Laxisme et cafouillage à Santé Canada

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, affirme faire toujours confiance à Santé Canada!

9117853afaf961325d32e05fc285db2f

Tribune libre

Des reportages de l'émission Enquête révèlent notamment que des Canadiennes ont développé des cancers et d’autres problèmes de santé associés à des implants mammaires approuvés par Santé Canada, certains de ces problèmes étant survenus après l'abandon d'une étude obligatoire en 2006, et ayant été cachés par la suite aux autres porteuses d'implants. Une problématique inquiétante qui révèle de la part de Santé Canada un cafouillage totalement irresponsable.


Néanmoins, de son côté, la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, affirme faire toujours confiance à Santé Canada et ce, même après avoir vu les reportages de l'émission Enquête, sur les risques associés à plusieurs dispositifs médicaux approuvés par l'agence fédérale, notamment des implants mammaires.


À titre d’exemple d’imbroglio, le vendredi 30 novembre, le site Internet de Santé Canada indiquait que 5 cas de lymphome associé aux implants ont été diagnostiqués au pays, alors que, selon Enquête, au moins 25 Canadiennes ont développé un cancer lié à leurs implants mammaires.


La ministre fédérale de la Santé aura beau mettre de l’avant toute une série de mesures visant une plus grande transparence de la part de Santé Canada, le laxisme totalement inacceptable de l’organisme fédéral, notamment lors de l’abandon de l’étude obligatoire en 2006, soulève une problématique inquiétante dont il est aujourd’hui imputable auprès des femmes qui ont vécu des complications des suites de leurs implants mammaires!



Henri Marineau, Québec



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1221 articles

  • 1 167 101

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé