Le Bloc québécois contrarie les plans du Parti conservateur

4885b787542106e43d79fc50de8a32ba

« Il n’y a jamais eu de gouvernement majoritaire avec à la fois un Bloc québécois dominant et une droite unie au Canada. »



Les données présentées dans cet article ont été mises à jour le 9 octobre à 18h45.



Pendant trois mandats majoritaires consécutifs, Jean Chrétien avait devant lui une droite divisée à la Chambre des communes: des progressistes conservateurs (PC) décimés après l’élection de 1993 et le Parti réformiste de l’Ouest canadien.



En 2000, le PC et la défunte Alliance canadienne avaient obtenu un résultat combiné de plus de 38 % des suffrages, mais avaient dû se contenter de seulement 78 sièges sur 301 (66 pour l’Alliance, 12 pour le PC). Au cours de cette décennie de pouvoir libéral, le Bloc avait dominé le Québec en remportant 54 sièges en 1993, 44 sièges en 1997 et 38 sièges en 2000. Puis le PC et l’Alliance canadienne ont fusionné sous une seule bannière avec Stephen Harper comme chef.


Pour les trois élections fédérales de 2004, 2006 et 2008, aucun parti n’a remporté suffisamment de sièges pour obtenir une majorité à Ottawa. À chaque reprise, une forte performance du Bloc au Québec rendait cette tâche presque mathématiquement impossible (54 sièges en 2004, 51 sièges en 2006 et 49 sièges en 2008).


La majorité de Harper en 2011 a eu lieu alors qu’à la fois les libéraux (sous Ignatieff) et le Bloc ont tous deux subi des défaites historiques : seulement 36 sièges d’un océan à l’autre pour le Parti libéral du Canada (PLC) et 4 maigres sièges pour le Bloc dans la province qu’il a dominée pendant près de 20 ans.


En 2015, la majorité de 184 sièges des libéraux de Justin Trudeau est survenue alors que le Bloc ne remportait que 10 des 78 sièges de la province (et un vote qui avait glissé de 23 % en 2011 à seulement 19 %).


Bref, il n’y a jamais eu de gouvernement majoritaire avec à la fois un Bloc québécois dominant et une droite unie au Canada.


* * *


Quel effet pourrait avoir une potentielle remontée du Bloc à Ottawa le 21 octobre prochain ? Voici donc la mise à jour de la projection fédérale Qc125 du 9 octobre 2019. Nous remarquons que le PLC se trouve toujours en tête, mais avec une bien maigre avance d’à peine 30 sièges en moyenne sur le Parti conservateur du Canada (PCC) :





Si un écart moyen de 30 sièges vous semble plutôt important, considérez ceci : les intervalles de confiance (soit l’incertitude du modèle) du PLC et du PCC se croisent considérablement. Quelques points de plus en Ontario pour le PCC et nous serions de retour à la case départ; quelques points de plus pour le Bloc au Québec et la possibilité d’un gouvernement majoritaire, qu’il soit libéral ou conservateur, serait mathématiquement inatteignable.


Nous remarquons aussi que le NPD semble regagner du terrain. Sa moyenne actuelle se situe à 19 sièges, alors qu’il y a seulement deux semaines, elle se trouvait à peine à la barre des 10 sièges.


Voici la projection de sièges au Québec (78 circonscriptions) :





Pour la première fois depuis le début des projections fédérales de Qc125 en 2018, les intervalles de confiances du Bloc et du PLC se croisent quelque peu. Traduction : avec les chiffes actuels, le scénario le plus optimiste pour le Bloc rejoint le scénario le plus pessimiste pour le PLC dans la province.


En dépassant le Parti conservateur dans les intentions de vote au Québec, le Bloc aura non seulement anéanti les chances d’Andrew Scheer de former un gouvernement majoritaire, mais il commence maintenant à grappiller le territoire qui semblait acquis aux libéraux.


Reste à savoir si le dernier débat de la Commission jeudi soir fera bouger l’aiguille pour de bon au Québec. Nous garderons l’oeil sur les chiffres au cours des prochains jours.