SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

Le « méchant » populisme

Mais que s’est-il donc passé pour que la démocratie cède peu à peu sa place au populisme?

19777dadb7a0ba2c7e11aa947bbc8b0c

Tribune libre

Devant la montée de la popularité du mouvement populiste en Europe et aux États-Unis, plusieurs « bien-pensants » s’érigent en défenseurs de la démocratie en traitant de tous les noms, notamment de fascistes, ceux qui se rangent derrière les leaders populistes. 


Or, dans son dernier livre publié le 5 septembre 2019 chez l’Éditeur Le cerf sous le titre Le nouveau monde populiste, le journaliste du journal Le Figaro, Alexandre Devecchio, insiste : « La mouvance populiste, loin de maudire la démocratie, entend la restaurer, en prenant au sérieux sa promesse inaugurale: permettre à un peuple de se gouverner par lui-même ».


Mais que s’est-il donc passé pour que la démocratie qui, selon la formule d’Abraham Lincoln, est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », cède peu à peu sa place au « méchant » populisme?


À mon sens, la réponse découle d’un glissement progressif des pouvoirs dévolus au peuple vers les classes dirigeantes de la société, d’où la résurgence de la mouvance populiste dont l’origine se veut un appel au retour à une véritable démocratie.


Aux yeux d’Alexandre Devecchio, « le populisme est le symptôme de la détresse des peuples. » Au risque d’être affublé du qualificatif de défaitiste, tant et aussi longtemps que le peuple se verra écarté du pouvoir, nous assisterons inéluctablement à l’arrivée au pouvoir de leaders populistes…


La « vague populiste » bouscule les relations internationales...


« De Donald Trump à Boris Johnson, le club des dirigeants qui portent un discours antisystème aux accents parfois populistes ne cesse de grossir et bouscule la diplomatie mondiale au détriment du multilatéralisme et de la coopération internationale. »


https://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/la-vague-populiste-bouscule-les-relations-internationales/ar-AAEPwjo


Onze dirigeants populistes décryptés


https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/11/04/que-pensent-les-dirigeants-populistes-leurs-positions-decryptees_5378639_4355770.html



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1342 articles

  • 1 169 791

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé