L'énigme Khadir (prise 2)

À preuve que l'énigme Khadir est loin d'être résolue!

Tribune libre


D’entrée de jeu, je vous cite un extrait d’un article du journal français Libération en date du 3 juillet 2008 :

« Peut-on être de gauche en Amérique du Nord, à la fois immigrant et souverainiste québécois, de tradition musulmane et militant de la cause féministe? Médecin d'origine iranienne, activiste de longue date, Amir Khadir est tout cela à la fois. S'il n'est pas l'unique politicien québécois issu de l'immigration dans la province, il est sans doute le seul à réunir toutes ces caractéristiques…. » (1)

Rien pour résoudre l’énigme Khadir, vous allez me dire…non, mais peut-être des éléments qui peuvent expliquer [les paradoxes dans lesquels semble baigner parfois le député de QS->www.vigile.net/l-enigme-khadir]. Entre autres, l’appui d’un chef de parti souverainiste au NPD lors des dernières élections fédérales, invoquant le vote « utile » pour justifier ses calculs politiques au détriment de ses convictions.
On pourrait citer aussi sa démarche en dents de scie dans le dossier de l’amphithéâtre de Québec, s’objectant d’abord au dépôt du projet de loi 204 pour ensuite l’accepter, alléguant qu’une commission parlementaire permettrait à tous les intervenants de s’exprimer sur le sujet, y compris lui, et qu’une fois les audiences terminées sans qu’aucune anomalie sur l’entente entre la Ville de Québec et Quebecor ne soit ressortie, il persiste à dire qu’il votera contre l’entente, et cela, avant même que la Cour supérieure ne donne son verdict concernant la contestation de Denis de Belleval.
Et, pour ajouter un peu de piquant à l’énigme qui entoure le personnage, je crois opportun de vous rapporter certains faits historiques qui se dégagent du même article cité plus haut :
« En 1995, le Parti québécois (PQ) digère très mal l'échec du référendum d'indépendance. Son rêve lui échappe à 1 % des voix près. Il vire alors à droite, adoptant une stratégie néolibérale. Les déçus, parmi lesquels Amir Khadir, fondent alors le Rassemblement pour une alternative politique (RAP), avec le but de créer une force à la gauche du PQ. En 2002, l'initiative débouche sur la formation de l'Union des forces progressistes (UFP), un parti qui rassemble tous les groupuscules de gauche, y compris le Parti communiste. » (1)

Considérant d’une part, que QS est né de la fusion de l’UFP et d’Option citoyenne, et que d’autre part, l’une des raisons d’être de sa formation était de « créer une force à la gauche du PQ », je ne crois pas qu’il soit dans les intentions d’Amir Khadir de conclure quelque alliance avec le PQ alors que plusieurs intervenants persistent à croire à cette possible coalition.
Enfin, une chose est certaine, on ne peut l’accuser d’utiliser la langue de bois, souvent reprochée aux politiciens comme porteuse d’un discours creux. Pourtant, aux qualificatifs élusif et de nébuleux attribués aux utilisateurs de la langue de bois, sont souvent substitués ceux de despotes et de manipulateurs aux politiciens ayant leur franc parler. Porteur d’un discours ouvert, empreint d’une dialectique implacable, et sans détour, recourant même souvent à l’insulte envers ses adversaires, Amir Khadir subit néanmoins souvent les doléances de plusieurs de ses auditeurs tout en en ralliant un bon nombre. À preuve que l’énigme Khadir est loin d’être résolue!
(1) http://www.quebecsolidaire.net/actualite-nationale/portrait-damir-dans-liberation
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2037 articles

  • 1 425 139

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Yves Claudé Répondre

    6 juin 2011

    Monsieur Montmarquette a l’extrême délicatesse de contribuer à mon argumentation en sélectionnant un extrait d’entrevue dans lequel Monsieur Khadir parle effectivement des “deux côtés de la bouche”… : « Je souhaite pour le Québec un Bloc Québécois fort et un premier ministre du nom de Jack Layton. »
    Cependant, il est vrai que les militants de QS ont toujours raison, puisqu’ils sont les fameux détenteurs officiels de la “ligne juste”, ce qui autorise Monsieur Montmarquette (cf son avant-dernier message) à affirmer que « Amir n’a pas appuyé le NPD durant les élections dans un savant calcul politique ». En conséquence, il importe de se questionner à propos de l’article auquel je faisais référence : Le journaliste Jean-Luc Doumont, du Point du Lac-St-Jean, participe-t-il à une sombre opération de désinformation des “masses laborieuses” lorsqu’il écrit : «Le député Amir Khadir a demandé que le comté Jonquière-Alma appuie massivement la candidature de Claude Patry du NPD » ? Aurait-il aussi déformé les propos de Monsieur Khadir qu’il cite ainsi : « Nous appelons les jeunes à participer massivement à l’élection et voter pour Claude Patry, qui est le candidat idéal pour ce comté » ?
    On remarque ici que les adeptes de QS, loin de nier la réalité et de se réfugier dans un dogmatisme qui les rendrait inaptes à comprendre les enjeux du monde actuel, s’abstenant de plus de vouer un culte quasi-religieux à leur chef, ces adeptes se démarquent donc amplement de la culture politique qu’une certaine dictature impose en Corée du Nord ! Voilà qui est très rassurant … :)
    Yves Claudé

  • Christian Montmarquette Répondre

    6 juin 2011

    Voici ce que dit l'exact verbatim d'Amir dans votre article M.Claudé:
    «Je souhaite pour le Québec un Bloc Québécois fort et un premier ministre du nom de Jack Layton.» - Amir Khadir
    Je ne vois pas en quo cela constitue une si grande faute ?
    - Préférez-vous «Her Harper» comme premier ministre vous ??
    Dire :
    «Je souhaite pour le Québec un Bloc Québécois fort».
    ...ne me semble pas une bien grande traitrise dans les circonstances.
    À moins bien sûr, d'être du même genre d'intégrisme autoritaire qui règne au actuellement PQ, et qui vient de coûter la peau des fesses à Pauline Marois.
    - CM
    .

  • Yves Claudé Répondre

    6 juin 2011

    Christian Montmarquette n’aura sans doute pas remarqué que Monsieur Khadir parle des deux côtés de la bouche comme on peut le voir entre autres ici :
    http://www.vigile.net/Amir-Khadir-appuie-le-NPD
    L’éthique de QS et celle de son chef sont loin d’être exemplaires : les contradictions idéologiques et une tendance croissante à l’opportunisme agrémentée d’un aveuglement doctrinaire en constituent des facteurs explicatifs.
    Yves Claudé

  • Christian Montmarquette Répondre

    6 juin 2011

    «L'appui d’un chef de parti souverainiste au NPD lors des dernières élections fédérales, invoquant le vote «utile» pour justifier ses calculs politiques au détriment de ses convictions.»
    Je crois que vous avez mal suivi l'histoire Monsieur Marineau.
    Amir n'a pas appuyé le NPD durant les élections dans un savant calcul politique.
    Amir a plutôt «révélé son vote» APRÈS LES ÉLECTIONS, ce qui est une toute autre histoire, et n'a donc, et en ce sens, contribué «EN RIEN» à la vague orange.
    La consigne de vote à Québec Solidaire étant un vote «anti-conservateur». Et qui plus est, une consigne clairement lancée en conclusion de notre dernier Congrès.
    _____________________
    Christian Montmarquette
    Québec Solidaire
    Montréal
    .

  • Yves Claudé Répondre

    6 juin 2011

    Dans la politique-spectacle qui s’est implantée comme substitut ludique à une démocratie restreinte, Monsieur Amir Kadhir est installé dans un personnage mythique de “fou du roi”, comme Dany Turcotte dans le spectacle politique « Tout le Monde en Parle ». Cette fonction n’en fait pas un représentant de la population, ni actuel ni futur, à moins que la gestion citoyenne du bien commun et du vivre ensemble, et d’autre part la “télé-réalité”, soient devenues une seule et même chose !
    Yves Claudé – sociologue
    ycsocio[arobas]yahoo.ca