Le "flou" de PKP s'éclaircit

Tribune libre

Depuis que PKP a fait son entrée dans l’arène politique québécoise en mars 2014, nombreux ont été les reproches qu’il a subits sur son « flou » concernant la façon dont il entend « faire du Québec un pays ». À l’entrée de la Conférence nationale des présidentes et des présidents du PQ le 8 février, le député de Saint-Jérôme a franchi un pas important en déclarant qu’un référendum sur la souveraineté aura nécessairement lieu : « Un geste aussi important, qui doit aussi requérir la légitimité de la communauté internationale, se fait par référendum», a-t-il déclaré.

Toutefois, ce qui retient mon attention réside dans le fait que PKP désire d’abord employer ses énergies à mettre le focus sur les « bénéfices » et les « bienfaits » du pays du Québec par une démarche « didactique » sur les tenants et aboutissants de la souveraineté… Une démarche pédagogique qui ne peut qu’être bénéfique pour tous les militants qui ont grandement besoin d’un cours de souveraineté 101, particulièrement depuis que le projet de souveraineté a été relégué dans le placard depuis belle lurette.

Une telle déclaration démontre à mon avis une lucidité et une clairvoyance dignes d’un stratège éclairé concernant la voie à emprunter pour mobiliser les souverainistes, voire même convaincre une partie des indécis…et elle a le mérite de jeter un peu de lumière sur le « flou » de PKP!

Élever le débat au niveau des idées

Bien que plusieurs commentaires aient déjà été émis depuis quelques semaines sur les candidats à la chefferie du Parti québécois, la course officielle vient de prendre officiellement son envol. Trois mois pour connaître les positions de chacun des cinq candidats sur les dossiers d’actualité, particulièrement au cours des cinq débats qui se tiendront d’ici le congrès à la chefferie.

À la suite de la cuisante défaite du PQ lors du dernier scrutin général, le défi est grand. En conséquence, s’il fallait que cette course tourne en attaques personnelles entre les candidats, ce serait désastreux pour l’image du parti. Je m’attends donc à ce que les cinq candidats s’en tiennent à leurs idées puisque c’est de cela dont les partisans du PQ ont le plus besoin.

Le message est clair : le PQ doit se relever et prendre des positions claires sur les sujets d’actualité, à savoir l’économie, l’éducation, l’environnement, la santé et la souveraineté. À vous de vous commettre, candidats, et que le meilleur gagne!

Vivement le premier débat!

Les dernières attaques personnelles de Pierre Céré contre Pierre Karl Péladeau révèlent à quel point il est urgent que les candidats à la chefferie du Parti québécois s’affrontent autour de la table pour le premier débat.

En effet, tant et aussi longtemps qu’une telle guerre de clocher envahira l’espace politique du PQ, elle ne contribuera qu’à diviser et à créer des tensions au sein des candidats au détriment des idées que les militants attendent avec intérêt et à propos…

Vivement le premier débat pour qu’enfin on puisse connaître les positions des candidats sur les priorités et l’avenir qu’ils préconisent pour le PQ!

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1430 articles

  • 1 096 516

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    11 février 2015


    La fin du floue depuis 40 ans :
    Pierre Karl Péladeau (PKP) s’engage à mettre sur pied un institut de recherche scientifique et appliquée sur l'indépendance du Québec s’il se retrouve à la barre du Parti québécois.
    ...
    JCPomerleau