VISAS DE STAGIAIRES

La réforme d’Ottawa dénoncée en France

Les universités françaises s'élèvent contre le «verrouillage» qui menace plus de 1000 stages

5e384cbcfb7a875082af1a4fdaad46ef

Le gouvernement Harper bloque la venue de milliers de stagiaires

De nouvelles règles imposées par Ottawa aux étudiants étrangers mettent en péril une entente historique qui permet au Québec et à la France d’échanger des centaines de stagiaires chaque année.

Plus de 1000 stages d’étudiants français au Québec sont menacés par les changements apportés par Ottawa à la délivrance de visas aux stagiaires étrangers, a appris Le Devoir. Devant ces « mesures de verrouillage » sans précédent, un des plus importants regroupements d’universités françaises remet en question ses relations historiques avec le Canada, et plus spécifiquement avec le Québec.

Le « rayonnement du Québec à l’étranger » est en jeu, préviennent les ministres Christine St-Pierre et Kathleen Weil dans une lettre adressée le 26 mars au ministre fédéral de la Citoyenneté et de l’Immigration, Chris Alexander. « [...] vous comprendrez la confusion et les inquiétudes suscitées auprès de nos partenaires, qui auront pour effet de limiter la venue de stagiaires et de stagiaires de recherche au Québec », ajoutent les ministres du gouvernement Couillard. Le séjour en France de centaines de stagiaires québécois est aussi compromis par cet imbroglio diplomatique, indiquent nos sources.

Cette histoire est provoquée par la volonté du gouvernement Harper de resserrer les règles d’entrée de dizaines de milliers de stagiaires et de travailleurs étrangers au Canada. Ottawa souhaite donner la priorité aux Canadiens qui cherchent un stage ou un emploi.

Citoyenneté et Immigration Canada a ainsi édicté sans préavis, le 21 février dernier, de nouvelles règles aux employeurs qui font appel à des stagiaires étrangers en vertu du programme Expérience internationale Canada (maintenant appelé Programme de mobilité internationale) : ils doivent remplir un long formulaire en ligne et payer des frais de 230 $ par stagiaire. De façon générale, une série d’autres directives visant à compliquer la vie des demandeurs de visa temporaire provoque cette levée de boucliers, de Paris à Montréal.

Les Instituts universitaires de technologie (IUT), qui regroupent 113 établissements d’enseignement en France, sont outrés des nouvelles règles édictées par le gouvernement Harper. Ces obstacles s’ajoutent à l’augmentation récente des droits de scolarité pour les étudiants français de niveau baccalauréat qui viennent au Québec, souligne l’Association des directeurs d’IUT. L’organisme remet en question sa collaboration de longue date avec les maisons d’enseignement du Québec.

« L’Association considère que ces mesures de verrouillage remettent en cause de façon durable les relations entre les IUT et les établissements canadiens [et] informe en conséquence les autorités des deux pays que les IUT sont contraints de revoir leur politique de relation avec les établissements canadiens », indique une résolution obtenue par Le Devoir.

L’Association « regrette que les règles de délivrance des visas Stage coop international aux étudiants de France aient été changées en cours d’année universitaire sans aucune information préalable de la part des autorités canadiennes », poursuit la résolution. Les 113 établissements français « constatent que plus d’un millier d’étudiants des IUT se retrouvent ainsi privés de stage à quelques semaines de la date prévue de leur départ, mettant ainsi en péril la validation et l’obtention de leur année d’étude ».

Vague de mécontentement

Le problème, c’est que la moitié des 200 employeurs et organismes québécois sans but lucratif qui avaient parrainé des stagiaires étrangers ont refusé de se plier aux nouvelles règles d’Ottawa, explique Judith Laurier, directrice des communications de la Fédération des cégeps. L’organisme demande à Ottawa de surseoir à ces nouvelles règles avant le 1er avril.

Les frais de 230 $ par stagiaire et les tracasseries administratives ont eu raison de la bonne volonté des « donneurs de stage ». Les étudiants français se plaignent aussi des difficultés à se conformer aux règles pour obtenir leur visa. Résultat : stagiaires étrangers et employeurs québécois se découragent. Une longue collaboration d’échange entre la France et le Québec est en péril.

« Les Instituts universitaires de technologie disent qu’ils vont faire des ententes avec d’autres pays. On ne peut pas les blâmer, ils ont tellement d’obstacles », dit la représentante des 48 cégeps.

« Ça nous met dans l’embarras, ajoute-t-elle. Nous craignons que d’autres institutions françaises emboîtent le pas et mettent fin à la collaboration avec le Canada. Et si les établissements français remettent en question l’entente France-Canada, ça met en péril nos stagiaires qu’on envoie chez eux. »

Mauvais remède

La grogne contre les nouvelles règles édictées sans consultation par le gouvernement Harper se fait sentir dans tout le Canada. Les organisations qui chapeautent les cégeps et universités du Québec ainsi que 137 collèges du Canada ont fait savoir leur mécontentement au gouvernement fédéral, au cours d’une séance d’information qui a eu lieu jeudi dernier à Ottawa.

« Nous sommes très inquiets à cause des développements qui ne sont pas ceux attendus et qui nuisent à la capacité de nos collèges d’attirer des stagiaires étrangers », indique Wendy Therrien, vice-présidente de Collèges et Instituts Canada. Les établissements du Québec vivent les plus grandes difficultés à cause des liens privilégiés avec la France, mais l’inquiétude règne dans tous les collèges du pays, selon elle.

La représentante des collèges dit comprendre le but du resserrement des règles de délivrance des visas — accorder la priorité aux stagiaires canadiens —, mais Ottawa rate la cible, selon elle : tous les stages sont d’abord offerts aux étudiants canadiens. Il s’agit de stages non rémunérés. Les étudiants en ont besoin pour obtenir leur diplôme. Et les employeurs comptent sur cette main-d’oeuvre qualifiée. Et motivée.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé