Médecins de famille

La « main tendue » du ministre Dubé!

Aad1fff4f16edff2969ffbfd6e4cfbdb

Tribune libre

 


En déposant le projet de loi 11 visant à augmenter l’offre de services de première ligne, lequel fait abstraction, aux dires du ministre, de toute mesure de de « coercition » et de « punition » pour les médecins de famille ne prenant pas en charge suffisamment de patients, le ministre de la Santé, Christian Dubé, affirme continuer de miser sur la politique de la « main tendue » tout en ajoutant du même souffle qu’il désire avoir les médecins omnipraticiens « à l’œil ».

Ceci état dit, voyons maintenant quelles sont les grandes lignes de ce projet de loi. Grosso modo, M. Dubé demande à l’Assemblée nationale d’autoriser la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) à communiquer les « plages horaires de disponibilité » de tous les médecins omnipraticiens aux gestionnaires du réseau de la santé. En plus, le projet de loi stipule que le ministre aura la possibilité de « planifier » des « effectifs médicaux » en « déterminant, par exemple, « le pourcentage des plages horaires de disponibilité d’un médecin qui doivent être offertes du lundi au vendredi, avant 8 h et après 19 h, ainsi que le samedi et le dimanche ».

Somme toute, Christian Dubé aura en main les plages horaires de tous les omnipraticiens du Québec et pourra, de la sorte, avec la collaboration des gestionnaires du réseau de la santé, combler les espaces « libres » sur la grille horaire de tel ou tel médecin de famille, tout en ajoutant qu’il désire, de cette façon, établir un « canevas de négociation pour les prochaines semaines » avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).

À mon avis, l’approche « comptable » proposée par Christian Dubé entre en contradiction avec la politique de la « main tendue » dont il a fait allusion dans son point de presse. Je suis plutôt d’avis qu’il devrait ouvrir ses horizons et rechercher des solutions en amont, notamment du côté des infirmières cliniciennes spécialisées, en augmentant leurs champs de compétence au lieu de chercher des moyens d’ « avoir à l’œil » les omnipraticiens.

Autres changements au programme…

« Le gouvernement a d’ailleurs abaissé la barre dans le plan stratégique du ministère de la Santé et des Services sociaux, alors que l’on vise à donner accès à un médecin de famille à 85 % des Québécois d’ici 2023. Dans le même plan, on a retiré la promesse caquiste visant un délai maximal de 36 heures pour une consultation médicale. »

https://www.lapresse.ca/actualites/sante/2021-11-10/acces-aux-medecins-de-famille/quebec-deposera-un-projet-de-loi.php

Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1675 articles

  • 1 167 935

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé