L’Italie a un gouvernement, et Emmanuel Macron a perdu une occasion de se taire…

72b1871cfc6544e0a51e7f4f4b3aa8e7

Macron a l'air d'un fou

Il est des gestes, et des actes, que l’on aimerait ne pas avoir faits et ne pas avoir commis. Le Président Emmanuel Macron vient d’en faire l’expérience au sujet de la crise que l’Italie a traversée.


Un Président qui confond un acte arbitraire avec la défense de la Démocratie


Emmanuel Macron, s'était ainsi réjoui du véto mis par le Président italien, M. Mattarella, sur le nom d'un eurosceptique notoire, M. Paolo Savona qui devait figurer dans le gouvernement proposé par M. Giuseppe Conte. Cela apparaissait comme un coup d'arrêt donné aux deux partis, le M5S et la Lega, qui étaient sortis gagnants de l'élection du 4 mars 2018. Il avait, alors, salué le « courage » et le « sens des responsabilités » de Mattarella (1). Bref, il prenait la pose, et il affectait de considérer ce que de nombreux journalistes appelaient un « coup d'Etat légale » comme une défense de la démocratie. Il n'était pas seul à entonner ce douteux cantique. Tout le beau monde des européistes béats, ceux que l'on surnomme en Italie les « euroïnomanes », se félicitait bruyamment du geste de Mattarella.



Rome


«Coup d’État», ingérence politique et financière, la démocratie italienne en crise


Las, le jeudi 31 mai en début de soirée, Le Président Italien changeait d'avis. L'homme désigné par Mattarella pour former un autre gouvernement, M. Carlo Cottarelli, renonçait. La Président Italien, M. Mattarella, n'avait plus, dès lors, d'autre choix que d'accepter à nouveau Giuseppe Conte, qui proposait un gouvernement, où figurait, à nouveau, Paolo Savona….



Il a donc l'air malin, Emmanuel Macron, et il doit se mordre les doigts de ses déclarations intempestives. Ne lui a-t-on jamais appris qu'il est des situations où il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler? Oh, si cela peut le consoler, il ne sera pas le seul. On a, parmi ceux qui se sont révélés odieux dans leur attitude ouvertement anti-démocratique Le commissaire européen au Budget, Günther Oettinger qui a avait déclaré «Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter» dans une interview à la radio publique allemande Deutsche Welle (2). On a aussi eu Markus Ferber, député au Bundestag de la CSU, le parti allié à Mme Merkel, qui déclarait quant à lui que la « Troïka » (de sinistre mémoire en Grèce) devrait sans doute envahir l'Italie et prendre le contrôle du Trésor italien (3). Bref, entre les apôtres d'une tyrannie des marchés et les nostalgiques de l'opération Alaric (la prise de contrôle par les armées du IIIème Reich de l'Italie en septembre 1943), Emmanuel Macron est en bonne compagnie.


Le ridicule ne tue pas, dit-on. Et c'est heureux pour Emmanuel Macron.


La signification politique du retournement de jeudi soir



Le drapeau italien


A quand la sortie de la crise gouvernementale en Italie?


Il faut cependant revenir à ce que signifie politiquement le retournement de situation que l'on a connu jeudi soir. Il était évident, et ce dès le départ, que Carlo Cottarelli, ancien haut responsable du FMI et l'homme désigné par Mattarella pour succéder à Conte, n'avait aucune chance d'être investi par le Parlement. Dans ces conditions, un retour devant les urnes était certain. Sauf que de nouvelles élections auraient données encore plus de sièges au M5S et à la Lega, peut-être même les deux-tiers. Certains, à Bruxelles comme à Rome ont donc du faire leurs comptes. Mattarella a dû se rendre à l'évidence, admettre que ce qu'il prenait pour une brillante action n'était qu'un pas de clerc, et accepter le gouvernement Conte. En un sens, le Président, comme jadis Mac Mahon, s'est soumis.



On dira, et ce n'est pas faux, que ce n'est pas exactement le même gouvernement. On dira, aussi, que Conte a transigé. Si Paolo Savona figure bien en son sein, c'est cette fois en temps que Ministre des Affaires Européennes, et non plus comme Ministre des finances. Ce dernier poste est dévolu à Giovanni Tria, un homme connu pour ses positions économiques plutôt orthodoxes. Mais, il faut noter qu'il a soutenu l'idée d'un fort déficit budgétaire, dans son idée directement financé par la BCE, pour relancer l'économie italienne, et qu'il est, dans le contexte actuel, opposé à plus d'austérité. Ce sont des positions qui vont directement à l'encontre des recommandations de Bruxelles et Francfort. Dans un autre sens, la nomination de Enzo Moavero Milanesi, un ancien responsable de l'UE et un ancien Ministre de Mario Monti comme Ministre des affaires étrangères, est de nature à rassurer certains à Bruxelles comme à Francfort. Mais, telle est peut-être justement le but de cette nomination.


Car, dans le même temps que se déroulaient ces péripéties au Quirinal, on apprenait que deux institutions financières parapubliques italiennes s'étaient mises à racheter systématiquement des bons du Trésor italien. C'est, peut-être, une réponse devant les spéculations sur les marchés financiers, mais peut-être aussi le début de la construction d'instruments pour parer au choc financier d'une sortie de l'Euro, voire mettre en place une monnaie parallèle à l'Euro.


Les ambiguïtés italiennes



Giuseppe Conte


La composition du nouveau gouvernement italien annoncée


Il est donc clair que la défaite du Président Mattarella reste entourée d'un certain nombre d'ambiguïtés quant à la volonté de Conte, mais surtout celle des deux dirigeants du M5S et de la Lega, de Luca du Maio et Matteo Salvini, d'engager un bras de fer décisif avec Bruxelles et Francfort. Car, et il n'en faut pas douter, nous allons connaître une longue période de tensions entre Rome et Bruxelles, mais aussi entre Rome et Francfort. Cependant, sauf à avoir dans ses tiroirs un plan d'ores et déjà prêt pour une sortie de l'Euro, cette ambiguïté est nécessaire. Surtout si, dans les semaines qui viennent, se précise la possibilité d'utiliser les bons du Trésor comme un instrument de paiement, ceci débouchant sur l'établissement d'une monnaie parallèle en Italie avec l'Euro. C'est une route sur laquelle les difficultés seront nombreuses, il n'en faut pas douter (4).



Il convient donc de prendre ce gouvernement comme il est. Il sera jugé sur ses actes.


Mais, sa formation représente, déjà, une première victoire de la démocratie sur les pratiques anti-démocratiques du Président Mattarella. Ces pratiques ont été dénoncées en France, mais aussi dans la presse internationale (5). Elles font ressortir d'autant plus le ridicule du soutien emphatique d'Emmanuel Macron au Président italien.




(1) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/28/97001-20180528FILWWW00171-macron-salue-le-courage-du-president-mattarella.php


(2) https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/05/29/la-gaffe-du-commissaire-allemand-gunther-oettinger-qui-enflamme-l-italie_5306622_3214.html


(3) http://www.dailymail.co.uk/news/article-5790389/German-MEP-says-Brussels-control-Italys-finances.html


(4) Sur la question des monnaies parallèles voir ma contribution à l'ouvrage collectif de Beker V. et Moro B., Sapir J., « Parallel currencies, Varoufakis' plan B and the ongoing debate on euro » in Beker V. et Moro Beniamino, The European Crisis, WEA Book n°7, College Publications, Londres, 2016.


(5) https://www.telegraph.co.uk/business/2018/05/28/europes-soft-coup-detat-italy-watershed-moment/


Featured d0657c9f54a10d6fbbd495301c34a493

Jacques Sapir130 articles

  • 47 176

Jacques Sapir est un économiste français, il enseigne à l'EHESS-Paris et au Collège d'économie de Moscou (MSE-MGU). Spécialiste des problèmes de la transition en Russie, il est aussi un expert reconnu des problèmes financiers et commerciaux internationaux.

Il est l'auteur de nombreux livres dont le plus récent est La Démondialisation (Paris, Le Seuil, 2011).

_ Zone Euro : une crise sans fin ?
_ Zone Euro : le bateau coule…
_ Marine le Pen, arbitre de la vie politique française
_ L’Euro, un fantôme dans la campagne présidentielle française
_ Euro : la fin de la récréation
_ Zone Euro : un optimisme en trompe l’œil?
_ La restructuration de la dette grecque et ses conséquences
_ À quel jeu joue l’Allemagne ?
_ La Russie face à la crise de l’euro
_ Le temps n’attend pas