"Dans le fin fond de mon Afrique natale, j'ai chanté tes chansons..."

Hymne au français

Invitation à reprendre la plume

Tribune libre

photo "left"
En furetant sur les articles qui paraissent sur la page d’accueil de cette tribune sous la rubrique « Il y a trois ans », mon regard a été attiré par le titre d’un de ceux-ci, à savoir « Cette langue que j’aime tant ! », écrit par Pétronille Muhawenimana et publié le 17 mars 2009.
En parcourant l’hymne au français de cette femme qui nous raconte le chemin cahoteux qu’elle a dû parcourir du fin fond de son Afrique natale pour y découvrir cette passion grandissante pour cette langue qu’elle aime tant, je n’ai pu que ressentir un sentiment de fierté, particulièrement dans ces trois vers fort éloquents :
« Plus on te rejette, plus je m’accroche…
_ À ce Québec qui te fait vivre et t’enrichit,
_ À tous ces francophones qui te pratiquent et t’enjolivent. »
Aussi ai-je cru opportun de faire ressurgir ce poème de la mémoire de Vigile, particulièrement à une période de notre histoire où la langue de chez nous semble souvent bien seule au milieu de son territoire ancestral :

On te craint pour tes accents,

On te craint pour tes accords,

On te redoute pour tes féminins,

On te déteste pour tes masculins,

Moi je t’adore pour toutes ces singularités.
Je t’ai apprise à l’école dès l’âge de cinq ans,

On m’a punie pour que tu sois mienne dans la cour de l’école,

On m’a frappée pour la maîtrise de ton orthographe,

On m’a terrassée pour l’enrichissement de mon vocabulaire,

Dans tous les cas la douleur a été physique jamais psychologique,

Et au fond de moi-même, tu n’as fait que grandir.
Aujourd’hui, place à la facilité.

On veut t’écrire comme on te prononce,

Sans tes complications plurielles,

Tes «al» tantôt «aux», tantôt «als»,

Tes «eur» tantôt «euse», tantôt «eure» si pas «resse»,

Tes fâcheux accents haïssables,

Tantôt graves, souvent aigus et même circonflexes,

Tes cédilles impensables,

Tes trémas indéfinissables.
Plus on te redoute, plus je te respecte,

Plus on te rejette, plus je m’accroche,

À tes accents, à tes cédilles, à tes trémas,

À tes féminins, tes masculins, tes pluriels, pluriels;

À cette France qui t’a conçue mais te néglige,

À ce Québec qui te fait vivre et t’enrichit,

À tous ces francophones qui te pratiquent et t’enjolivent.
Dans le fin fond de mon Afrique natale,

J’ai chanté tes chansons sans vraiment en comprendre le sens,

Aujourd’hui tu me nourris et me libères,

Tant au travail qu’à la maison tu es présente,

Aujourd’hui plus qu’hier tu me passionnes,

Et contre vents et marées je chante tes louanges.
Cette langue que j’aime tant fut aussi celle de Molière,
Cette langue que j’aime si bien c’est le Français.
***
Pétronille Muhawenimana
Gloucester, Ontario

Pétronille Muhawenimana n’a publié qu’un seul article sur cette tribune…dommage ! Son talent pour l’écriture aurait avantage à être exploité davantage. Espérons que cette deuxième publication l’incitera à reprendre la plume !
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1800 articles

  • 1 220 749

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé