Bras de fer entre les démocrates et le président des États-Unis d’Amérique

Le mur de la honte

Trump menace de fermer la frontière avec le Mexique faute de financement du mur

B1d0a1f7bdf69a3f50a10b25420bc786

Tribune libre

Le bras de fer actuel entre les démocrates et le président des États-Unis d’Amérique, Donald J. Trump, eu égard à la construction d’un mur à la frontière du Mexique, est en train de monopoliser toute l’attention des médias de la planète. Le populisme exaspérant du président américain en politique migratoire conduit inévitablement à un isolationnisme destructeur, voire provocateur envers les migrants qui aspirent trouver une terre d’accueil.


La tolérance zéro de Donald Trump envers les migrants qui quittent leur pays d’origine dans lequel règnent la terreur et l’oppression barbare est perçue par la communauté internationale comme une fin de non-recevoir drastique qui ne peut que provoquer des tensions injustifiées et incompatibles avec une saine ouverture aux autres. Le mur de Donald Trump projette une image de honte sur la scène internationale qui condamne avec véhémence cette ignominie rétrograde.


Enfin, un des derniers tweets du président démontrent à quel point sa manipulation subversive reflète une « logique » que je qualifierais de provocatrice : « Toute mort d’enfants ou d’autres à la frontière est strictement de la faute des démocrates et de leur politique migratoire pathétique qui permet aux gens de faire la longue traversée en pensant qu’ils peuvent entrer illégalement dans notre pays. Ils ne peuvent pas. Si nous avions un mur, ils n’essaieraient même pas! »… Ce qu’il fallait démontrer. Point final.


https://fr.metrotime.be/2018/12/28/news/trump-menace-de-fermer-la-frontiere-avec-le-mexique-faute-de-financement-du-mur-2/



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1309 articles

  • 1 169 754

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Henri Marineau Répondre

    4 janvier 2019

    Donaldus Julius Trumpus


    Contre vents et marées, Donaldus Julius Trumpus persiste et signe : le mur à la frontière du Mexique doit être érigé, quitte à être confronté à l’impeachment.


    À ce sujet, la procédure américaine connaît deux étapes : d’abord l'impeachment, qui doit être votée par la Chambre des représentants à la majorité simple (majoritairement démocrate) ; ensuite le procès (impeachment trial) qui se tient devant le Sénat des États-Unis (majoritairement républicain) présidé par le président de la Cour suprême, ou le vice-président si c'est le président qui est jugé. La décision de culpabilité ne peut être acquise qu'à la majorité des deux tiers.


    D’ici là, l’empereur devra franchir le Rubicon s’il désire lancer son légendaire « Alea jacta est »… Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a loin de la coupe aux lèvres!