La Jordanie dénonce des «violations» à Jérusalem

5211c91080f80562956f95a108de9368

Avec Trump au pouvoir, les Israéliens se croient tout permis


La Jordanie a annoncé dimanche avoir convoqué l’ambassadeur israélien à Amman pour lui transmettre « un message de fermeté » appelant l’État hébreu à cesser ses « violations » sur le site de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem.


Gardien des lieux saints musulmans dans la ville sainte, Amman a exprimé auprès de l’ambassadeur, Amir Weissbrod, sa « condamnation et son rejet des violations israéliennes » sur l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est, selon un communiqué du ministère jordanien des Affaires étrangères.


Le 11 août, des affrontements étaient survenus à proximité de la mosquée Al-Aqsa, située sur l’Esplanade, entre des fidèles et des policiers israéliens, au premier jour de l’Aïd al-Adha musulman et durant la fête religieuse juive Ticha Beav.


Amman a en outre indiqué à M. Weissbrod qu’il condamnait fermement les déclarations du ministre israélien de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, sur la situation à Al-Aqsa, d’après le ministère des Affaires étrangères.


M. Erdan a estimé mardi dernier qu’Israël devrait travailler à autoriser les juifs à prier sur l’esplanade des Mosquées, dans le cadre « d’accords politiques et non par la force », selon le quotidien israélien Haaretz.


Violences


Deux jours plus tôt, des dizaines de Palestiniens avaient été blessés dans les heurts avec les forces de l’ordre israéliennes, qui contrôlent l’accès de l’Esplanade et avaient autorisé les juifs à y entrer.


Les juifs sont autorisés à s’y rendre pendant des heures précises, mais pas à y prier afin d’éviter d’attiser les tensions.


Appelée « noble sanctuaire » par les musulmans, mont du Temple par les juifs, l’esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l’islam et le site le plus sacré pour les juifs.


Au coeur du conflit israélo-palestinien, le site se trouve à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé depuis 1967 par Israël, qui l’a ensuite annexé sans que cela soit reconnu par la communauté internationale.


Près de deux millions de Palestiniens vivent en Jordanie, seul pays arabe avec l’Égypte à avoir conclu un traité de paix avec Israël, en 1994.