Le Canada « n’est pas encore prêt » à planifier une reprise économique

608beaef78038a3ef76c6ddd86c8c8dd

Le communisme sanitaire semble plaire aux libéraux


Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, considère que le Canada ne dispose pas d'informations suffisantes pour établir un échéancier ou un plan de retour à la normale des activités économiques, qui sont grandement réduites à cause de la pandémie de COVID-19.




L’annonce par les États-Unis d’un plan en trois phases pour remettre l’économie en branle ne le convainc pas d’agir de la même façon. M. Morneau, qui, comme le président américain, était un homme d’affaires avant sa carrière politique, estime que l’adoption de ce genre de plan serait prématurée.


On n’est pas encore prêt à voir les prochaines étapes, a expliqué le ministre vendredi, en entrevue à l’émission RDI économie. Nous sommes vraiment dans la crise à l'heure actuelle, a-t-il fait valoir, avant d’ajouter que son gouvernement présentera un plan de reprise quand on aura assez d’informations.


Le prochain exercice budgétaire attendra lui aussi, tout comme les projections de l’effet de la pandémie sur le PIB canadien. Quand le Canada sera dans une situation plus normale, on va considérer une projection de notre situation fiscale, ça va être important, a indiqué Bill Morneau à l’animateur Gérald Fillion.




Entrevue avec Bill Morneau




De l'aide pour les grandes entreprises


Pour le moment, la priorité du ministre des Finances est d’améliorer la situation immédiate et de s’assurer de faire les choses nécessaires aujourd’hui pour que l’économie canadienne soit plus robuste au sortir de la crise. À cette fin, Ottawa a présenté de nouvelles mesures d’aide aux entreprises vendredi matin, annonçant notamment des montants importants consacrés aux pétrolières.



On sait que la situation est difficile, on sait que c’est nécessaire de protéger les gens. […] C’est en même temps nécessaire de protéger les compagnies pour l’avenir et c’est ce qu’on a fait aujourd’hui.


Bill Morneau, ministre des Finances du Canada


Mais c’est surtout le Programme de crédit aux entreprises (PCE) qui aura le plus d'effets décisifs, selon le ministre Morneau. Il y voit la meilleure option pour aider les entreprises à survivre à la crise.


Ce programme de soutien financier, qui dispose d’une enveloppe de 65 milliards de dollars, permet aux petites et moyennes entreprises d’accéder à du crédit sans intérêt et des prêts pouvant atteindre 6,25 millions de dollars par entreprise.


Bill Morneau a confirmé qu’à compter des prochains jours, le gouvernement fédéral offrirait du crédit à tous les secteurs de l’économie qui en ont besoin, incluant les grandes entreprises.