Le Parti libéral montréalais

9ed5149d7061ed467cac2285d19454a4

Il n'y a plus aucun élu libéral à l'est de Montréal


Le résultat était prévisible, vu la lune de miel du gouvernement Legault, mais il doit être extrêmement douloureux pour le PLQ. La victoire caquiste dans Jean-Talon a rayé le parti de tout l’est du territoire.  


Non seulement le PLQ perd un château fort qu’il occupait depuis la création du comté dans les années 1960, mais il encaisse une claque symbolique, lourde de conséquences.  


Depuis l’élection générale, il a perdu l’élection complémentaire dans Roberval, puis, hier, celle de Jean-Talon. Ça n’a même pas été serré.  


Résultat : le PLQ n’a plus un député pour le représenter à l’est de Montréal.  





Le gagnant de la course à la direction, que ce soit Dominique Anglade ou Alexandre Cusson, se retrouvera avec un défi colossal de reconnexion avec l’électorat francophone des régions du Québec.  


La bonne nouvelle caquiste  


Pour le gouvernement caquiste, ce gain constitue un baume sur une session difficile.  


Elle a été marquée par une réforme de l’immigration bâclée qui a dû être jetée au panier, un projet de loi sur les tarifs d’Hydro que condamnent tous les experts, et un recul dans la faveur populaire, malgré sa première position, selon un sondage Léger publié la semaine dernière.  


Plusieurs élus de la CAQ misaient sur cette victoire pour au moins «gagner» la dernière semaine de travaux à l’Assemblée nationale. Ils seront soulagés...  


Surplace solidaire  


Quant aux solidaires, ils auraient peut-être fait mieux s’ils ne s’étaient pas tirés dans le pied avec une controverse sur le choix de leur candidat.  


En choisissant d’appuyer publiquement Frédéric Poitras, recruté dans l’équipe de Régis Labeaume malgré la présence de candidats issus des rangs de QS, Manon Massé, Catherine Dorion et Sol Zanetti ont mis en furie des membres de l’organisation locale.  


Cette stratégie de «marketing politique» a déçu bien des militants qui ont levé le pied.   


Le «national» a mis le paquet et a fait circuler qu’une 2e place était probable. Mais QS a finalement récolté 2 % moins d’appuis qu’à l’élection de 2018...