L'argent facile sous la charria

L'Arabie Saoudite au temps de Philippe Couillard

Tribune libre

(1921 - 2005 ) Roi Fahd source: internet Dr Philippe Couillard 1992-1996 en Arabie saoudite
16 novembre 2014
objet: 1992 - 1996: L'Arabie saoudite est un pays effervescent du Moyen Orient en politique, en islamisme et en pétrole.
sous-titre: L'Arabie saoudite rattrape Philippe Couillard à titre de PM du Québec
- plan politique: l'Arabie saoudite est une monarchie totalitaire; le Canada aussi,
- plan religieux: l'Arabie saoudite pratique un islam intégriste; le Canada aussi pratique l'intégrisme à plusd'untitre: l'intégrismedelaChartedeTrudeauetl'intégrismedu"politiquementcorrecte".
- plan du pétrole: l'Arabie saoudite est envahie par le pétrole; le Québec aussi avec le transport du pétrole par camions, par trains, par bateau et par pipeline.
-------------------------------------
On a tout à gagner de connaître la réalité de l'Arabie saoudite du temps du séjour de Philippe Couillard. Cet homme en a tiré sûrement une riche expérience. Pourquoi aujourd'hui affiche-t-il une pudeur suspecte sur cette portion de son CV ? Pourquoi ce silence alors que cela est connu et surtout depuis qu'il est le PM du Québec, il est normal que les Québécois incluent aussi cette partie de sa vie dans leur questionnement. J'ai toujours eu un grand intérêt à écouter les récits de voyage de mes amis et à raconter mes propres voyages. Pourquoi cette retenue chez M. Couillard

Le dicton "Les voyages forment la jeunesse" est très vrai et ce voyage de longue durée en Arabie saoudite a certainement laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire de Philippe Couillard alors qu'il est âgé de 35 ans en 1992; il est né le 26 juin 1957 à Montréal. Ses souvenirs, quoique refoulés, sont toujours là.

Philippe Couillard a-t-il quelques choses à cacher ? Comme on disait autrefois, "Janette veut savoir" et les Québécois aussi car leur questionnement porte sur plusieurs plans tel qu'énuméré en introduction.

PLAN POLITIQUE

Imaginez: entre 1992 et 1996, il s'est passé beaucoup de choses en Arabie saoudite. Le neurochirurgien travaillait comme médecin et baignait dans un contexte politique chargé. Aujourd'hui, le médecin Couillard fait de la politique dans un contexte médical aussi chargé. L'histoire se répète. On dit que dans nos vies personnelles, rien n'arrive sana raison. L'histoire autant avec un grand H que la petite histoire personnelle nous rattrape.

En quoi l'Arabie saoudite peut inspirer notre actuel PM du Québec ?
Pas plus tard que le 25 octobre dernier, en mission à Shangai, Philippe Couillard déclare, je cite: "On a à apprendre d'eux (les Chinois) le sens de l'histoire." Parions qu'il ne savait pas quoi dire parce que plusieurs québécois n'ont pas besoin des chinois pour apprendre le sens de l'histoire.

Donc, nous revenons sur le questionnement de milliers de Québécois quant aux raisons qui ont poussé Philippe Couillard à s'exiler en Arabie saoudite de 1992 à 1996 à titre de neurochirurgien dans la fleur de l'âge et au sommet de son art de la chirurgie. Si le ministre de la Santé de l'Arabie saoudite tenait à sa contribution pour le conseiller, Philippe Couillard possédait certainement une réputation enviable.

Mais, il y a plus. Que se passait-il en Arabie saoudite en 1992-1996 sur le plan politico-économico- religieux ? Voici un extrait du site internet "Les clés du Moyen-Orient", sous-titre: Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient.

« Le roi Fahd succède à Khaled de 1982 à 2005. Il se heurte dès son arrivée au pouvoir à des difficultés économiques, liées au contrechoc pétrolier, c’est-à-dire à la baisse des cours du pétrole des années 80, et renforcées par les conséquences de la guerre du Golfe de 1991 que l’Arabie saoudite aurait financée à hauteur de 50 milliards de dollars. Sur le plan de la politique intérieure, le roi Fahd tente une ouverture politique, par la publication le 1er mars 1992 d’un texte de trois Statuts, dont un Statut fondamental (ndlr: l'équivalent au Québec serait la Charte de la laïcité )qui rappelle que le régime politique est une monarchie gouvernée par les successeurs d’Ibn Saoud. Un Conseil consultatif de 60 membres nommés pour quatre ans par le roi est également créé cette même année. Ce nombre est porté à 90 à l’été 1997. En 1995, le roi Fahd transmet une partie de ses prérogatives à son demi-frère Abdallah, en raison de problèmes de santé. (ndlr: le Dr Couillard est-il impliqué ?) Malgré cette ouverture politique et les tentatives de résoudre la crise économique par l’augmentation de la production pétrolière, la contestation monte dans la société saoudienne, qui réclame plus de réformes. A la mort du roi Fahd en août 2005,Abdallah prend le pouvoir après 10 ans de régence.» source: http://www.lesclesdumoyenorient.com/Arabie-Saoudite.html#imbrication

