Réplique à André Pratte

La malhonnêté et le refus de comprendre...

Il y a des gens qui refusent de voir la réalité.

Tribune libre

André Pratte nous démontre encore une qu'il est souvent malhonnête ou qu'il fait exprès pour ne pas dire les choses comme elles le sont et les déformer.
Par exemple : "Certains s'élèvent contre la reconstitution d'un événement aussi tragique qu'une guerre. On peut trouver la chose de bon ou de mauvais goût mais il n'y a pas là matière à indignation. Les reconstitutions de grandes batailles sont choses communes. La bataille de Gettysburg (1861, 50 000 morts) est recréée chaque année, tout comme celle de Waterloo (1815, 63 000 morts)."
Il semble qu'il n'a pas compris que nous dénonçons plutôt le côté festif... Nous ne voulons pas fêter ce genre d'événements. Tant qu'à y être, pourquoi ne pas faire un party où nous fêterions et reconstiturions les attentats du 11 septembre 2001. Demandez aux États-Uniens s'ils en ont envie! Et pourquoi ne pas fêter aussi le 11 septembre du Chili. Pourquoi ne pas voir une poignée de main en Allende et Pinochet. Demandez aux Chiliens s'ils en ont envie! ON ne fait pas de fête avec ce genre d'événements.
Et il en rajoute : "En 2001, le premier ministre, Bernard Landry, a participé à une cérémonie à l'occasion du déménagement des restes de Montcalm dans un nouveau mausolée. À l'issue de cet événement haut en couleur, M. Landry déclarait: «Nous commémorons une guerre qui a brutalement changé le cours de notre destin collectif et celui de tout le continent américain.» Pierre Falardeau ne s'est pourtant pas emporté contre cette commémoration de «l'acte de fondation de notre malheur».
Ce rappel des faits montre bien que la présente controverse n'a pas lieu d'être. Il n'y a pas de raison de s'élever contre la commémoration des batailles des plaines d'Abraham et de Sainte-Foy, sinon à des fins politiques contemporaines. Il faut plutôt souhaiter qu'à la faveur des fouilles archéologiques, expositions, reconstitutions et colloques prévus, les Québécois auront l'occasion d'enrichir leur connaissance de l'histoire. Une histoire qu'inévitablement, chacun continuera à voir à travers son prisme politique."
Petit rappel à M. Pratte, personne n'a fait de party en 2001. Il y a une différence entre souligner et célébrer. Il y a aussi une différence entre connaître son histoire et la refaire pour abrutir les gens. Il semble que votre journal tombe plutôt dans la deuxième catégorie...

Featured 2fe37cd609b8c9e64deb9d5682ca1ece

Ludovick-Rémi Deroy8 articles

  • 4 665

Enseignant d’Éthique et Culture religieuse au secondaire. Possède un BACC en enseignement secondaire de l’Univers Social. Spécialisé dans l’histoire du Bloc Socialiste, de la décolonisation et de la libération nationale au Québec. Ex-coordonateur du RRQ Montréal.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé