L'ophtalmologie au CHUM: une autre version des faits

CHUM



Des centaines d'heures de travail ont été consacrées par de nombreux ophtalmologistes et les membres de l'équipe professionnelle de Sedna pour construire un projet sérieux et rassembleur
Le Devoir a publié samedi dernier à la une et en éditorial mercredi des articles aux titres non équivoques qui laissent croire que le CHUM serait sur le point de se délester de ses activités de soins, de recherche et d'enseignement en ophtalmologie en faveur de Groupe Santé Sedna, une entreprise privée.
L'avenir du CHUM est un enjeu important dans lequel un peu d'objectivité serait plus utile que de chercher simplement à démoniser le secteur privé en santé. Voici une autre version de l'histoire que nous connaissons et dont nous sommes des acteurs.
Il est connu publiquement depuis de nombreux mois que le CHUM de 700 lits, sur lequel le gouvernement s'est déjà prononcé, devra se délester d'un pourcentage important de ses activités dans certaines spécialités pour les dispenser ailleurs dans le réseau. L'une des disciplines les plus touchées est l'ophtalmologie qui doit connaître une diminution d'environ 40 %. C'est dans ce contexte que, déjà en novembre 2007, la direction du CHUM indiquait publiquement que plusieurs cliniques médicales associées étaient envisagées.
Portrait de situation
Il y a donc plus d'un an déjà, les 26 ophtalmologistes du CHUM, sous le leadership de leur chef de service, se sont mobilisés pour voir comment ils pourraient, dans le cadre des orientations gouvernementales et celles du CHUM, contribuer à son succès, tout en essayant de garder intacte leur équipe plutôt que de la morceler.
La situation de l'ophtalmologie au CHUM, à l'heure actuelle, est la suivante: le service d'ophtalmologie du CHUM regroupe 26 membres actifs. Il offre des services primaires, secondaires et tertiaires. Son volume d'activités tertiaires représente près de 40 % de toutes les activités tertiaires en ophtalmologie sur l'île de Montréal. De plus il assure 50 % de l'enseignement en ophtalmologie aux étudiants en médecine et aux résidents en ophtalmologie de l'Université de Montréal.
Clinique médicale
C'est donc ainsi que l'idée d'une clinique médicale spécialisée universitaire associée au CHUM est née.
Dès le départ, les médecins ont établi leurs conditions sine qua non: un centre universitaire de classe mondiale regroupant toute l'équipe et qui améliore la qualité autant que l'accessibilité des services à la population; un centre pleinement intégré fonctionnellement au CHUM à tous égards (CMDP, contrôle de la qualité, etc.), un centre situé très près du nouveau CHUM, un cadre légal qui respecte intégralement toutes les lois, notamment la nouvelle loi 33 qui établit les paramètres de telles cliniques médicales spécialisées associées. Enfin, l'engagement des médecins à maintenir leur participation au régime public était unanime. Les principes de gratuité et d'universalité des soins y seraient appliqués comme ils le sont au CHUM actuellement.
Projet rassembleur
Il est important de rappeler que cette loi 33 prévoit, dans le menu détail, comment des médecins spécialistes d'un centre hospitalier public peuvent se regrouper, faire un partenariat avec une entreprise privée à titre de partenaire minoritaire et soumettre leur projet au ministre de la Santé et des Services sociaux.
L'équipe de médecins a décidé après plusieurs rencontres de travailler avec Groupe Santé Sedna en vue de développer ce projet. Sedna a été retenu en raison de son professionnalisme reconnu et de son positionnement comme partenaire depuis plusieurs décennies du réseau public de la santé avec ses filiales Groupe Champlain en soins de longue durée et l'Hôpital de réadaptation Villa Medica.
Ainsi, depuis plus d'une année, des centaines d'heures de travail ont été consacrées par de nombreux ophtalmologistes et les membres de l'équipe professionnelle de Sedna pour construire un projet sérieux, rassembleur de tous les médecins du service d'ophtalmologie du CHUM et conforme en tous points aux exigences de la loi.
Fonctionner différemment
Jusqu'à maintenant, les médecins et leur partenaire minoritaire Groupe Santé Sedna n'ont reçu que des encouragements et des félicitations pour cette initiative, que ce soit de la direction du CHUM, de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, des responsables régionaux et des fonctionnaires du MSSS. Pourquoi? Parce qu'il améliorerait la qualité, l'efficacité et l'accessibilité des services à la population tout en gardant intacte l'équipe médicale du service. Cela est très important pour jouer son rôle non seulement sur le plan des soins, mais aussi sur le plan de l'enseignement, de la recherche et de la rétention de ses effectifs.
Ce projet n'est qu'une façon un peu différente de concevoir le fonctionnement d'un CHU. Au lieu de concentrer toutes les disciplines sur un même site physique, engorgé et très complexe à gérer, l'une de celles qui peuvent facilement opérer sur un site séparé est l'ophtalmologie. Il y a d'autres précédents dans le monde, et même au Canada, avec le Kensington Eye Institute de Toronto. C'est une discipline à fort volume qui ne profite pas beaucoup d'une cohabitation avec les autres sur un même site en raison de sa faible interdépendance. Il est facile de prévoir des mécanismes de coordination pour les cas plus complexes. Enfin, à l'heure des communications en temps réel partout dans le monde, le fait d'être situé au douzième étage ou au coin de la rue n'est vraiment plus un enjeu.
À bas le défaitisme
Que reste-t-il à dire? Que des médecins spécialistes engagés dans le maintien et le développement de leur spécialité à l'intérieur du CHUM ont tort de vouloir concrétiser une formule novatrice prévue à la loi et qui les amène à prendre des risques financiers et personnels pour améliorer la qualité et l'accessibilité des services? Que ces médecins ont tort de faire confiance à un partenaire privé minoritaire connu et respecté depuis 40 ans au Québec? Qu'il vaut mieux se résigner et se ranger du côté des cyniques?
Nous espérons sincèrement que le défaitisme ambiant et les frustrations légitimes de plusieurs ne tueront pas un projet voulu d'abord et avant tout par une équipe médicale exemplaire et solidaire qui désire apporter sa contribution pour assurer le succès du CHUM de l'avenir dans son domaine d'expertise, et ce, dans l'intérêt public. Nous souhaitons au contraire que notre initiative soit acceptée lorsque la poussière sera retombée et qu'elle encourage d'autres médecins volontaires à s'impliquer encore plus directement dans le succès de ce CHUM de l'avenir que nous souhaitons tous.
***
Michel Clair, Président du Groupe Santé Sedna
Salim Lahoud, Médecin et chef du service d'ophtalmologie du CHUM

Squared

Salim Lahoud1 article

  • 530

Médecin et chef du service d'ophtalmologie du CHUM





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé

-->