Justin Trudeau vante sa position contre la laïcité

C579aeab66c9d3b6a7d2f498d056c6a1

Trudeau se présente comme le champion de l'Anti-Québec



Justin Trudeau a profité du seul et unique débat en anglais hier soir à Gatineau pour se poser en champion de l’éventuelle lutte contre la loi sur la laïcité du Québec.




Pour une première fois, le chef libéral a utilisé la laïcité pour se distinguer de ses adversaires et marquer des points. Il a mis l’accent sur le fait qu’il est le seul à garder la porte ouverte en vue d’une contestation de la Loi sur la laïcité de l’État par le fédéral.



Le libéral Justin Trudeau et le conservateur Andrew Scheer ont échangé de durs propos lors du débat anglophone, lundi soir, à Gatineau.

Photo Pool, PC

Le libéral Justin Trudeau et le conservateur Andrew Scheer ont échangé de durs propos lors du débat anglophone, lundi soir, à Gatineau.






Au début de la campagne, M. Trudeau admettait plutôt du bout des lèvres qu’il pourrait s’opposer à cette loi populaire au Québec. Il s’est montré plus ferme hier soir.




« Je suis le seul sur cette scène qui a dit: ‘‘Oui, le gouvernement fédéral devra peut-être intervenir dans ce dossier, parce que le fédéral a besoin de protéger les droits des minorités, les droits linguistiques, les droits des femmes’’ », s’est vanté le premier ministre sortant.




Il a attaqué le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, « étonné » que celui-ci n’ait pas l’intention d’intervenir dans le dossier.




Dans des réponses ambiguës aux journalistes après le débat, M. Singh semblait toutefois ouvrir la porte pour la première fois à une éventuelle contestation, mais uniquement devant la Cour suprême. Son équipe a ensuite réaffirmé qu’il ne s’y opposerait pas.




Cacophonie




La soirée lors de laquelle étaient réunis les six chefs en vue des élections du 21 octobre a été souvent chaotique et parfois superficielle.




Avec tous ces chefs sur scène, il n’a pas fallu longtemps pour que les échanges dérapent.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





« Le format du débat crée une impression de fragmentation, et, parfois, de cacophonie, a analysé Daniel Béland, directeur de l’Institut d’études canadiennes de l’Univesité McGill. Le grand perdant de ce débat décousu : l’électeur qui veut en savoir plus sur les politiques proposées par les différents partis. »




Le ton a été donné dès le début de la soirée, quand le conservateur Andrew Scheer n’a pas attendu la fin de la première question pour lancer le bal des insultes, traitant M. Trudeau de « fraudeur » et « d’imposteur ».




L’environnement domine




La question environnementale est revenue dans tous les échanges et chaque chef a essayé de se dépeindre comme plus vert que dame Nature.




Tous ont d’ailleurs prétendu avoir le meilleur plan vert, et les cinq chefs de l’opposition se sont fait un plaisir de critiquer le bilan du gouvernement libéral.




– Avec la collaboration d’Émilie Bergeron, Agence QMI




Ce que les chefs ont dit






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo AFP




« Votre rôle [...] c’est de dire publiquement ce que M. [Andrew] Scheer pense en privé. »




– Justin Trudeau à Maxime Bernier, du Parti populaire du Canada




« Vous ne pouvez pas construire un plan pour le futur de notre économie si vous ne construisez pas un plan qui protège l’environnement [...]. C’est ce sur quoi vous avez tous les deux tort. »




– Justin Trudeau à Maxime Bernier et Andrew Scheer






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo Pool, PC




«[M. Trudeau] est vraiment doué pour prétendre des choses. Il ne se souvient même pas combien de fois il a fait un blackface [ ...] parce qu’il porte toujours un masque. »




– Andrew Scheer en début de débat




« La moitié de votre plateforme n’est même pas chiffrée. Vous faites des annonces sans aucun détail et sans aucun chiffre. »




– Andrew Scheer à Justin Trudeau






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo AFP




« Vous [M. Trudeau] avez acheté un oléoduc.




Vous ne pouvez pas être un leader en matière d’environnement [...]. »




– Elizabeth May, chef du Parti vert




« Aucune corporation n’est au-dessus de la loi. Il s’agit peut-être de la seule chose sur laquelle nous nous entendons. »




– Elizabeth May à Maxime Bernier






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo AFP




« Je veux me battre pour les Québécois, et seulement pour les Québécois. »




– Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois




« Jeudi [lors du prochain débat], ils [les autres chefs] vont tous vouloir me faire la peau. »




– Yves-François Blanchet, en point de presse après le débat






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo AFP




« Chaque jour de ma vie, je me bats contre des lois comme la loi 21 [laïcité de l’État]. »




« Vous n’avez pas à choisir entre M. Délais [M. Trudeau] et M. Négation [M. Scheer]. Il y a une autre option ici. »




– Jagmeet Singh






CANADA-VOTE-DEBATE

Photo AFP




« Nous sommes le seul parti qui va équilibrer le budget en deux ans. Tous les autres partis sur la scène ce soir vont dépenser, dépenser et dépenser [...] »




« Au Parti populaire du Canada, nous sommes le seul vrai parti environnementaliste. »




– Maxime Bernier, qui a fait rire les spectateurs




Propos recueillis par Sarah Daoust-Braun, Agence QMI