Legault et Harper dans le bain de la démagogie...

La façade démagogique du C-51

La CAQ renoue avec l'ADQ

Tribune libre

Forts d’un appui de la population de 82 % au projet de loi C-51, les conservateurs de Stephen Harper n’hésitent plus un instant à mettre les bouchées doubles pour valider avec insistance leur politique du law and order, le ministre Blaney ayant même utilisé l’holocauste pour justifier ses propos sur les dangers qui guettent les Canadiens devant la montée de l’intégrisme et de la radicalisation.

La sécurité des Canadiens est devenue le fer de lance du gouvernement, quitte à écorcher au passage les droits individuels contenus dans la Charte des libertés, une stratégie qui, manifestement, place l’opposition entre l’arbre et l’écorce. À preuve, les tergiversations de Mm Mulcair et Trudeau sur leur position face à C-51.

À observer la stratégie des conservateurs, on a l’impression d’assister à la scénarisation d’un film policier dans lequel l’intrigue est déjà écrite, à savoir l’attentat du 22 octobre 2014 contre le parlement, drainant avec lui tous les éléments d’un suspense qui conduirait Stephen Harper au pouvoir lors du scrutin d’octobre 2015…Ne reste plus qu’à alimenter la façade démagogique du C-51 d’ici les élections !


La CAQ renoue avec l’ADQ


Se définissant clairement comme un parti fédéraliste, la CAQ de François Legault s’apprête pourtant à se positionner pour la défense du courant identitaire des Québécois en présentant bientôt une liste des mesures qu’elle proposera concernant l’accueil des néo-Québécois qui devraient s'engager très clairement à adhérer aux valeurs de la majorité québécoise, une idée qui rejoint les propositions de l'ADQ du temps de Mario Dumont.

La nouvelle politique de la CAQ serait contenue dans une « loi sur l'interculturalisme québécois ». Ses principes fondamentaux seraient « le respect des valeurs communes inscrites dans la Charte des droits et libertés de la personne », et « l'adhésion au fait que le français est la langue publique et officielle de la nation ».

Une position mitoyenne entre les paramètres de la souveraineté défendus par le PQ et l’adhésion au cadre fédéral du PLQ. En réalité, quelque chose de mi-chair mi-poisson qui tente de rallier une partie de l’électorat qui désire demeurer dans le Canada tout en protégeant ses racines québécoises. Quelque chose qui ressemble étrangement à l’autonomisme de l’ancien ADQ…et qui a donné les résultats que l’on connaît!

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 059

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    17 mars 2015

    Legault voterait contre l'indépendance du Québec.
    Legault brandit l'alléchante carte de l'identité québécoise,comme un collant à mouches recouvert de miel attirant les mous qui veulent conserver leur identité sans avoir le courage de mettre l'épaule à la roue pour aider le Québec à devenir un pays,enfin maître de son destin.
    Legault met donc le paquet pour diviser le vote,encore une fois.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 mars 2015

    Monsieur Marineau,
    Je vous remercie pour votre article.
    Vous touchez un point très sensible en parlant de la carte de l’holocauste utilisée par Steven Blaney pour justifier la loi C-51. Vous avez raison de le mentionner. En effet, ceci fait partie de la propagande nauséabonde des sayanim qui gouvernent aujourd'hui le Canada, dont le plus ardent est certainement Stephen Harper.
    Cet argument fallacieux est aussi utilisé régulièrement au sein de l'Union Européenne. En France, par exemple, c'est un Premier ministre sayan qui est le grand apôtre d'une surveillance étatique sans restriction à l'encontre des libertés fondamentales. En effet, pour l'avancement de sa carrière politique, Manuel Valls n'est qu'une petite marionnette ramollie et malléable au service d'une idéologie raciste et barbare, le sionisme. Ceci est facilement vérifiable et bien documenté :
    https://www.youtube.com/watch?v=Ki38KqEHSck
    À ce propos, quel est le vrai visage de Philippe Couillard ? Depuis le déloyal et perfide Lucien Bouchard, en passant par les Libéraux de Charest, Couillard poursuit irrémédiablement la canadianisation du Québec et la privatisation de nos richesses et de nos services.
    Espérons qu'un Québec indépendant ne soumettra pas sa population à un contrôle répressif de la liberté d'expression, visant ainsi la criminalisation de l'opinion dissidente.

  • Peter Benoit Répondre

    16 mars 2015

    LA CAQ a une position provinciale sur l'identité qui ne résistera pas à la Cour Suprême. Un groupe religieux n'aura qu'à contester la Charte québécoise qui se fera ratatiner et découdre par l'instance fédérale.
    L'identité est sujet à dérapage, surtout en campagne électorale, et pourrait occulter le bilan économique désastreux que le PLQ s'apprête à livrer.
    Il serait judicieux d'affirmer une position nette et claire appuyée par des principes tout aussi clairs. Le PQ a 3 ans pour faire ce travail.