Donc, durant le séjour de Philippe Couillard de 1992 à 1996 en Arabie saoudite, ce n'est pas le Club Med dans le pays, et pas plus que le Dr Couillard travaille pour "Médecins sans frontières". Il est difficile de croire Philippe Couillard que durant ces quatre années, il ne s'intéressait pas à la politique locale dans cette région tourmentée du monde. À cause de sa spécialité et de sa proximité du Gouvernement saoudien, à cause des problèmes de santé du roi Fahd, il a peut-être soigné personnellement ce dernier ou prodigué ses conseils. Pour tout son travail, sa rémunération devait être en équivalent, pas selon nos critères québécois, mais selon les moyens du Royaume de l'Arabie saoudite.

PLAN RELIGIEUX

Comme autre sujet sensible de l'Arabie saoudite, il y a l'influence puissante du religieux sur le politique qui s'appelle le "wahhabisme" qui est une interprétation rigoriste de l'islam. Philippe Couillard a baigné dans cette atmosphère. Il est invraisemblable qu'il ait tout trouvé cela normal, le laissant indifférent.

L'Arabie saoudite pratiquait à cette époque l'amputation, l'excision, la décapitation, la lapidation et sanctionnait l'apostasie. Voici un autre extrait de l'article mentionné ci-haut:

« L’Arabie Saoudite s’est constituée de l’alliance de la dynastie Saoud avec le prédicateur Mohammad Ibn Adb al-Wahhab. Si le wahhabisme, interprétation rigoriste de l’Islam, est associé dès le premier royaume au pouvoir politique, la conquête du Hedjaz et des villes de La Mecque et de Médine en 1924 confère aux Saoud le titre de gardiens des Lieux saints. Le pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’Islam, contribue également à la notoriété de l’État saoudien et à sa légitimité religieuse.A la suite de la conquête du Hedjaz,les guerriers d’Ibn Saoud convertis au wahhabisme, appelés Ikhwans, empêchent les pèlerins des pays arabes d’effectuer le pèlerinage, les considérant comme hérétiques. Mais le roi Ibn Saoud, ramenant l’ordre, permet à tous les musulmans de faire le hadj à La Mecque.»

PLAN PÉTROLIER

Un autre aspect de la vie en Arabie saoudite découle de l'omni présence de l'exploitation du pétrole dont regorge le sous-sol de l'Arabie saoudite qui est encore le premier pays producteur de pétrole conventionnel. D'ailleurs, une des fonctions clé de Philippe Couillard en Arabie saoudite consiste à prodiguer ses conseils pour la construction d'un centre de neurochirurgie dans la ville de Dhahran qui est aussi le siège mondial de la société ARAMCO. Cette société, fondée en 1933 par une entente avec Standard Oil of California, est nationalisée en 1980 et porte aujourd'hui le nom de Saudi Aramco.
Avec cette proximité géographique entre la société d'État Saudi Aramco et le projet médical sur lequel travaillait Philippe Couillard, on peut imaginer que les émoluments du Dr Couillard ont atteint des sommets jamais égalés dans sa vie professionnelle. C'est comme être invité à Sagard pour une partie d'huîtres. Pour ceux qui se souviennent, à Sagard, on boit autre chose que du Baby Duck.

L'extrait suivant nous met en présence d'un cocktail explosif sinon instructif de la puissance du pétrole et de certaines de ses ramifications. Il s'agit d'une alliance entre l'Arabie saoudite, la Standard Oil of California et l'entente USA - Arabie saoudite de février 1945 appelée Pacte du Quincy valide pour 60 ans. En 2005, Georges W. Bush renouvelle ce Pacte.

« A la suite des prospections réalisées par la compagnie américaine California Arab Standard Oil Company (CASOC), du pétrole est découvert dans le Hassa, dans la région de Dhamman en mai 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la CASOC prend le nom de ARAMCO (janvier 1944) et les prospections se poursuivent. De cette époque datent les liens entretenus entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, comme l’atteste la rencontre organisée en février 1945 entre le président américain Roosevelt et le roi Ibn Saoud à bord du croiseur américain Quincy où, parmi les questions à l’ordre du jour est celle du pétrole : en échange du monopole d’exploitation des gisements d’Arabie saoudite par les Etats-Unis, ceux-ci s’engagent à protéger militairement l’Arabie Saoudite. Cet accord est conclu pour 60 ans. »

RÉSUMONS

Que ce soit sur le plan politique et la proximité du travail du Dr Couillard avec la famille royale, que ce soit sur le plan religieux et son emprise sur la vie quotidienne des Saoudiens, que ce soit sur la plan économique et la sur-présence de la puissante société d'État Saudi Aramco, il est difficile de croire que tout ce cocktail politico-religio-pétrole ait laissé le Dr Couillard indifférent.

