OH LA LA !

La ministre des Affaires étrangères de Trudeau avait un papi nazi

Le passé trouble de la famille ukrainienne de Chrystia Freeland

56f55e18bc989eb1cd27fa5509779586

Tribune libre


On savait que le beau-père de notre ancien ministre des Affaires étrangères avait été soldat nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il avait oeuvré sur le front Est là où des millions de personnes innocentes ont été massacrées par les troupes du Fuhrer. Mais on ignorait que le grand-père maternel de celle qui l'a remplacé était aussi nazi! Tout un nazi celui-là. Rien à voir avec un banal soldat d'Hitler.


Un magazine a même établi qu'elle était à 5 degrés d'Adolf H..... CINQ DEGRÉS seulement pour la Chrystia du Canada.


http://rabble.ca/babble/news-rest-us/freeland-chomiak-connection-it-takes-village-raise-nazi-0


La Russie de Poutine est en guerre contre la petite madame qui parle comme une maitresse d'école et qui a remplacé notre Rat national devenu ambassadeur du Dominion à Berlin.


Les Russes ont révélé que le grand-père de Chystia Freeland, Michael Chomiak (1905-1984), avait été éditeur de Kraviski Visti (Krakow News), un organe de propagande nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale.


Mise sur pied en 1940 par les Nazis et supervisé par l'officier de contre-espionnage Emil Gassert, Kraviski Visti avait été confisqué à un éditeur juif, mort plus tard au camp de concentration Belzec.


Le journal a publié d'innombrables diatribes antisémites approuvant ce que les Nazis faisaient aux juifs. A Ottawa, on crie à la désinformation, sauf que les références sont bétons.


Michael Chomiak (1905-1984) occupait bel et bien le poste influent de rédacteur en chef du principal journal en langue ukrainienne des Nazis. Porte-parole phare de la propagande nazie pour les Ukrainiens de toute la Grande Allemagne et de l'Europe occupée, ce quotidien a joué un rôle-clé dans le soutien des Ukrainiens aux efforts militaires des ennemis du Canada.


« Comme tant d'autres ultranationalistes de la communauté des émigrés ukrainiens dont les ancêtres sont arrivés au Canada peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Freeland a dissimulé la vérité sur un proche et vénéré membre de la famille qui a collaboré avec le régime nazi. De cette façon, le cas de Freeland n'est pas vraiment inhabituel » se demande Richard Sanders, éditeur de Press for Conversion.


« Ce qui est vraiment impressionnant dans toute cette histoire, c'est comment la diaspora ukrainienne ultranationaliste, le gouvernement libéral et les grands médias d'entreprise ont réussi à limiter les problèmes plus généraux entourant la collaboration ukrainienne avec les nazis dans l'exécution de massacres et de génocides, y compris l'Holocauste. »


Ohlala. A lire absolument : http://coat.ncf.ca/research/Chomiak-Freeland/C-F1.htm




Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Martin Pelletier Répondre

    9 avril 2018

    En écoutant Jocelyn  Coulon hier à TLMP parler de la ministre Freeland et de son nationalisme ukrainien, des Sikhs à Justin et de leurs précieux votes, je me suis dis que Coulon doit lire Vigile...


    https://vigile.quebec/articles/justinono-et-le-vote-sud-asiatique