La meilleure option est au centre-ville

Sans le choix d'un emplacement judicieux, le succès du nouveau CHUM sera compromis

CHUM

Par Guy R. Legault
lundi 17 janvier 2005
--------------------------------------------------------------------------------
Le débat autour de la localisation du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) a été ravivé par la proposition du recteur de l'Université de Montréal d'intégrer la construction du nouveau CHUM à celle de locaux universitaires sur le terrain de la gare de triage d'Outremont.
[...] Dans les lignes qui suivent, je tenterai de faire la lumière sur certaines caractéristiques du site de la gare de triage et un rappel de certaines erreurs commises dans le passé quant au choix de la localisation de certains grands projets publics.
Les caractéristiques de la gare de triage d'Outremont
La gare de triage d'Outremont est située dans un territoire urbain d'occupation industrielle. Cette étendue de terrain est enclavée par le chemin fer, au sud, le viaduc Rockland, à l'ouest, puis au nord et à l'est, par des usines, des entrepôts et des commerces de gros des deux côtés de la rue Beaumont et dans le secteur entre les avenues Durocher et du Parc. En outre, sur le côté sud de la rue Beaumont, se trouve le poste Beaumont de l'Hydro-Québec, avec ses transformateurs et ses pylônes.
Un tel environnement, il va sans dire, génère un trafic considérable de camions, avec les inconvénients connus : bruit, pollution, entrave à la circulation, etc. Il serait irréaliste de croire à la transformation de cet ensemble industriel à court, à moyen ou même à long terme.
Le chemin de fer, pour sa part, en plus de sa nuisance physique, constitue un risque sérieux de conflagration dans l'éventualité d'un accident ferroviaire, où il y aurait des matières toxiques répandues à proximité des installations hospitalières.
Cet environnement industriel n'est pas pourvu de services sociaux ou commerciaux, sauf ceux du petit centre commercial Beaumont qui ne peut pas être considéré comme un actif dans ce domaine.
Un tel environnement n'est certainement pas propice à l'établissement d'un centre hospitalier, voire à l'installation de locaux pour l'enseignement universitaire. Les seules occupations compatibles avec le centre hospitalier seraient la clinique René-Laennec et la pharmacie Jean Coutu.
La gare de triage d'Outremont est un territoire isolé par une rupture des communications routières propre à ce secteur de la ville. La configuration urbaine de Mont-Royal interrompt les liens routiers avec le nord-ouest de l'île. En effet, Mont-Royal est ceinturée, à l'est, par la clôture le long du boulevard de l'Acadie et au nord par le boulevard Métropolitain. Seuls le boulevard de l'Acadie et le chemin Lucerne, à l'ouest, traversent l'autoroute 40, et entre les deux, il y a une distance de trois kilomètres !
On observe une situation similaire au sud. L'arrondissement d'Outremont n'offre qu'une seule pénétration au-delà du chemin de fer par le viaduc Rockland dont le débit est régulé par la rue McEachran qui ne compte qu'une seule piste de circulation. Les autres endroits où l'on peut franchir le chemin de fer se trouvent sous le viaduc de l'avenue du Parc, à un kilomètre à l'est, ou à deux kilomètres, à l'ouest, sous le chemin de fer, dans l'axe du chemin de la Côte-des-Neiges.
On constate donc que dans ce quartier il y a interruption de la grille de rue. Cette situation a été créée au XIXe siècle, quand la compagnie de chemin de fer du Pacifique Canadien a construit une ligne de ceinture, loin autour de l'agglomération de l'époque. Bien vite le développement urbain a rejoint et dépassé le chemin de fer, de sorte qu'aujourd'hui la trame urbaine est segmentée. Cette situation est devenue une caractéristique de la morphologie de Montréal. Il faut faire avec.
Le terrain de la cour de triage est dépourvu de services publics. Pour y loger des occupations médicales et d'enseignement, il faudra ouvrir des rues, faire des trottoirs et pourvoir aux infrastructures urbaines tels : les réseaux d'égouts, d'aqueduc, de gaz d'électricité, du câble, de signalisation routière, etc. Il serait prudent de la part des décideurs de ne pas sous-estimer les coûts qu'entraîneront ces améliorations locales. Ce sera cher, très cher.
À cela s'ajoutera la décontamination du terrain, de toute évidence, une tâche énorme et complexe qui commandera une allonge au calendrier et aux coûts de réalisation.
L'exemple de Radio-Canada
Sommes-nous en présence d'une situation qui s'est produite plusieurs fois à Montréal, quand il s'est agi de choisir un emplacement pour une grande institution ? Il faut se rappeler comment les pressions exercées par des élites, des lobbies et des médias, ont conduit, dans le passé, les autorités publiques locales, à faire des choix douteux, voire contre-indiqués.
Par exemple, pensons au choix de l'emplacement de la maison de Radio-Canada. Un lobby s'est mobilisé pour convaincre les élus de choisir un emplacement sur le boulevard Dorchester est (René-Lévesque aujourd'hui) afin de lancer la revitalisation du quartier commercial de la rue Sainte-Catherine juste au nord. Les appuis à ce choix, à l'époque, n'avaient rien à envier à ceux qui se manifestent actuellement en faveur du projet de la cour de triage.
En conséquence de ces pressions, un quartier de 25 acres (dix hectares) de superficie a été exproprié et 700 familles ont été chassées de leur logis afin de permettre la construction d'un édifice qui n'a jamais occupé plus que neuf acres de terrain. Comme on le sait, le reste est maintenant consacré au stationnement.
