La gauche se trompe lourdement sur la laïcité

9d7053c374eeea38683efaf70be0d00b

« Aujourd’hui, la gauche a succombé aux sirènes d’un islamisme prétendu victime en s’alliant à ce mouvement intégriste, identitaire misogyne et fasciste des salafistes et wahhabites. »

J’avais toujours pensé que les adeptes de la droite sont intransigeants, dogmatiques, qu’ils pensent toujours avoir raison, que l’on ne peut pas discuter avec eux. J’estimais la gauche plus flexible, plus humble, plus conciliante, moins agressive contre ses opposants. Mais, dernièrement, j’ai été surprise par l’ampleur de l’intransigeance de la gauche.


La gauche, à laquelle j’appartiens, n’arrête pas de lancer des insultes gratuites à ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. On nous accuse de racisme, d’intolérance et de xénophobie parce que nous sommes pour la laïcité et contre le port de signes religieux dans la fonction publique, ou parce que l’on critique les pratiques misogynes, intégristes, homophobes des religions.


Comment expliquer ce glissement historique d’une gauche qui a toujours été largement anticléricale face à l’Église vers une gauche très défensive quand il s’agit d’appliquer le cadre de la laïcité à l’islam ? La gauche qui a toujours défendu les femmes de l’emprise de la religion est en train de justifier maintenant les excès de l’islam politique misogyne.


Historiquement, ce n’est pas la première fois que la gauche se trouve dans l’erreur. Les intellectuels de la gauche bien-pensante ont refusé de condamner les atrocités commises par Staline parce qu’ils avaient peur de compromettre la Révolution russe du 17 octobre 1917. Les apologistes bien intentionnés de la gauche affirmaient que le véritable ennemi était le capitalisme, et non pas le criminel de Moscou. En réalité, le plus souvent, ils vénéraient Staline, faisant preuve d’une naïveté choquante ou, pire encore, d’une idéologie aveugle. Ce sont ces gens de gauche complaisants que Lénine avait qualifiés d’« idiots utiles ».


À la recherche d’un nouveau prolétariat, cette gauche voit dans les islamistes les damnés de la terre, désormais les victimes de la colonisation et du capitalisme, les victimes de la situation sociale dans laquelle se trouvent les immigrants, les ghettos urbains, le chômage et, selon elles, les victimes de « l’islamophobie », un qualificatif qu’on a concocté pour museler toute critique de la religion. C’est ce que Kamel Daoud, l’écrivain algérien, qualifie de « verdict d’inquisition ».


Aujourd’hui, la gauche a succombé aux sirènes d’un islamisme prétendu victime en s’alliant à ce mouvement intégriste, identitaire misogyne et fasciste des salafistes et wahhabites. C’est une contradiction flagrante avec les valeurs des Lumières, diamétralement opposées aux croyances obscurantistes !


La gauche passe sous silence le fait que les islamistes crient haut et fort, sur leurs propres sites Web et sur toutes les tribunes, qu’ils haïssent les juifs, les chrétiens et les homosexuels, qu’il ne faut pas socialiser avec les mécréants, qu’ils détestent notre démocratie, nos valeurs et notre liberté de conscience et, surtout, notre égalité entre hommes et femmes. Et ils ont l’audace de nous accuser de racisme et de xénophobie !


Pour la gauche, qui préconise le relativisme culturel, toutes les civilisations se valent. Or on banalise les dérives sectaires telles que la lapidation, la polygamie, l’excision, le mariage infantile, les crimes d’honneur, la vengeance et la misogynie. Tandis que les valeurs de l’Occident telles que l’abolition de la peine de mort sont supérieures au maintien de celle-ci, le pardon supérieur à la vengeance et l’amour supérieur à la haine. Cependant, aujourd’hui, ces valeurs sont inversées, comme le dit bien l’écrivain George Orwell dans son roman 1984, « le mal, c’est le bien, la vérité, c’est le mensonge, la guerre, c’est la paix, la liberté, c’est l’esclavage, l’ignorance, c’est la force ».


Comment peut-on défendre le voile islamique au nom de la liberté individuelle ? Selon l’écrivain algérien musulman Kamel Daoud, le voile est « un choix de soumission, une pression sociale et communautaire, une pression identitaire […]. Il n’y a pas d’émancipation dans la soumission. Ces tenues vestimentaires ne sont pas le choix d’une liberté, mais des choix dictés, orientés, marqués idéologiquement et à effet de propagande évident ».


L’écrivain Salman Rushdie, qui vit toujours sous la menace d’une fatwa, s’inquiète de la montée des forces obscurantistes. « Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l’islam », affirme-t-il.


L’auteur lance un cri d’alarme en direction de l’Occident. « Cessons, dit-il, de refuser de voir la réalité des origines du djihadisme. » Il dit « comprendre » la crainte de « stigmatisation de l’islam ». Mais, ajoute-t-il, « pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter ».


Le romancier pense que s’il publiait Les versets sataniquesaujourd’hui, il ne serait pas soutenu comme il l’a été à l’époque. « Aujourd’hui, on m’accuserait d’islamophobie et de racisme. On m’imputerait des attaques contre une minorité culturelle. »


> La suite sur Le Devoir.