Et l'actualité du Québec de 2014 est empreinte de ce cocktail politico-religio-pétrole. Au lieu de s'éloigner de son passé, Philippe Couillard en devenant premier ministre du Québec s'en est approché au point d'en être le maître d'oeuvre. De là la pertinence des questionnements des Québécois.

Lors de son passage récent à Shangai en octobre 2014, nous constatons que sa phrase "creuse", je cite: « On a à apprendre d'eux le sens de l'histoire.» doit être modifiée pour s'appliquer à l'homme sensé qu'il est. La phrase de Shangai doit être revue ainsi: " On doit apprendre de notre propre histoire." Et c'est là qu'il doit ouvrir les yeux sur
l'histoire du Québec et sur la fragilité de l'identité et des valeurs des Québécoises et des Québécois. Au premier chef, cette identité et ces valeurs doivent être promues et tenues à bout de bras avec dignité et conviction en tout temps parce que ces valeurs qui sont aussi les siennes sont fragilisées au Québec même.

Que ce soit en Islande ou devant le pouvoir central de la fédération canadienne, Philippe Couillard a au contraire démontré une absence de dignité et de conviction. Malheureusement pour nous, il n'est pas la bonne personne au bon endroit et parfois, il incarne le pire. Saura-t-il s'amender et corriger son tir ?

François A. Lachapelle, retraité


Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2014

    je crois qu,on devrait initier une pétition sur le web et réclamer le rapatriement de
    d'Arthur porter au canada.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2014

    Le Canada au temps d'Arthur Porter, l'ami de Philippe Couillard.
    Pour le dépeceur skizofrene Luka Rocco Magnotta; les médias et le système de justice canadien se sont déchaînés.
    Suite à l'évasion d'Orsainville en hélicoptère de trois criminels, on n'a pas lésiner sur les moyens allant jusqu'à alerter Scotland Yard, le FBI et la CIA.
    Le docteur Porter attend toujours son extradition liée au scandale des pots-de-vin de 22 millions $ pour la construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Outre des accusations de fraude, il est soupçonné de blanchiment d’argent, de recyclage des produits de la criminalité et complot. Philippe Couillard s'est lancé en affaires avec lui après s'être retiré de la vie politique.
    Comment expliquer le silence qui entoure cette affaire? Personne ne semble s'en soucier, personne au Canada ne lève le petit doigt ne saurait-ce que pour nous informer des derniers développements. Alors comment pouvons-nous espérer qu'un jour on apprenne le passage obscur de Philippe comme conseiller de l’Arabie saoudite et membre du comité de surveillance du SCRS?
    Un ancien responsable du SCRS, David Harris, qualifie de relation «complètement inappropriée» de Philippe Couillard avec l’Arabie saoudite est publié quelques jours seulement après que le président du CSARS, Arthur Porter, ait démissionné en raison de relations d’affaire douteuses avec un consultant de Montréal et de ses liens privilégiés avec le président du Sierra Leone.
    http://pointdebasculecanada.ca/philippe-couillard-conseiller-de-larabie-saoudite-et-membre-du-comite-de-surveillance-du-scrs/

  • Bélair Normand Répondre

    26 novembre 2014

    Il a su s'entourer de gens qui pensent exactement comme lui.
    Présentement il a le chemin libre car l'opposition est plus divisée que jamais.
    Un peu à l'image de harper à ottawa.
    * Les minuscules sont volontaires.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2014

    "Islam impose une menace pour le monde entier qui est bien pire que la déforestation, la destruction nucléaire ou le SIDA. C'est une maladie insidieuse diabolique rampante dans les veines du monde. Chaque individu doit réaliser la nature destructrice et le mal de cette religion, car elle ronge le fondement même de l'humanité, qui est la capacité d'un individu à penser individuellement et agir en conséquence". Satyamevajayate.
    Pour l'histoire de l'Arabie Saoudite et de M. Couillard, pas très longtemps avant, il y a eu aussi, l'invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, et Saddam menaçait d'envahir aussi l'Arabie-Saoudite et la réponse de la communauté Internationale quelques mois plus tard.
    Intéressant cet article, qui relate l'histoire de la découverte du pétrole dans les sous sol des terres des musulmans.
    Selon l'auteur, en Arabie-Saoudite, une population de nomades pauvres et les chefs, des bédouins, qui se faisaient la guerre.
    http://inslamic-danger-redux.blogspot.ca/2010/02/how-we-discovered-oil-under-moslem.html