Le maire de l'époque, Jean Drapeau, avait fait miroiter l'avènement de la Cité des ondes. Qu'est-il arrivé ? La rue commerciale, hélas, a continué à péricliter, la maison Radio-Canada a été isolée à l'extérieur de la zone d'influence du centre et il n'y a pas eu de Cité des ondes.
Autres bévues
Cet exemple n'est pas unique. Se souvient-on de la localisation inappropriée des Studios de l'Office national de film sur le boulevard Crémazie ? Situé en bordure des rampes d'accès de l'autoroute, l'immeuble était inaccessible directement de la voie de service. Perdue dans ce milieu bigarré, la fonction ne survécut pas à l'isolement.
Pourquoi a-t-on implanté le Casino sur l'île Notre-Dame alors qu'un casino est une occupation qui doit naturellement se situer au centre-ville, près des hôtels et des autres équipements touristiques ? Au centre-ville, un plus grand nombre de touristes fréquenterait le Casino qui augmenterait en conséquence ses recettes substantiellement. Peut-être aurait-on une plus grande marge pour réduire certaines pratiques de jeux qui séduisent les personnes compulsives ?
Dans le cas du Palais des congrès à Montréal, on avait à choisir entre huit emplacements. On a choisi le moins propice. A-t-on jamais vu un immeuble de cette envergure avec une entrée principale située sur une petite rue, à l'arrière de bâtiment. Et cela, non pas parce que les architectes ont manqué d'imagination, mais parce qu'il n'était pas possible de faire autrement à cause de la configuration du terrain qui se prêtait très mal à la fonction. L'agrandissement récent n'a pas corrigé vraiment le défaut.
Faut-il rappeler la douloureuse erreur de situer l'Expo 67 sur des îles artificielles. Bien sûr, le spectacle a été fort plaisant et bien réussi, cela n'est aucunement mis en doute. Cependant, l'entreprise a laissé un bilan déplorable. Une somme de plus de 100 millions, en dollars d'aujourd'hui, a été dépensée pour ne faire que le quart du remblayage. Le pont de la Concorde, structure onéreuse, est aujourd'hui inutile au transport urbain. On a vendu dépréciées les voitures de l'Expo Express à Toronto, après dix ans d'entreposage, et jeté au rebus toute l'infrastructure des voies. On a installé, dans les îles, des services publics irrécupérables comme le réseau d'égouts avec usine d'épuration, le réseau d'aqueduc avec usine de filtration, le réseau électrique enfoui et des postes de transformation, un mobilier urbain non recyclable, etc.
Il y avait pourtant au moins un autre emplacement, qui était adéquat celui-là, situé le long de la berge du Saint-Laurent à la Pointe Saint-Charles. Si on voulait un parc, était-il nécessaire de faire un tel gaspillage ? On nourrissait à l'époque des espoirs bien plus grands que ne pouvait en offrir la réalité. Il ne faut pas recommencer à Outremont.
L'emplacement de l'Université de Montréal
N'est-il pas ironique de songer que dans les années 30, on décidait justement d'implanter l'Université de Montréal sur le flanc nord de la montagne ? Cela a eu pour conséquence d'isoler l'université de son milieu naturel qui est le centre-ville, là où se concentrent les échanges d'idées, là où il y a une multitude de services et d'entreprises, là où il y a la foule et la diversité.
On a alors prétexté, entre autres, l'insuffisance d'espace pour justifier ce changement. N'est-ce pas le motif que l'on invoque de nouveau pour motiver l'extension des établissements universitaires dans la cour de la cour de triage ? Mais là ne s'arrête pas le paradoxe. Dans les années 70, on n'a pu faire mieux que de localiser l'UQAM sur les lieux laissés vacants par l'Université de Montréal. Pourtant l'UQAM s'en accommode très bien. À Montréal, toutes les autres universités sont au centre-ville !
Respecter la finalité et le possible
On doit choisir le site du nouveau CHUM en fonction de sa finalité première qui est le service aux patients, au nombre de 500 000 par année avec leurs 250 000 accompagnateurs. Puis, il faut s'assurer que le personnel qui y travaillera, puisse y accéder facilement, une cohorte de 10 000 personnes par jour.
Enfin il faut procurer au centre hospitalier un environnement animé et stimulant et pourvu des services adéquats d'hébergement et de restauration. La proximité de la faculté de médecine est souhaitable, mais ne peut être la finalité première. [...]
La gare de triage d'Outremont offre une plus grande quantité de terrain que ne le fait l'environnement de l'hôpital Saint-Luc, mais la qualité des terrains de la gare n'est pas adéquate pour les fins poursuivies. Le choix d'un emplacement au centre entraîne nécessairement un emploi plus parcimonieux du terrain. Le parti d'un ensemble pavillonnaire pour les installations du centre hospitalier n'est sans doute pas possible au centre. Mais il vaut mieux s'accommoder des contraintes de la hauteur des immeubles, afin de profiter d'un environnement plus accessible et plus riche en ressources de toutes sortes.
Il est d'ailleurs judicieux de rassembler nos institutions au centre afin de favoriser la cohésion et les échanges. En même temps qu'il profitera lui-même de la synergie de la concentration, le CHUM participera à la consolidation du patrimoine des établissements montréalais du centre-ville. [...]
Guy R. Legault
Directeur des services de l'urbanisme et de l'habitation à la Ville de Montréal de 1967 à 1987, fellow de l'Institut royal d'architecture du Canada et membre émérite de l'Ordre des urbanistes du Québec.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé