maures,  à la Garde Freinet pour de là, écumer tout l’arrière-pays provençal.. Les populations atterrées se réfugiaient à l’intérieur des terres et sur le haut des collines de Provence. Ils seront expulsés du royaume d’Arles par un soulèvement populaire en 974.


Certains ordres s’étaient fondés pour tenter d’aller délivrer ces malheureux prisonniers des musulmans, en offrant des rançons. Les hommes chétifs ou malades étaient enfermés jusqu’à leur mort dans des bagnes, les plus jeunes étaient émasculés et valaient très cher à la revente si encore ils ne mourraient pas après une telle opération sans grande hygiène ni anesthésie ! Les femmes dénudées étaient offertes aux enchères sur la place publique, plus elles étaient jeunes, blanches et très blondes plus les enchères montaient, même les enfants n’échappaient pas à ces ventes.


De 1160 à 1213 un provençal Jean de Matha rachètera des dizaines de captifs parmi lesquels il y aura Michel Cervantés qui pour sa part sera resté cinq ans prisonnier et restera marqué le reste de sa vie de tout ce qu’il aura subi ! L’ordre de Notre Dame de la Merci fondé par Pierre de Nolasque  et Jacques 1er d’Aragon agira également dans ce sens.


Cependant c’est du 15ème siècle au 19ème siècle que ces rapts ont été les plus importants, tous les navires de différents pays étaient attaqués et se faisaient arraisonnés.


Excédé Charles Quint avait bien essayé en 1525, de faire cesser ce trafic puis Louis XIV en 1683 avait envoyé la flotte de l’amiral Duquesne et malgré  des bombardements sur Alger, aucun résultat ! Alger étant à la tête de ce riche commerce, reversait 10% au gouverneur Ottoman de Turquie pour chaque prisonnier blanc.


Entre 1785 et 1793 les navires des tout nouveaux étatsuniens où plus de 130 hommes, femmes et enfants, avaient été faits prisonniers et emmenés eux aussi en esclavage, décida ce jeune pays à entrer en guerre avec Tripoli qui signa un  bref traité de paix après trois bombardements ! En 1815 une autre attaque étatsunienne cette fois contre le Dey d’Alger, puis  en 1816 une attaque anglo-hollandaise mais rien n’y fait cependant,  les razzias non seulement ne cessent pas mais s’amplifient.


Il faut attendre le congrès d’Aix la Chapelle en 1818 et la réunion des grandes puissances qui demandent alors à la France de s’en charger une bonne fois pour toutes.


Ainsi la France entame des négociations avec le Dey d’Alger cela dure jusqu’en 1827, mais sans aucun résultat, aussi en 1830 la France fait le blocus d’Alger et après une bataille navale, la reddition de Hussein-Dey aura lieu le 5 juillet… Mais dès le 1er juillet l’annonce de la prise d’Alger apporte un énorme soulagement dans tous les pays européens, à cette nouvelle aura lieu la première corrida dans l’amphithéâtre d’Arles, ma petite ville provençale, pour fêter cette prise d’Alger.


Les tous premiers esclaves, avaient été perpétrès par les Arabes, depuis l’Andalousie au sud de l’Espagne ils remontaient jusque dans les régions allemandes, où ils s’emparaient des Slaves, ces hommes étaient forts, très costauds, blonds aux yeux bleus. Ils ont été parmi les premiers Blancs emmenés captifs, d’où est venu l’origine de ce nom « d’esclave ».  Jusqu’au moment où les Espagnols  arrivent à reconquérir l’Andalousie  lors de la « Reconquista »  à partir de 1492 avec Isabelle la Catholique et Ferdinand d’Aragon.


L’Histoire du passé permet de mieux appréhender les événements récents et de les remettre dans de justes perspectives. Rappeler cette part de l’histoire des pays arabo-musulmans qui persistent encore de nos jours dans ces infamies, contre tant d’autres êtres humains, permettraient à tous ceux qui aujourd’hui déboulonnent des statues d’aller plutôt tenter de s’opposer à l’esclavage qui perdure dans ces pays arabo-musulmans y compris dans le sud de l’Algérie, où les grandes caravanes continuent à avoir des esclaves noirs, tout comme en Mauritanie et ailleurs !


Ils devraient aussi savoir que, certes, il y a eu ce triste commerce triangulaire en Europe mais la France a été le premier pays à l’interdire.


Il y a eu ce Code noir, mais si Colbert et Louis XIV l’ont promulgué il a pu apporter par des articles de loi l’interdiction de maltraiter les esclaves,  de leur apporter soutien et nourriture,  et de les soigner s’ils étaient malades .. C’était bien peu, on peut vivement regretter qu’ils n’aient pas à la place interdit totalement l’esclavage, mais au moins ils ont essayé de le réglementer pour que les personnes aient droit à un minimum de respect et souffrent le moins possible.


Colbert est mort avant d’avoir signé ce Code noir, il a été signé par son fils le marquis de Seigneulay.


De plus comment juger une époque révolue, à l’aune de la nôtre ?


Seul l’esclavage des noirs pratiqué par les Européens a été décrété officiellement crime contre l’humanité par la loi Taubira de 2001 Pourtant l’esclavage des Blancs pratiqué par les Barbaresques a bien eu lieu et il a duré de très nombreux  siècles !




Cf. les négriers en terre d’Islam de Jacques Heers


Et Les barbaresques de Jacques Heers


*Robert C. Davis, Christian slaves, muslim masters : white slavery in the Mediterranean, the Barbary Coast, and Italy, 1500-1800, Londres, Palgrave Macmillan, 2004, 2


* Guy Turbet-Delof, L’Afrique barbaresque dans la littérature française aux xvie et xviie siècles, Genève, Droz, 1973, viv, 407 p.


* Olivier Grenouilleau, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », Paris, 2004, 468 p.


* Olivier Grenouilleau, Esclaves blancs, maîtres musulmans, l’Histoire, février 2005.


* L’esclavage dans le monde arabede Murray Gordon


* Le génocide voilé de Tidiane N’Diaye



Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir142 articles

  • 252 257

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé